Flèche n°199 mai 2019
Flèche n°199 mai 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°199 de mai 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 9262-3578 Québec inc

  • Format : (267 x 432) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 29,7 Mo

  • Dans ce numéro : investir dans le paysagement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Dans la tête de Boucar « Mon spectacle, c’est une croisière historique où le Saint- Laurent est le personnage principal. Ce que j’essaie de faire comprendre aux jeunes dans la salle, c’est que le fleuve est l’artère principale du Québec, le cœur et le sang. » - Boucar Diouf ONCOURS CPITOU MINOU & COMPAGNIE 2019 que je passe pour qu’ils aient le goût de s’impliquer dans une cause. Je dis aux jeunes que la plus grande richesse qu’on a c’est l’eau. Et vous allez vous en rendre compte dans 50 ans et vous devrez retrousser vos manches parce qu’il ne manquera pas de gens pour vouloir la convoiter, c’est certain. Je vous fais une prédiction que le virage vert devra se faire, on n’a pas le choix. Dans 70 ans, les combustibles fossiles, il n’en restera presque plus sur la terre, peut-être des réserves stratégiques mais… Et quand ce sera fait, les pipelines qu’on construit au Canada, ça va servir à drainer l’eau du Canada. Je suis certain de ça. Prends le mot « hydrocarbure » et enlève le « carbure », il reste « hydro » ! Je ne serai certainement pas là pour le voir, mais je vous prédis ça ! L’enseignement vous aurait tenté ? Pas directement. J’enseigne par mes écrits, dans mes livres de vulgarisation, dans mes textes de spectacle ou mes monologues à la radio ou la télé. Je vais souvent dans les écoles rencontrer des centaines de jeunes pour félicitations ! Vous avez voté en majorité pour la photo de Kackson et Rock leur parler de l’eau, de l’importance des arbres, la communication végétale, etc. En fait, je continue d’enseigner, mais différemment. Kackson et Rock Prévost qui se mérite un chèque-cadeau de 100 $ Parlez-moi de ces livres de vulgarisation que vous avez signé. Comment un livre naît dans la tête de Boucar Diouf ? Plusieurs idées surgissent durant ma recherche de sujets pour un de mes spectacles ou pour La nature selon Boucar comme Rendre à ces arbres ce qui appartient à ces arbres. J’ai écrit avant Pour une raison X ou Y sur la sexualité qui a eu une vie en livre puis dans un spectacle sur scène. Puis il y a Sous l’arbre à palabre, mon grand-père disait dont tout le monde se souvient avec tous ses proverbes ! Ensuite, j’ai écrit Apprendre sur le tas  : la biologie des bouses et autres résidus de digestion. C’est de la vulgarisation scientifique. Par la bande, j’ai aussi voulu faire un pied de nez à mon fils parce qu’il ne voulait pas que j’écrive ce livre ! Il m’a dit qu’il ne voulait pas que son nom se ramasse là-dedans avec cette histoire sur la merde !!! Alors, dans mon livre, je remercie tout le monde sauf lui. Et il ne veut toujours pas le lire ! Mon plus récent livre s’intitule Pour l’amour de ma mère. Je parle beaucoup de ma mère et de la biologie aussi. Je veux dire aux gens pourquoi on doit remercier sa maman ; je parle des liens qui unissent la maman au bébé qui sont atypiques. Beaucoup de choses vont surprendre les gens. Par exemple, les gens ne savant pas qu’en quittant le ventre de la mère, le bébé y laisse des cellules, le microchimérisme fœtal. Il a été démontré que les cellules que le bébé abandonne servent de cellules souches. C’est comme un cadeau qui soigne ses blessures après l’accouchement. C’est très poétique ! Et puis comme ma mère est analphabète, j’ai voulu lui rendre hommage en mettant une photo d’elle sur la couverture. Des gens ordinaires qui font des choses extraordinaires, il y en a plus MERCI à TOUS LES PROPRIÉTAIRES DE PITOUS ET DE MINOUS DE VOTRE PARTICIPATION ET BRAVO AUx FINALISTES Alice, Balou, Belle, Romaine, Laika, Laya, Prana et Persil, Sambouka, Violette, Wynter, Yoda
PHOTO  : robert etcheverry qu’on pense, et ils sont souvent dans l’ombre. J’ai voulu mettre un peu de lumière sur ça. Quand j’étais jeune, j’ai été malade, j’avais la malaria et ma mère m’a envoyé dans un petit hôpital de bourgade et on m’a piqué à plusieurs reprises dans la jambe droite, sur le nerf sciatique. C’est pour ça qu’aujourd’hui, je suis un peu handicapé de la jambe droite. Et ma mère s’en est toujours voulue pour ça, alors que moi, pas du tout. Donc, c’est une des anecdotes dont je parle dans ce livre qui, je crois, est mon livre le plus achevé à ce jour, du moins le plus personnel. Vous venez d’une grande famille ? Chez nous on était neuf, mais comme mon père est polygame, on est 18 en tout ! C’est pourquoi quand on me pose la question, je précise que je suis du même père et de la même mère ! Est-ce que vous retournez au Sénégal avec votre famille ? Oui, au moins deux fois par année avec mes enfants pour qu’ils découvrent l’endroit. Parfois ils ont un choc culturel parce que c’est facile de dire « je suis africain ». Je leur dis que de se dire africain, ça se mérite ! Et quand ils vont voir la façon de vivre là-bas, ils vont plutôt dire « je suis québécois ». Parce qu’ici, ils sont dans la ouate ! Vraiment oui, dans la ouate. Surtout à l’adolescence ; à tout ce que tu leur dis, ils te disent What ? Je fais du coq à l’âne… Est-ce que les musiciens Élage et Karim Diouf sont parents avec vous ? On me pose tellement cette questionlà, si tu savais ! Moi je leur réponds que les Diouf sont au Sénégal ce que les Tremblay sont au Lac Saint-Jean ! Des Diouf, y’en a plein ! Lance une petite roche sur un attroupement au Sénégal et tu peux être certain que tu vas atteindre un Diouf ! Pour répondre à ta question, Élage est un ami, mais nous ne sommes pas parents. Vous faites de la musique ? Un peu, pour moi, avec ma blonde pour s’amuser. Moi, je ne joue de rien ! Mon fils, ma blonde, ma belle-sœur, en font tous. Moi, je chante, parce que j’aime chanter ! Au Sénégal, on chante souvent, dans les champs, durant les rituels d’initiation et pour toutes les cérémonies. Je viens de cette tradition-là. D’ailleurs, je chante toujours dans mes spectacles. Et que sera Magtogoek sur scène ? Il y a un énorme voilier qui a été conçu par mon amie Geneviève Bouchard dont les voiles deviennent des lieux de projection, c’est magnifique avec tous les jeux de lumière. Et la musique est signée par ma blonde Caroline. C’est elle qui compose toutes les musiques de mes spectacles. Quand il ne travaille pas, que fait Boucar ? Je chill ! Je chill dans mon bungalow et je ne fais rien ! Je m’installe devant la télé, je regarde des choses sans conséquences, une télé-réalité pour être certain de ne penser à rien ! Les américains disent que la télévision est le chewing-gum de l’esprit ! Même si je travaille beaucoup, je suis paresseux ! C’est comme les fourmis. On nous a toujours dit, dont Jean de la Fontaine, que les fourmis étaient des travailleuses acharnées et que la cigale, bohème jouait de la musique et ne faisait rien. Méfiez-vous !!! Jean de La Fontaine a écrit toutes sortes de conneries sur les animaux ; les fourmis ne sont pas aussi vaillantes ! Saviezvous qu’il y a, dans une fourmilière, 30% des fourmis qui ne font absolument rien ! Ils ne lèvent même pas les antennes ! Alors, il y a ces 30% de fourmis qui font comme Boucar et qu’une fois rendu dans leur bungalow, il ne font absolument rien ! Et la cigale, elle fait de la musique, c’est la nourriture de l’âme. Ça, on n’en parle pas ! Votre tournée Magtogoek se termine en 2020. Vous planchez déjà sur un autre projet ? Oui, j’écris présentement mon prochain spectacle et je parlerai du cerveau humain. Parce que l’humain est un animal fascinant. Le cerveau fait 2% de la masse du corps, consomme 20% de l’énergie corporelle  : alors qu’est-ce que l’humain fait avec ça ? C’est la base de mes réflexions en remontant dans le temps et regarder l’évolution de cette espèce pour savoir comment il est devenu intelligent. Pour un spectacle d’humour, c’est quelque chose, il faut que ce soit drôle ! Pas de doute, ce sera très drôle ! Magtogoek n Samedi 25 mai, 20 h Le Patriote SAINTE-AGATHE-DES-MONTS n Jeudi 13 juin, 20 h Théâtre Gilles-Vigneault SAINT-JÉROME



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :