Flèche n°205 novembre 2019
Flèche n°205 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°205 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 9262-3578 Québec inc

  • Format : (267 x 432) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : préparer sa maison pour l'hiver.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Dans la tête des Denis Drolet « Les deux personnages essentiels sur scène ce sont les Denis qui doivent assumer et endosser les lignes d’humour décalé où on va loin au sujet de la misogynie, de l’homophobie par exemple. On ne peut pas, Vincent et Sébastien, deux pères de famille avec des enfants, endosser ce que disent les Denis, c’est trop… trash ! » - Les Denis Drolet photo  : Audric Gagnon/penguin Votre public, il a quel âge ? On a encore beaucoup de jeunes dans la vingtaine, mais ça va jusqu’à 60 ans ! Des jeunes viennent avec leurs parents qui ont capoté sur nous ! Et il y a aussi la relève en humour qui nous aime beaucoup, qui est dans la salle et nous invite aussi dans leurs projets, sur la scène. Parce qu’ils savent exactement ce qu’on fait et ils nous encouragent aussi. On est comme… intemporel. Juste les favoris qui nous grisonnent ! Il vous reste une trentaine de spectacle à donner. Avez-vous déjà l’idée d’un autre spectacle ? On en est pas encore là, mais on reste ouvert. Va-t-on faire un show de théâtre avec deux comédiennes, est-ce qu’on va faire une comédie musicale ? On ne sait pas encore. Tout ce qu’on sait, c’est que pour le prochain spectacle, on devra se calmer ! On avance en âge (autour de 40 ans), si on garde ce rythme à chanter et crier fort comme on le fait, se pitcher à terre et faire la split… on ne tiendra pas la route parce qu’on va approcher la cinquantaine et ce sera trop exigeant. Même après trois soirs d’affilée, nos voix sont mises à l’épreuve et je dois la reposer ! Donc, ce sera encore l’univers des Denis Drolet, mais avec quelques cheveux blancs et une maturité physique, mettons ! Quand les Denis Drolet enlèvent leurs costumes et redeviennent Sébastien et Vincent, que faites-vous ? Moi (Sébastien), je suis geek depuis longtemps !, avec la réalité virtuelle, les jeux vidéo, et l’électronique. Un gamer qui a vieilli et qui a moins de temps aussi. J’ai beaucoup joué en ligne, mais je m’intéresse aussi aux nouveaux jeux, conçus par de plus petites entreprises indépendantes. Les jeux vidéo ont souvent mauvaise presse, mais j’ai toujours trouvé de la profondeur dans ces univers quand ils sont bien écrits. Autrement, je suis mélomane, j’aime toutes les musiques. Sinon, tranquille, avec la famille. Et moi (Vincent), j’habite à la campagne ; alors je travaille sur mon terrain, je plante des arbres, j’entaille les érables au printemps et je fais du sirop. Ça me fait faire le vide. J’entretiens ma collection de BD et de jouets vintage ! Et puis j’aime cuisiner. Autrement, ma passion numéro 1  : la musique, mais en revisitant mes classiques. Quand mes enfants arrivent de l’école et qu’ils ont entendu du Freddy Mercury, ils sont aussi un peu décalés ! Pour leur spectacle à la salle ANM de l’école Augustin-Norbert-Morin, les Denis Drolet seront sur scène au profit de la Fondation Réveille-Matin qui vient en aide aux élèves dans le besoin. PHOTO  : Audric Gagnon/penguin
PAR Mireille Villeneuve Virée shopping à Mirabel en escapade Rien de tel qu’une journée de shopping pour oublier la grisaille de novembre, en attendant la neige. Ce matin, je me suis levée avec un soupçon de fièvre… de magasinage ! J’ai tout de suite pensé à ce grand centre commercial à Mirabel, au milieu des champs  : Premium Outlets Montréal. Drôle de nom pour une destination laurentienne ! Qu’importe ! Ma copine d’escapade est prête à m’accompagner, à condition de ne pas trop dépenser… Pas de problème, on va zieuter ! Apportons quelques sous, au cas où… La Mecque du magasinage Notre bonne vieille autoroute 15 a bien changé. Il n’y a pas si longtemps, on l’empruntait pour voyager entre le Nord et le Sud. C’était la route des vacances ou du retour au travail. L’artdevivre… lesLaurentides ! Plusieurs boutiques montréalaises s’y retrouvent telles Rudsak, The North Face, Hugo Boss, Diesel et Clair de Lune. Maintenant, elle est une destination en soi, que notre éditeur Jean-Pierre Charland surnomme « la main des Laurentides ». S’y retrouve de grands centres commerciaux qui, à défaut d’être bucoliques, sont très pratiques. De l’autoroute, peu d’indices signalent le complexe de plus de 60 boutiques. Soudain, un grand panneau du côté ouest de « la main » annonce les Premium Outlets Montréal, comme un code pour initiés. Il ne faut surtout pas manquer la sortie 28 ! Un vaste stationnement, assez plein en ce mercredi matin, entoure le complexe et un immense portail de bois et de pierres naturelles indique l’entrée principale. En pénétrant dans la Mecque du magasinage, une enseigne nous informe que nous nous trouvons dans le « quartier du ski alpin ». Boutiques griffées Contrairement aux grands centres où il faut traverser un stationnement pour aller d’un magasin à l’autre, ici, on se balade le long d’allées piétonnières, recouvertes d’une toiture. L’architecture, le bois et la pierre donnent un cachet nordique à l’ensemble. Un peu partout, on a aménagé des aires de repos à l’abri du vent. La plupart des locaux sont occupés par des boutiques qui mettent en évidence leurs rabais. Même les nouveautés sont en promotion à des prix alléchants. Plusieurs boutiques montréalaises s’y retrouvent, telles Rudsak et The North Face, Hugo Boss, Diesel et Clair de Lune. Si la majorité des commerces sont aménagées avec soin, d’autres, tel La Baie entrepôt et Gap, servent à écouler la marchandise. Il faut avoir un regard de faucon pour y dénicher le morceau de choix ! Le Coin resto relie les quartiers du ski alpin et des patineurs. L’espace est très convivial et rappelle les cafétérias de nos centres de ski. Nous terminons notre virée shopping devant un gigantesque foyer de pierre. En sirotant une délicieuse boisson chaude de la boutique David’s Tea, ma copine se demande si elle succombera à la tentation d’acheter cette paire de bottes à moitié prix chez Brown’s… Quelques faits n Il y a 81 centres Premium Outlets au monde dont 61 aux États-Unis. Celui de Mirabel est le premier au Québec n Les agences de voyage organisent des visites de groupe, ainsi qu’un forfait hébergement-shopping pour les fashionistas de la mode n Chaque centre est placé de façon stratégique afin de donner accès à d’autres centres d’intérêt. n De celui de Mirabel, on peut emprunter une piste cyclable reliant le projet à la municipalité d’Oka et aux abords du Parc du Domaine Vert www.flechemag.com novembre2019 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :