Féminin Psycho n°69 aoû/sep/oct 2012
Féminin Psycho n°69 aoû/sep/oct 2012
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°69 de aoû/sep/oct 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 223) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 55,4 Mo

  • Dans ce numéro : avoir le bon partenaire.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
MOI & LA VIE Autre type d’héritage qu’il convient aussi de savoir gérer : son propre tempérament. Si l’éducation peut privilégier certains aspects de notre personnalité, chacun d’entre nous a des spécificités bien précises dès la naissance. On repère assez facilement chez les bambins les colériques, les gentils, les indépendants, les rieurs… Ces caractéristiques vont se développer jusqu’à devenir de véritables traits de caractère. Tous les adultes, jeunes ou moins jeunes, ont eu l’expérience de ces moments où l’on aurait souhaité réagir de telle ou telle façon et où l’on ne s’est pas senti à la hauteur. Des déceptions inévitables Ce décalage entre la perception que nous avons de nous-mêmes et ce que nous sommes en réalité, tout comme le décalage entre l’idée que se font les autres de nous et ce nous sommes en réalité est souvent synonyme de déception, voire de rejet. Dans le cas des parents par exemple, le fait de surprendre leur enfant en train de mentir, de tricher, de ne pas travailler correctement, va peut-être entraîner une reprise d’autorité sans plus. Et l’enfant doit comprendre que l’amour donné par ses parents n’est pas susceptible de modifications profondes, qu’il est au contraire indéfectible et inconditionnel quand bien même il peut y avoir sanction ou effectivement déception par rapport à une ambition qui s’est forgée dès la naissance de l’enfant. En tant qu’individu, nous sommes susceptibles de travailler sur les traits de caractère qui nous semblent insupportables ou qui nous freinent dans notre progression, mais il est impossible de changer du tout au tout. Nous avons une histoire, un passé, des gènes qui nous ont fait tels que nous sommes. Se former à la prise de parole, 90 FÉMININPSYCHO prendre des cours de respiration ou de yoga pour garder son self-control, prendre peu à peu l’habitude d’exprimer ses émotions d’une façon ou d’une autre sont des voies de progression possibles. Encore faut-il pour cela commencer par analyser cette déception. Faire le point sur ce qui nous a bloqués, ou au contraire les mots qui ont provoqué une colère, voire une rage vis-à-vis de l’autre. Or, fréquemment, la tentation est toute autre. Nous cherchons en effet à oublier, à effacer l’incident dont nous sommes peu fiers. Un réflexe compréhensible, étant donné que nous sommes peu nombreux à pratiquer l’auto-flagellation. Pourtant, une fois la frustration première passée, se forcer à revenir sur la scène permet souvent de la minimiser. Revenir sur la déception ou la honte Il faut en effet se forcer à revenir sur un épisode que nous considérons comme peu glorieux. Cela n’a en effet rien de naturel. La tendance première est de ne pas en parler, de ne pas y réfléchir pour ne pas retrouver cette sensation de colère amère vis-à-vis de nous-mêmes. Mettre l’incident dans un coin de notre tête peut sembler la meilleure chose à faire, mais elle ne sera jamais complètement oubliée. D’autres, au tempérament plus extraverti, auront tendance au contraire à en faire trop : ils parleront de ce moment-là comme d’un fait de gloire inversé, ou d’un épisode amusant mis en scène pour faire rire l’entourage. Pour mieux vivre par la suite, il convient d’avoir le courage d’y repenser. Un processus qui peut tout à fait se faire seul, d’autant que l’on n’a pas très envie la plupart du temps d’évoquer cela avec d’autres, afin de ne pas écorner l’image que nous souhaitons projeter. En effet, lorsque nous nous efforçons de revoir ce moment perturbant, de réentendre les mots, et visualiser les actions, plusieurs issues sont possibles : - Permettre de trouver la cause première de la réaction inattendue que nous avons eue et d’en tirer des conclusions pour le futur. - Nous apercevoir que notre attitude a été le simple résultat de la résurgence de notre vraie personnalité face à un stressinattendu. Une réaction à laquelle on ne s’attendait pas simplement parce que l’on n’avait jamais été confronté à ce type d’adversité - Autre possibilité : la déception ressentie est due à des ambitions trop élevées par rapport à notre potentiel réel. Dans les deux premiers cas, repenser à la scène permet de mieux nous connaître, de savoir comment nous fonctionnons, éventuellement de réfléchir à des pistes afin de pouvoir corriger au moins en partie le tir. Ainsi, savoir exprimer ce qui est tolérable ou non dans le milieu professionnel est indispensable lorsque l’environnement est difficile. Se former et faire des efforts pour y parvenir fait partie des solutions à explorer. Dans une situation où l’agression est plutôt de type physique, difficile de devenir un professionnel de PHOTOS.COM
l’auto défense si l’on n’a pas une once d’agressivité en soi. La solution est peut-être aussi de détenir une alarme, l’objectif étant de ne pas se retrouver dans cette situation. Il faut aussi comprendre dans ce cas, que la faute en revient à l’agresseur et que ce n’est pas la victime qui doit se sentir fautive de ne pas avoir eu le réflexe de violence. Dans le troisième cas, la racine de la déception est autre : il y a eu erreur sur les objectifs que l’on s’est fixés soi-même. Parfois inconsciemment, le désir était aussi l’expression du souhait refoulé du parent, ou pourquoi pas du conjoint. En étant confrontée à l’échec, la personne se trouve obligée de réfléchir à une autre voie. Et pour ne pas à nouveau s’égarer, il lui faut réfléchir à ses véritables désirs et possibilités. Aller vers l’auto-acceptation S’accepter ne signifie aucunement se résigner. L’amalgame est aisé et fréquent. L’acceptation de son vrai soi est un processus qui se fait dans le temps et souvent avec les années. Cela consiste en effet à revenir à une vision plus réaliste de ses capacités, mais aussi de ses freins ou manques. Il s’agit d’une meilleure connaissance de soi. Si les parents forment leur enfant à la musique ou au patin à glace, pourquoi ne pas rêver de devenir une violoniste virtuose ou une championne de patin ? Après tout, cela arrive bien aux autres… Rêver, avoir de l’ambition est un élan vital recommandé vis-à-vis de nous-mêmes. A condition de comprendre que le rêve ne pourra peut-être pas se concrétiser, faute de moyens ou de capacités. Vient alors le moment de revoir ses ambitions à la baisse, moment ressenti parfois comme peu glorieux mais nécessaire face à la réalité. Cela ne signifie pas que tout s’arrête. La violoniste pourra travailler sa passion et en faire son métier dans un orchestre professionnel, ou se lancer dans un nouveau style de musique, voire un nouvel instrument. Reformuler ses ambitions pour avoir une meilleure chance d’y parvenir est une preuve de bon sens, mais aussi d’élan vital. L’important est d’avoir un projet qui tire l’individu vers le haut, quel que soit le niveau en question. S’il fallait résumer : Réévaluer ses capacités grâce à une meilleure connaissance de soi, oui ; Se résigner et renoncer sans autre projet, non ! Mieux se connaître pour s’accepter Il est parfois impossible de parvenir à véritablement s’accepter ou à gérer ce qui est considéré comme un échec par rapport à ses ambitions premières. Ne pas se sentir à la hauteur mène à une impasse qui se solde souvent par une véritable dépression et un sentiment d’échec difficile à supporter. Pourtant, des solutions existent. Il est essentiel que la confiance en soi et en son destin renaisse pour pouvoir parvenir à une forme d’acceptation permettant d’envisager à nouveau une vie heureuse, et dans tous les cas plus sereine. - Travailler sur soi Il s’agit d’un travail à effectuer de façon régulière, et si possible quotidienne. La démarche n’est pas si simple, mais plutôt plaisante. Il s’agit de se faire plaisir, et même de se faire des compliments au lieu de toujours se concentrer sur ce qui ne va pas. Il existe également des stages sur l’estime de soi qui peuvent beaucoup apporter. Les psychologues recommandent de faire une liste de points positifs : noter toutes les choses que l’on fait de positif dans la journée. Un bon moyen de se rendre compte que nous ne sommes pas si « nulles » que cela. - La psychothérapie C’est une autre option : avec l’aide d’un spécialiste, commencer un travail sur soi est un début qui se finalise assez souvent par une thérapie de groupe. Si la thérapie de groupe ne peut se faire ou se révèle peu adaptée, une psychothérapie classique peut continuer car il y aura forcément un travail sur l’estime de soi. - En parler Dans certains cas, le travail peut tout simplement s’effectuer en couple. Partager l’amour, en parler, dire combien on aime permet de savoir aussi combien l’on est aimé. Une voie à envisager avec tout le sérieux nécessaire. Certains ouvrages peuvent constituer une aide précieuse afin de progresser. Il s’agit de livres sur la connaissance de soi mais aussi de l’expérience vécue et surmontée par d’autres. Des témoignages qui permettent d’aller de l’avant pour prendre des mesures efficaces. Retenez que nous sommes des êtres inscrits dans la finitude. C’est à partir de nos faiblesses et à partir du moment où nous nous acceptons tels que nous sommes que par la suite nous pouvons réellement habiter notre vie et aller de l’avant. n I.N. A LIRE « Accueillir la faiblesse » de Jacques Arènes, Editions Payot, 238 pages. FÉMININPSYCHO 91 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 69 aoû/sep/oct 2012 Page 124