Flèche n°204 octobre 2019
Flèche n°204 octobre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°204 de octobre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 9262-3578 Québec inc

  • Format : (267 x 432) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 7,2 Mo

  • Dans ce numéro : les cuisines de 2019.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
À 75 ans, vous semblez tenir la forme ? Mon outil premier, c’est la gorge et les cordes vocales, les poumons, mon deuxième. Alors je fais attention, je bois beaucoup d’eau, de l’eau pétillante et je me tiens en forme. Alors je ménage tout ça pour tenir le coup. Ça marche pour moi. Tu sais, je ne suis pas un donneur de leçons, je suis plutôt un receveur de leçons. Toute ma vie, j’apprends, j’apprends, encore et toujours, et je crois que c’est la clé de l’énergie. Pis du fun ! Apprendre en s’amusant, y’a-tu que’que-chose de plus beau au monde ? ! Comment faites-vous pour Charlebois en CharleboisScope J’ai eu le privilège de rencontrer Robert Charlebois chez lui, dans les Laurentides, un tête à tête de deux heures où, du coq à l’âne, nous avons discuté de musique, de la vie mais surtout de son nouveau spectacle Charlebois en CharleboisScope ainsi que de son disque éponyme. À tout juste 75 ans, cet album est son 25 e en carrière. Robert Charlebois a lancé une série de spectacles à Québec et Montréal en juin dernier, une rentrée fort réussie où il a enfilé ses succès ainsi que quelques-unes de ses nouvelles chansons. Après une pause estivale, il reprend le collier à Québec et Montréal où il se produira cinq soirs d’affilée ! Quel marathon ! En entrevue, l’artiste est fort accueillant, sympathique et généreux. C’est qu’il en a à raconter, lui qui cumule plus de 50 ans de carrière. Conversation à bâtons rompus. Texte  : Guy Marceau vous préparer à la scène ? Parce que donner un spectacle cinq soirs d’affilée… Au départ, ça prend une discipline. Même les plus jeunes à qui je demande  : joues-tu aussi bien le lendemain d’un party ? Ils répondent non. Il faut lever le pied sur tous les stimulants du genre. Frank Sinatra, avant de faire une tournée, nageait tous les jours et arrêtait de boire et fumer durant les 15 jours avant. C’est une leçon que je retiens de lui. Mais encore… On pourrait en nommer d’autres qui sont plus jeunes que mo i ! Par exemple, Madonna a choisi de se produire au Grand Rex à Paris (NDLR  : 3500 places) pendant 15 jours au lieu de faire Bercy ou un autre grand stade. Je connais l’endroit pour y avoir chanté déjà, et je vais le refaire en mars 2020. Si elle a fait ce choix, c’est qu’elle aime vraiment son métier et respecte ses fans. Les Rolling Stones chantent six fois par année ; qu’est-ce qu’ils font le reste du temps ? Moi, avec un gros show comme ça, qui n’est pas exportable partout, je peux me produire à Sherbrooke dans l’amphithéâtre de l’université, au Centre national des Arts à Ottawa, à Québec, on a des supplémentaires au Grand Théâtre. Moi
Charlebois en CharleboisScope « Toute ma vie, j’apprends, j’apprends, encore et toujours, et je crois que c’est la clé de l’énergie. Pis du fun ! Apprendre en s’amusant, y’a-tu que’quechose de plus beau au monde ? ! » - Robert Charlebois qui suis habitué de faire des grandes tournées de 100 ou 120 spectacles par année, avec ce show-là, je me retrouve avec beaucoup de temps devant moi. Même si j’en faisais 65, il resterait tout de même 300 jours dans l’année ! Et il faut les meubler ! C’est beau la littérature, les projets de livre, de ci de ça, mais je me retrouve avec beaucoup de temps. J’ai la maladie du golf mais seulement trois fois par semaine, pas plus !, pour garder le plaisir. Comme le disait Denys Arcand  : « Tu as le choix d’avoir un handicap en dessous de 10 ou avoir une vie ! ». Cela dit, je suis un golfeur ordinaire, ici le nom s’applique bien. On a un superbe golf de montagne tout près. Quand tu joues tes rondes en cart, c’est une chose, mais si tu les marches, c’est 7000 verges à pied, avec des montées et descentes. C’est un investissement extraordinaire pour mes poumons. Cette année, on souligne le 50 e anniversaire de Woodstock. Y étiez-vous ? Non, mais j’ai des chums qui étaient là et qui m’ont tout raconté ! Moi, six mois après, en 1970, j’ai fait un événement organisé par Donald K. Donald, mon gérant à l’époque, le Canadian Festival Express Tour, un train qui partait de Montréal vers Vancouver avec plusieurs bands et artistes qui étaient à Woodstock  : The Band, Janis Joplin, Grateful Dead, Buddy Guy, Ian and Sylvia et j’étais le seul francophone parmi les artistes. Il fallait voir mon ami violoneux Philippe Gagné qui cruisait Janis ! … Bref, il y avait un wagon restaurant, un wagon musique tout équipé. On s’arrêtait dans plusieurs provinces le long de la voie ferrée, on nous montait la scène et tous les artistes jouaient en solo ou ensemble, un vrai happening ! C’était ma période « inoxydable  : j’avais fait faire un violon, une guitare et un alto en inox ! Ça impressionnait tout le monde, mais ça sonnait le c… Je n’ai jamais fait de mauvaise musique mais celle-là était, comment dire, inaccessible, un peu trop flyée ! Mais c’est là que j’ai écrit Fu Manchu. À toute chose malheur est bon ! L’artdevivre… lesLaurentides ! Revenons au spectacle Charlebois en CharleboisScope… Sur scène, j’ai un violoniste, un trio de vent, trompette, saxophone et trombone, une armée de synthétiseurs avec des orgues B3 et tout, deux batteurs, deux guitaristes, un bassiste, en plus des back vocals, ça fait du monde ! Il y a des musiciens qui me suivent depuis plus de 20 ans pour certains. Je suis très très fidèle en musique. Mais ça prend du sang neuf aussi parfois pour se renouveler. Tu sais, les gens s’attendent toujours, à part Janis Joplin !, à de la bonne musique. Ils s’attendent donc encore à ça. Personnellement, j’ai toujours travaillé avec des gars meilleurs que moi ! C’est mon critère de base. Si tu peux jouer tout ce que je joue à la guitare, au piano et à la batterie et en faire plus, je t’engage ! Et ils doivent avoir un peu beaucoup d’humour parce qu’entre deux musiciens égaux, je vais choisir celui qui a de l’humour. C’est comme dans la vie  : je préfère les gens modestes ou malades qui ont de l’humour que des gens riches et en santé qui n’en ont pas ! En 2013, vous avez sorti une compilation de 50 chansons pour vos 50 ans de carrière. Est-ce que ç’a été l’élément déclencheur pour faire un nouveau spectacle ? J’ai joué dans toutes les formations instrumentales possibles  : avec big band, avec guitare et ukulélé, en quatuor, avec orchestre symphonique, etc. On a fait aussi de gros shows très rock et déjantés. Alors maintenant, on retourne aux sources. En regardant en arrière, ce qu’il me manquait, c’est ce show Charlebois en CharleboisScope. On a mis le doigt dessus tout de suite parce qu’on est à une époque ultra visuelle. Aujourd’hui, si tu ne fais pas de vidéoclip, c’est comme si ton album n’existait pas. Alors, il y a un mur d’écrans LED haut comme l’église de Saint-Sauveur derrière moi ! Ça chauffe ! C’est comme un film en cinémascope de 100 minutes et je laisse toute la place à la musique. Je parle très peu, quelques jokes, sans plus. Les images parlent d’elles-mêmes. C’est un gros travail d’équipe et moi je suis le pitcher ; je peux pas me faire remplacer à la neuvième, il faut que je fasse mes 22 manches ! Visuellement, c’est assez impressionnant et on doit ce travail à une firme qui s’appelle Champagne et Club Sandwich, une société d’images qui a fouillé toutes mes archives, et un autre groupe, 4U2C, des professionnels du visuel qui font de gros shows de U2 et de Kiss, entre autres. Et il y a mon éclairagiste, Jean-François Couture qui travaille avec moi depuis 20 ans qui ajoute son art là-dedans. Vous n’allez pas voir un film ; vous allez voir un show où l’écran est au service du sorcier. Et tout est live. Dans votre spectacle, quel sera le répertoire ? Je vais reprendre pas mal de classiques et de canons que les gens connaissent, mes chansons cultes qui sont plus que rodées, mais aussi quatre nouvelles. Et c’est beaucoup ! Ça prend un an à posséder une chanson. En France, un artiste qui dévoile www.flechemag.com octobre2019 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :