Ferrovissime n°6 déc 05/jan 2006
Ferrovissime n°6 déc 05/jan 2006
  • Prix facial : 6,50 €

  • Parution : n°6 de déc 05/jan 2006

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 51,3 Mo

  • Dans ce numéro : X 3800, la beauté du diable.

  • Prix de vente (PDF) : 3 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
• Les « mixtes » : Lorsque les autorails X 3800 paraissent, le régime des 3 classes est encore en vigueur. En début de carrière, les « Picasso » assurent donc normalement des relations de 3 e classe. En 1956, la mise en application du régime des 2 classes les voit reconvertis en autorails de 2 e classe. Toutefois, certains exemplaires sont aménagés de construction en engins mixtes 2 e/3 e classes. Ils portent les numéros X 3859, 3860, 3864, 3867, 3868, 3912, 3913, 16, 17, 21, 22, 26, 30, 31, 32, 42, 43, 47, 57, 58, 61 qui seront marqués « 1 re et 2 e classes » à partir de 1956.• Les « GRG » : 62 autorails X 3800 ont bénéficié d’une GRG (grande révision générale). L’X 3846 sert de prototype le 23/09/66, suivi par l’X 3880 le 15/03/67. Puis les exemplaires suivants sont traités entre le 11/04/68 et le 07/01/72 : 3801, 2, 11, 14, 18, 19, 23, 24, 28, 29, 31, 34, 35, 37, 38, 40 à 43, 45 à 47, 50, 52 à 54, 57, 58, 59, 62 à 67, 69, 71, 76, 80, 84, 86, 93, 95, 97, 3914, 22, 26, 31 à 34, 42 à 44, 48, 51 à 53, 55, 58, 59, 74, 4013.• Les « autorails de tournées » : Au début des années 70, la SNCF possède un parc d’autorails spéciaux d’origine de Dietrich et Renault (AEK X 7011 et ABJ3 X 3215). La fin de carrière de ces engins approchant, il est envisagé d’en remplacer certains par des X 3800 dûment modifiés. Ainsi, l’X 3900 entre aux Ateliers de Bischeim le 01/12/71. Il en ressort le 11/08/72 en robe verte, transformé en « autorail de tournées ». 30• N°6• X 3800 En étudiant les inventaires TEXTE : JEAN-PAUL DEMOY & JEHAN-HUBERT LAVIE L’X 3896 prend la suite du 3900 à Bischeim le 07/01/72. Il en ressort le 03/10/72 en robe verte, transformé en « autorail de tournées ». Rayé des inventaires le 31/12/87, il continue sa carrière, classé « hors inventaire » pour essayer le système ASTREE - service toujours en vigueur actuellement ! Le laboratoire « VZL » de la SNCF, chargé de vérifier les « circuits de voies » des blocks et dispositifs de sécurité employés pour la circulation des trains ou encore les circuits de télécommunication, se voit confier l’X 3997 pour ses tournées de contrôle. Entré à Bischeim en dehors de son programme de révision le 12/02/74, il en ressort le 03/12/74. Le bout opposé au moteur reçoit deux grandes baies vitrées. Au printemps 1984, sa livrée verte est remplacée par une décoration style « Corail ». Le 08/12/77, il poursuit son service classé « hors inventaire ».• Modifications « Pays de Loire » : À la fin des années 70, dans le cadre de la régionalisation des liaisons intra régionales, la région de Pays de Loire passe commande de 3 ensembles composés d’un autorail X 92 100 et d’une remorque XR 96 000 en livrée orange et gris. Les trois remorques XR 96 000 ayant été livrées avant les autorails, il est décidé de confier leur traction à trois « Picasso » spécialement modifiés et équipés d’un alternateur 380 V à Bischeim en « réparation accidentelle » (RA) : les X 3864 (sorti le 25/01/79), 3867 (sorti le 16/03/79) et 3926 (sorti le 15/12/78) - qui conservent leur robe rouge et crème.• Modifications « Bréauté - Fécamp » : La réouverture de la ligne normande Bréauté/Fécamp en 1981 est assuré par l’X 3953 qui se voit confié aux autorités régionales sous l’immatriculation X 93 953. Envoyé à Bischeim le 10/08/81 pour un révision limitée, il ressort le 07/09/81 dans une livrée bleu et gris clair. Il assurera cette liaison jusqu’à la livraison d’un X 92 200.• Radiation : La première radiation est prononcée le 15/11/58 pour l’X 3803 suite à un « nez à nez » avec la 230 G 885 Ouest à Chantonnay, alors qu’il assurait une relation Saumur/La Roche-sur-Yon le 16/08/57. Puis c’est l’X 3870 qui est rayé des inventaires suite à un choc à un PN de la ligne 75 Guingamp/Paimpol le 13/08/75, alors qu’il avait été mis à disposition de CFTA pour le Réseau Breton. La première vague de radiations commence en 1976 et se poursuit chaque année : 1976 = 7, 1977 = 23, 1978 = 14, 1979 = 5, 1980 = 30, 1981 = 41, 1982 = 38, 1983 = 4, 1984 = 15, 1985 = 21, 1986 = 18, 1987 = 25, 1988 = 8. Les trois derniers « Picasso », immatriculés 3824, 3835, 3866, assurent leurs derniers trains le 30/05/88. Répartition des moteurs par sous-séries (Vincent Cuny) Type Renault 517 G Saurer BZDS Renault 575 Engins équipés 3801 à 3835 3836 à 3856 3951 à 3961 3857 à 3891 3892 à 3911 4002 à 4016 3912 à 3950 3982 à 4001 3962 à 3981 4017 à 4051 Puissance à 150 tr/mn 340 ch 320 ch 360 ch
Ci-dessous : L’X 3828 au dépôt de Nantes-Blottereau, en juin 1979. (Photo : Francis Marx) N°6• X 3800• 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :