Finyear n°27 septembre 2013
Finyear n°27 septembre 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°27 de septembre 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Alter IT

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 8,5 Mo

  • Dans ce numéro : États-Unis... une renaissance industrielle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
TECHNOLOGY Comment une entreprise devient-elle « mobile » en 2013 ? capacité du constructeur à proposer une évolution douce, et de son partenaire d’accompagner ce changement, sont bien entendu un critère majeur de choix. Comment transformer son entreprise pour la « mobiliser » ? Une entreprise mobile est donc une entreprise agile qui met l’utilisateur au centre et qui cherche à lui offrir le don d’ubiquité grâce à des solutions IT et réseaux développées dans cet objectif dès l’origine. Cela nécessite de mettre en place une transformation cohérente de bout en bout, résumée dans l’acronyme ADN : Application, Device (terminal physique) et Networks (réseaux). La mobilité est l’« ADN » des entreprises mobiles. Applications : La centralisation, la virtualisation et la « cloudification » des applications est le métier du DSI. Il y aura un avant et un après les « tablettes tactiles » et le fameux slogan « il y a une application pour ça » créé par Apple. De fait, la grande nouveauté pour le DSI est l’irruption d’une obligation incongrue jusqu’alors : la prise en compte du mode de vie personnel et des habitudes de ses utilisateurs. La véritable valeur s’est déplacée du terminal roi, vers des services adaptés à chaque usage et à l’accès universel aux contenus. Chaque utilisateur va donc, en permanence, mixer l’accès à ses applications professionnelles mais également à ses applications personnelles sur le même terminal, sans aucune contrainte de temps et de lieu. Après l’ère du PC, les entreprises entrent donc dans une nouvelle ère : l’ère du Personal Cloud. Device : Le PC (Personal Computer) n’est certainement pas mort. Par contre, il n’est plus le point central d’accès aux données et applications : il est aujourd’hui un parmi beaucoup d’autres. Chaque terminal est une interface d’accès plus ou moins performante aux services centralisés en fonction de ses capacités intrinsèques (vidéo par exemple). Différence fondamentale entre « com- 36 | Finyear N°27 - SEPTEMBRE 2013 munication » et « conversation », l’utilisateur utilise chaque terminal en fonction de ses propres critères de choix (taille de l’écran, performance vidéo, confort d’utilisation, qualité audio...) mais souhaite s’affranchir de ses limites (changement de contexte, nouveau média, déplacement en cours de conversation, nouveaux participants, partage de documents...). Représentant des plateformes de nouvelle génération, des solutions ont été imaginées et développées dans cette direction : un système ouvert, indépendant du terminal et du média et pouvant être déployé au sein des entreprises ou dans le cloud. Network : La question n’est plus seulement de sécuriser les accès mais de garantir la qualité de l’expérience utilisateur en fonction de son profil, de ses droits et de la criticité des applications. L’exemple de la vidéo est représentatif : tout le monde s’accorde pour dire que la vidéo va consommer 80% de la bande passante. Mais comment différencier, au sein d’un hôpital, le flux YouTube des visiteurs, la VoD des patients, la vidéosurveillance IP et la vidéochirurgie ? Le réseau est au service de la fluidité des applications. Cela implique tout d’abord d’effacer les anciennes contraintes de technologies avec des solutions d’accès unifié permettant d’offrir une expérience « sans couture », que l’accès soit fixe ou wifi, en prenant des décisions uniquement basées sur le profil utilisateur. Trop de technologies ont échoué car non déployables par des équipes restreintes. Voilà la réalité du DSI et du responsable réseau. La simplification du management est bien entendu la clé qui permet la réalisation de telles ambitions. Le maitre mot en 2013 d’Alcatel- Lucent Enterprise « Make It Personal » résume le challenge auquel fait face l’entreprise : se projeter vers le personal cloud et devenir une entreprise mobile repose sur l’ambition d’un homme, son DSI, et sa capacité à sortir des frontières établies. A propos d’ALCATEL-LUCENT (Euronext Paris et nyse : alu) Partenaire de confiance des fournisseurs de services, des entreprises et des administrations du monde entier, Alcatel-Lucent est un virtuose de l’innovation technologique ainsi qu’un leader des produits et des services réseau et télécoms. Atout maître du Groupe, les Bell Labs figurent parmi les centres de recherche les plus réputés au monde et sont à l’origine d’avancées technologiques qui ont façonné le secteur des télécommunications. Alcatel-Lucent a intégré la liste 2012 des 50 sociétés les plus innovantes du monde, publiée par l’agence média et magazine Technology Review du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Cette prestigieuse sélection est une reconnaissance des innovations révolutionnaires d’Alcatel-Lucent à l’image de lightRadio, une technologie capable de réduire la consommation électrique et le coût d’exploitation des réseaux mobiles tout en offrant des vitesses haut débit vertigineuses. Avec des innovations de ce calibre, Alcatel-Lucent parvient à rendre les communications plus durables, plus abordables et plus accessibles, en poursuivant une seule mission : révéler tout le potentiel d’un monde connecté. Présent dans plus de 130 pays et comptant dans ses rangs des experts chevronnés en matière de services, Alcatel-Lucent est à la fois un partenaire local et un acteur international. Le Groupe, qui a enregistré un chiffre d’affaires de 15,3 milliards d’euros en 2011, est une société de droit français dont le siège social est installé à Paris. www.alcatel-lucent.com
Sterci France SAS 5, rue de Penthièvre 75008 Paris France Partenaire dans la réussite Partenaire SEPA DAY Chaque jour, les plus grands établissements bancaires, entreprises, et institutions financières utilisent la suite de produits Sterci pour la messagerie financière, la gestion de données de marché, la réconciliation globale et l’intégration des flux métier. Sterci SA – Siège Social 33 rue des Bains 1205 Genève Suisse



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :