Ferrovissime n°8 avr/mai 2006
Ferrovissime n°8 avr/mai 2006
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°8 de avr/mai 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 68,2 Mo

  • Dans ce numéro : Y 7100 et 7400, les petites mains des grandes manoeuvres.

  • Prix de vente (PDF) : 3 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
8• N°8• Y 7100 et 7400 Lexique Sont nommés « locotracteurs », les engins de traction dont la puissance est comprise entre 0 et 299 ch selon la réglementation de la SNCF restée en vigueur jusqu’en 1965. La catégorie de l’engin est indiquée dans le marquage par la lettre « Y », qui précède le numéro d’immatriculation. Le parc de la SNCF a comporté des locotracteurs équipés d’un moteur thermique à explosion (à essence, à huile lourde (diesel), à gazogène ou au gaz sous pression), ou un moteur électrique (alimenté par accumulateurs). Notez qu’il existe une catégorie « locomoteurs », qui comprend les engins de 300 à 499 ch - tandis que les engins de 500 ch et plus sont des « locomotives ». La puissance des engins étant normalisée en kW à partir de 1966, après cette date, les « locotracteurs » sont des engins moteurs dont la puissance est limitée à 220 kW. Les locotracteurs diesel sont alimentés en carburant pétrolier semi-lourd nommé « gas-oil » jusqu’en 1948, l’orthographe passant alors à « gasoil » - la disparition du tiret coïncidant avec la première unification de la composition du produit. Plus récemment, la SNCF a adopté le terme « carburant diesel », l’orthographe « gazole », normalisée en France depuis 1978, étant peu employée dans le monde ferroviaire. Les locotracteurs sont les seuls engins de traction qui ont été gérés, entretenus et conduits par des agents du service de l’Exploitation. (CRLO = conducteurs de locotracteurs, filière des agents de manœuvres). Certains locotracteurs ont été affectés au service Voie et Bâtiments (pour les trains de travaux) ou au service Matériel et Traction (notamment pour les manœuvres en ateliers). Cette gestion est restée en vigueur jusqu’au 31 décembre 1971. Après la réforme des structures de la SNCF, la répartition entre services de la SNCF change profondément (les conducteurs de locomotives sont des agents du service « Transport » … comme les CRLO !), mais la réglementation précise que (les locotracteurs) peuvent être mis à la disposition de l’Équipement et conduits par ses agents pour la remorque des trains de travaux. De par la lettre « Y » de leur marquage et leurs mouvements de va-et-vient incessants lors des manœuvres, les locotracteurs ont été surnommés « Yoyo ». Jehan-Hubert Lavie Ci-dessous : En 2003, l’Y 7665 est attelé à une voiture Mauzin à Toulouse-Raynal. (Photo : Thierry Leleu)
S O U S L A L O U P E Variantes et évolutions au quotidien TEXTE : LOÏC FIEUX Extérieurement, leur silhouette est identique. Pourtant, De 1956 à 1960, 210 exemplaires du type Y 7100 sont commandés, puis livrés de 1958 à 1962. Billard à Tours en sera le principal constructeur avec 130 exemplaires construits. Lorsque l’Y 7101 apparaît, il a droit à la couverture Observons cette grande famille de La Vie du Rail (n°661 du 7 septembre 1958) et prend la pose sous la marquise de la gare de Tours, non loin de l’usine Billard. Disposant de Ci-dessus : L’Y 7101 dans sa livrée d’origine vert extérieur, traverses rouge. 32 t adhérentes, les Y 7100 sont équipés d’un moteur Poyaud 6 PYT réglé à 152 kW et associé à Il tracte probablement un train d’essai - bien que les Y 7100 aient eu l’occasion de tracter ce type de rames en service. (Photo : DR/Photothèque SNCF-MCo) Suite page 12• Y 7100 et Y 7400 présentent des différences fondamentales. N°8• Y 7100 et 7400• 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :