Ferrovissime n°8 avr/mai 2006
Ferrovissime n°8 avr/mai 2006
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°8 de avr/mai 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 68,2 Mo

  • Dans ce numéro : Y 7100 et 7400, les petites mains des grandes manoeuvres.

  • Prix de vente (PDF) : 3 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
16 Ci-dessous : En juillet 2005, l’Y 7660 stationne à Vernouillet avec une « Mauzinette », chargée d’ausculter la géométrie des voies. (Photo : Loïc Fieux) Capots, pavillons et persiennes Il semble qu’à l’exception des premiers exemplaires, les Y 7100/7400 aient pour la plupart reçu des tampons rectangulaires. Par contre, il semble que tous les locotracteurs apparentés aux Y 7100/7400 et livrés à l’Armée, à la RATP ou à Speno aient reçu des tampons ronds. Cette affaire de tampons mise à part, tous les Y 7100 et 7400 ont la même caisse jusqu’à l’Y 7625. Jusquelà tous les Y 7100 et 7400 ont des panneaux latéraux grillagés au niveau du ventilateur. À partir de l’Y 7626 sorti en 1968, la construction est reprise par Moyse. On note alors l’apparition d’éléments de carrosserie en polyester (pavillon de la cabine, capot et panneaux latéraux) utilisant les mêmes méthodes de fabrication que celles appliquées aux caisses des locotracteurs industriels Moyse de la famille BN. Ce nouveau type de carrosserie est reconnaissable aux puits de fixation visibles sur les côtés de la partie supérieure du capot et du pavillon. Contrairement à leurs prédécesseurs, les Y 7626 à 7888 - qui disposent tous d’éléments de carrosserie en polyester - peuvent recevoir trois types de panneaux latéraux au niveau du ventilateur. Il semble que les premiers exemplaires de la tranche 7626 à 7888 aient reçu des persiennes horizontales (neuf persiennes horizontales par côté comme les T 102 et 103 RATP livrés en 1969) aujourd’hui devenues rarissimes et que les derniers exemplaires aient été dotés de panneaux avec cinq persiennes verticales. Outre ces deux types de persiennes, les Y 7626 à 7888 peuvent également être équipés de panneaux grillagés comme les Y 7101 à 7625.• N°8• Y 7100 et 7400 1977-1995 : le temps des révisions générales Les « révisions générales poussées » (RG+) ont débuté en juin 1977 pour les Y 7100 et sont réalisées par l’EIMM de Nevers. Afin d’améliorer les conditions de circulation en ligne des engins non équipés de la VACMA (6) et du KVB (7), ceux-ci reçoivent un système de « Surveillance de la Vitesse et de la Répétition des Signaux » (SVRS). Le premier Y 7100 équipé de la sorte fut l’Y 7168. Commencées en janvier 1979, les RG+ des Y 7400 comprennent depuis 1981 le remplacement du système de passage des vitesses par un automate programmable chargé de contrôler la boîte de vitesses (opération concernant tous les Y 7400 et réalisée jusqu’en 1994). Comme les Y 7100, les Y 7400 reçoivent le SVRS, le premier engin à en être doté étant l’Y 7831 traité en 1990. Le passage en RG+ des deux séries s’est achevé en janvier 1995, les opérations d’entretien lourdes dont profitent désormais les Y 7100/7400 entrent dans la catégorie ATP (« Autres Travaux Programmés »). De l’Y 06051 aux Y 9000 À l’exception de quelques constructions neuves réalisées à l’unité, le marché du locotracteur est aujourd’hui animé par la fourniture d’engins anciens, mais rééquipés avec des moteurs répondant aux normes actuelles et associés à des transmissions hydrostatiques. Patry SA, Locotract ou la SIFEL réalisent couramment ce type de reconstructions depuis plusieurs années. Selon le même principe, la SNCF a envisagé la requalification de ses Y 7100 et 7400. Pour cela, les ateliers SNCF de Brive (Équipement) ont profondément transformé l’Y 7798 de Strasbourg (avarié à la suite d’un incendie début 1997) pour l’équiper d’un diesel RVI et d’une transmission hydrostatique. Dans ce but, l’Y 7798 a été placé en utilisation spéciale depuis août 1999. Baptisé Tracthys (tracteur à transmission hydrostatique) et numéroté Y 06051, l’engin réalisé pour un coût de 2,40 MF devait donner naissance à une présérie de dix exemplaires. Après les premiers tours de roue de l’Y 06051 en avril 2000, l’expérience a tourné court avec la destruction le 8 octobre 2001 de ce prototype utilisé en gare de Limoges. Ce n’était là que le second incendie dont était victime l’Y 7798… Aujourd’hui, l’Y 7798 figure toujours à l’inventaire en utilisation spéciale, mais l’avenir de l’épave remisée à Brive depuis 2001 est des plus sombres. Après l’échec relatif de l’expérience Tracthys menée à partir d’un Y 7400, la SNCF s’est orientée vers une requalification de 200 Y 7100. Ceux-ci devaient notamment recevoir un « kit de remotorisation » et être globalement modernisés (freinage, climatisation, etc.). La fourniture du premier kit de remotorisation était attendue pour fin 2003, la modernisation devant être réalisée dans les établissements SNCF. Ce projet a été réorienté et il semble qu’en 2006, le principal projet de requalification concernerait une centaine d’Y 7100 qui seraient reconstruits avec une transmission par ponts (comme les Y 8000/8400) et renumérotés dans la tranche Y 9000. (6) Veille Automatique à Contrôle de Maintien d’Appui. (7) Contrôle de Vitesse par Balise.
Ci-dessous : Fin de carrière à Toulouse pour l’Y 7817. (Photo : Thierry Leleu) N°8• Y 7100 et 7400• 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :