Ferrovissime n°2 mar/avr 2005
Ferrovissime n°2 mar/avr 2005
  • Prix facial : 5 €

  • Parution : n°2 de mar/avr 2005

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : LR Presse

  • Format : (220 x 285) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 36,4 Mo

  • Dans ce numéro : CC40100, la Reine !

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
30 Internet Les CC 40 100 sur le Web Petite série notoirement allogène, caractéristiques exceptionnelles, service prestigieux, label TEE et esthétique remarquable, les CC 40 100 ont tout pour susciter la passion ! L’enthousiasme de certains amateurs est tel qu’ils annoncent sur leurs pages Web une vitesse en service de 240 km/h pour ses coursières qui n’ont en fait jamais dépassé 160 km/h en service commercial. Elles disposent toutefois d’une réduction « grande vitesse » utilisée exclusivement lors d’essais. Sur le Web, nous avons droit a quelques lieux communs à propos de nos chères CC quadricourant  : la caisse signée Arzens, les TEE, un certain manque N°2 CC 40 100 MAGAZINE de fiabilité, etc. Malheureusement, rares sont les sites qui présentent les trois sous-types de la série 40 100, expliquent les compromis que les ingénieurs ont du concéder pour réaliser la machine, ou soulignent l’inaptitude des 40 100 à assurer des trains de fret. Sur les rails nous rappelle que les CC 40 100 (1964) sont à l’origine de la famille des nez cassés, bien que l’on considère souvent que les CC 72 000 (1967) soient les premiers vrais nez cassés. http://surlesrails.free.fr/references/livrees/elec/loc_nc.html Sur train-rail.com, vous trouverez une description technique, un schéma et un bref historique. http://www.train-rail.com/materiel/motrices/polytens/cc_40100/@ Trains du monde ou Les trains de Guillaume nous proposent des photos assorties d’un historique. http://www.lestrainsdeguillaume.com/LOcc40100.html http://trainsdumonde.chez.tiscali.fr/CC40100.htm Indissociables des CC 40 100 avec lesquelles elles devaient former une rame homogène, les voitures TEE inox sont évoquées sur une page également consacrée à Carel et Fouché. http://www.ac-rouen.fr/lycees/malraux/carfou/mistral.html Et comme toujours, la photothèque Mercurio (devenue Rail Fan Europe) nous apporte son lot de clichés intéressants. http://www.railfaneurope.net/pix/fr/electric/dual/40100/pix.html Loïc Fieux
Patrimoine Une préservation ambitieuse mais pertinente ! Contemporaines et faisant déjà partie du passé, les 40 100 occupent une place de choix dans le cœur des amateurs. Cela explique sûrement pourquoi 3 machines ont été préservées, sur 10 construites. Un exploit pour cette mini-série qui est pourtant aussi célèbre et chérie que celle des Picasso ou des 141 R, qui ont pourtant circulé partout en France, et par centaines ! Dès son retrait du service, la 40 101 est soigneusement mise de côté et finit par aboutir au CMCF, à Oignies, proche des Ateliers d’Hellemmes qui l’ont entretenue. Entièrement restaurée en 2004, la 40 101, tête de série, a fière allure et témoigne de l’époque des TEE. À l’autre bout de la ligne, c’est la 40 110 qui est soigneusement hébergée sous la halle du Dépôt de la Chapelle. Cette dernière est maintenue en état de marche ce qui lui permet d’assurer la traction de trains affrêtés, bien que l’aura de ces machines ne soit pas celui d’une vapeur pour faire se presser les foules à bord d’un train spécial. L’autre machine restant en service en 1996 était la 40 109 qui est aujourd’hui hébergée à Mulhouse. Malheureusement pour elle, son stationnement à l’extérieur vient ternir sa livrée. Cela vient nous rappeler qu’il n’y a que des enjoliveurs d’ornement en acier inoxydable, et que le reste Page de gauche  : Loin de l’uniformité esthètique des rames blocs TEE, voici une 40 100 en tête d’un train de nuit, en avril 1991  : voitures UIC, A 9 u VSE en robe Corail, voiture-lits en livrée TEN, etc. (Photo  : Rodolphe Sabiron). Ci-dessus et ci-contre  : La CC 40 101, magnifiquement restaurée par le CMCF à Oignies. Loin de sa caténaire et de ses rames PBA, la 40 101 a encore fière allure aujourd’hui ! (Photos  : Nicolas Deldycke). de la caisse en acier doux n’est pas éternelle ! Quant aux sept autres machines, elles ont toutes fini sous le chalumeau des ferrailleurs et les quelques collectionneurs qui ont pu sauvegarder des trophées, en premier lieu les fameuses moustaches, sont donc d’autant plus chanceux qu’ils sont peu nombreux ! Vincent Cuny N°2 CC 40 100 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :