Flèche n°171 septembre 2016
Flèche n°171 septembre 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°171 de septembre 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : 9262-3578 Québec inc

  • Format : (267 x 432) mm

  • Nombre de pages : 76

  • Taille du fichier PDF : 21,5 Mo

  • Dans ce numéro : revêtements extérieurs et intérieurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
58 aime les trucs de Louise Pas la peine d’en faire un fromage ! Avec la curiosité de plus en plus grande de l’épicurien à développer son goût pour la panoplie de variétés de fromages européens et québécois, on n’attend plus les grandes occasions pour étaler les produits fromagers sur nos tables. Voici quelques trucs pour réussir vos dégustations. Garnir son plateau Un plateau de fromages accompagné de fruits, de noix, d’olives, de craquelins et d’un bon verre de vin séduira tous les invités, en plus de fournir une bonne source de calcium et d’éléments nutritifs. Prévoyez donc un minimum de 5 fromages et un couteau différent pour chacun d’eux. Les fromages doivent être sortis du réfrigérateur au moins une heure septembre2016 ■ www.flechemag.com Un fromage, bien enveloppé, se conserve de trois à six mois au congélateur. On pense à tort qu’une dégustation de fromages est compliquée. Rien de plus simple ! avant leur consommation afin qu’ils soient à la température ambiante. Si vous avez oublié cette étape, passez-les quelques secondes au four à micro-ondes. Mais pas trop! Un bon mariage de fromages et de fruits en relèvera leur saveur. Accompagnez le brie ou le camembert (ou tout fromage à pâte molle) de pommes, d’olives (il y en a de très bonnes aux anchois, au citron ou au fromage bleu, justement!), de figues, d’abricot ou de poires juteuses. Les noix et les raisins frais sont délicieux avec les fromages de chèvre, le roquefort et les fromages persillés. Et les restes? Évidemment, il se peut que vos convives aient eu la dent creuse et vidé votre beau plateau! Mais s’il vous restait de bonnes portions de vos fromages préférés, emballez-les individuellement avec du papier film avant de les ranger au réfrigérateur. Si vous consommez souvent ces fromages, laissez-les sous une cloche à température ambiante en prenant soin de placer un morceau de sucre au milieu du récipient ou de la cloche afin d’éviter la moisissure. Non seulement les fromages resteront frais plus longtemps, mais le sucre les empêchera de suinter. Un autre truc fonctionne à tout coup: pour éviter que la partie fraîchement coupée d’un morceau de fromage ne durcisse, enduisez-le de beurre. Aussi, un fromage à pâte dure qui est devenu sec peut être récupéré en l’entourant d’un linge humecté d’eau froide salée. Recouvrez le tout de papier d’aluminium et mettez-le au réfrigérateur. PAR LOUISE ROBITAILLE Congélation Le fromage à la crème ou le cottage se congèle difficilement car ils deviennent farineux et se détrempent. Mais pour congeler un bloc de fromage, enveloppez-le dans du papier ciré et recouvrez-le ensuite de papier d’aluminium. Les boîtes plastifiées hermétiques font aussi l’affaire. Le fromage se conserve de trois à six mois au congélateur. Indiquez la date de la mise au froid. Avant de le servir à nouveau, vous devez le faire décongeler lentement au réfrigérateur, sinon il deviendra granuleux. Bonne dégustation! Retrouvez tous ces trucs et beaucoup d’autres encore dans le livre de Louise Robitaille : ABC des trucs de Madame chasse-taches, publié aux éditions Publistar et en vente dans toutes les bonnes librairies. Les p’tits trucs de Louise n Pour que le fromage cottage reste frais plus longtemps, rangez le pot à l’envers dans le réfrigérateur. n Pour faciliter le râpe d’un fromage, placez-le au congélateur un petit quart d’heure, ce sera plus facile. n On peut contacter Madame Chasse-taches pour une solution à un problème ou pour une conférence à madamechasse-taches.com
PAR MIreILLE VILLENEUVE Les sentinelles de nos jardins La première image qui vient à l’esprit, est celle d’une parfaite clôture végétale de thuyas (cèdres), aussi verte en été qu’en hiver, protégeant le jardin des regards indiscrets. Cependant, cette belle haie soigneusement manucurée est tout aussi difficile à obtenir qu’une pelouse sans pissenlit. Arrosages fréquents, taille tous les ans, engrais et répulsifs à chevreuils, la haie de thuyas doit être chouchoutée comme une diva. Conifères ou feuillus Pour obtenir une clôture de verdure quatre saisons, choisissez les variétés naines de conifères ou vendues comme plantes à haie, mais sachez qu’il vous faudra tôt ou tard contrôler Choisissez des arbustes dont la hauteur à maturité ne dépasse pas la hauteur permise par votre municipalité, surtout dans le cas d’une haie mitoyenne. Fièrement dressées vers le ciel ou dansant la farandole autour de nos maisons, les haies montent la garde. leur hauteur pour qu’ils ne deviennent pas des arbres dégarnis à leur base. Vous pouvez vous procurer des plants à racines nues, beaucoup moins dispendieux à l’achat que les plantes en pot. N’oubliez pas de bien arroser régulièrement lors de la plantation et jusqu’à l’hiver. Plusieurs arbustes à feuillage caduque (qui tombe à l’automne et repousse au printemps) demandent moins de soins que les conifères et sont beaucoup plus qu’une simple clôture de verdure. Leurs branches dénudées laissent passer la lumière oblique de l’hiver et, dès la fin du printemps, leur feuillage luxuriant revient nous procurer intimité et ombrage. Portez votre choix sur des arbustes dont la hauteur à maturité ne dépasse pas la hauteur permise par votre municipalité, surtout dans le cas d’une haie mitoyenne. En milieu urbain, les arbustes de plus de deux mètres de hauteur doivent être situés à plus de deux mètres de la ligne de propriété des voisins. Bien qu’on est plus permissif à la campagne, n’oubliez pas que les végétaux qui atteignent plus de deux mètres à maturité sont plus difficiles à tailler sans escabeau. Seul ou en groupe Certains arbustes sont magnifiques en situation isolée mais trop volumineux pour réaliser des haies faciles d’entretien. Le lilas commun fait une haie des plus odorantes… qu’il faut tailler après la floraison. Pour obtenir une haie parfumée ne nécessitant pratiquement jardine aucune taille, optez pour le Philadelphus x Virginalis à fleurs doubles ou le rosier «Thérèse Bugnet», résistant, odorant et peu exigeant. L’érable de l’Amour (Acer tataricum ginnala), avec ses couleurs changeantes, est un arbuste splendide atteignant six mètres à maturité. Donnez-lui la chance de devenir un petit arbre et réalisez une haie tout aussi colorée avec les Physocarpus qui ne dépassent guère deux mètres de hauteur et se déclinent en couleurs changeantes selon les saisons, avec une jolie floraison en début d’été. De plus, la densité de leur feuillage en fait des candidats de choix pour cacher une vue indésirable. Buffet à ciel ouvert Les cerfs sont l’ennemi public numéro un des cèdres. On voit souvent ces haies dégarnies sur une bonne hauteur, vestiges du dernier lunch de ces charmants visiteurs. Les Berberis, de petits arbustes épineux et très colorés, résistent non seulement aux cervidés mais aussi aux chiens et chats du voisinage. Le Cornus sericea «Artic Fire» et le Cotoneaster acutifolius, ignorés des cerfs, font des fruits qui attirent les oiseaux. Qu’ils demandent peu ou beaucoup de taille, donnez à votre haie une forme arrondie, plus large à la base qu’au sommet. Elle résistera mieux au poids de la neige. À la plantation et durant les premières années, offrez-lui tous les soins requis afin de lui permettre de bien s’établir et de déployer ses charmes. Le dicton du mois Août mûrit, septembre vendange. En ces deux mois, tout bien s’arrange. L’artdevivre… lesLaurentides ! 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 1Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 2-3Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 4-5Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 6-7Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 8-9Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 10-11Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 12-13Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 14-15Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 16-17Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 18-19Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 20-21Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 22-23Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 24-25Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 26-27Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 28-29Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 30-31Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 32-33Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 34-35Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 36-37Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 38-39Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 40-41Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 42-43Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 44-45Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 46-47Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 48-49Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 50-51Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 52-53Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 54-55Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 56-57Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 58-59Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 60-61Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 62-63Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 64-65Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 66-67Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 68-69Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 70-71Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 72-73Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 74-75Flèche numéro 171 septembre 2016 Page 76