Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°68 de mai/jun/jui 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 55,3 Mo

  • Dans ce numéro : les clés pour aimer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
MES ENFANTS & MOI abandonnés par exemple, il va falloir travailler à réparer cette blessure initiale. Comme l’ont démontré Marcel Rufo, Boris Cyrulnic et d’autres psychiatres ou pédopsychiatres, certains surmontent plus facilement que d’autres les obstacles grâce à une capacité de résilience supérieure, dont on ne connaît pas vraiment l’origine. Les spécialistes mettent en avant certains conseils, logiques évidemment, mais difficiles parfois à mettre en place. Ainsi, il est recommandé de valoriser autant que faire se peut les efforts ou progrès, même peu importants, de l’enfant. Il adore les « bravo », mais attention il ne s’agit pas non plus de faire preuve d’admiration béate. Cette façon de faire donne une grande confiance en soi. En général, les parents n’ont aucune difficulté à applaudir aux premier pas, aux premiers mots, mais il ne faut pas oublier que cela doit aussi s’inscrire dans le temps. 86 FÉMININPSYCHO• De plus en plus autonome jusqu’à l’indépendance Encourager l’autonomie est aussi une belle preuve de confiance, que cela se passe lorsqu’il descend ses premiers escaliers, va pour la première fois à l’école seul, ou arrive à faire du vélo sans roulettes supplémentaires. Même si le succès n’est pas vraiment au rendez-vous, peu importe, c’est le progrès qui est intéressant et doit être applaudi. Et cela continue… la première soirée, le premier gâteau mis au four, la participation à une compétition de sport, sans oublier les événements comme le brevet ou le bac. Il s’agit d’être là pour aller plus loin, y compris parfois pour l’aider à dépasser sa peur en lui faisant comprendre qu’il n’y a pas de honte à avoir. Mais le vrai challenge des parents est de parvenir à accepter les échecs et de faire sentir son mécontentement, parfois sa colère sans aller trop loin. Or, la maitrise de soi est en certaines circonstances Encourager l’autonomie est aussi une belle preuve de confiance. PHOTOS.COM difficiles avec les enfants ! Des mauvaises notes, des mensonges, une colle, etc. En effet, il est logique immédiatement de le réprimander, le problème est de parvenir à ne pas utiliser des mots blessants, histoire de le faire réagir. Ce qui ne marche habituellement absolument pas, bien au contraire. Le pire (mais là encore, difficile de jeter la pierre !) est de faire des comparaisons peu flatteuses pour lui, avec son frère ou sa sœur par exemple. Ou encore de l’humilier sans vraiment le vouloir simplement parce que l’on est en colère, fâché, et que la journée a été mauvaise. Se moquer est parfois un simple réflexe, mais contribue en réalité à un profond découragement chez l’enfant. Tous les parents le savent, il suffit de se mettre à la place de l’enfant en transposant la situation dans le monde du travail. Comment supporterions-nous un supérieur qui viendrait se moquer de nous ou nous comparer au collègue du bureau d’àcôté ? Et pourtant nous ne sommes plus des enfants, encore moins des ados susceptibles. Il ne faut pas oublier que le but ultime de l’éducation est de faire de ce petit bébé un adulte tout à fait capable de mener sa vie seul dans la société contemporaine.• Explications versus obéissance Le dialogue est toujours préférable aux ordres. Il n’est pas question de transiger sur la politesse, mais expliquer le pourquoi du comment est toujours une meilleure solution. Il est vrai que là encore, il faut quand même que certaines circonstances soient réunies. Il est parfois plus rapide et efficace du moins dans un premier temps pour parvenir à ses fins de dire qu’il faut faire ainsi et pas autrement. Mais pour que cela soit vraiment intégré, expliquer même avec une seule phrase est préférable. D’autant que les enfants adorent poser des questions. « Pourquoi » semble être leur mot favori à un certain âge. Les parents sont en première ligne, il leur faut parfois réparer les bévues commises par d’autres adultes et il est difficile de continuer à avancer en étant toujours parfait en tant que parent. Les erreurs sont possibles, le tout est de reconnaître que l’on peut
Attention ! Si votre enfant a tendance à s’auto-dévaluer de façon régulière : • « Je suis nul(le) »,• « Je n’y arriverai jamais »,• « Les autres sont meilleurs que moi » … Il est toujours possible de réagir et de modifier le cours des choses. Alors, faites-le, c’est votre rôle de parents ! avoir eu une réaction excessive, du simple fait que l’on a eu des contrariétés préalables. Histoire justement de rétablir la confiance. Confiance envers ses enfants Si la confiance acquise est la base d’une assise stable au développement de l’enfant, les parents aussi doivent apprendre à faire confiance à leur enfant, ce qui ne va pas toujours de soi. Il y a en effet une grande différence entre les deux choses. Heureusement, les relations parents-enfants ont beaucoup changé. Auparavant, le père représentait l’autorité toute-puissante et sa parole ne pouvait être remise en cause. Aujourd’hui, le poids de la mère et du père sont plus équilibrés, voire l’autorité est parfois passée du côté de la mère, mais globalement le dialogue est de mise, en tous les cas bien plus que par le passé. Mais s’il est un point important pour l’enfant qui grandit, c’est de sentir que le parent a confiance en lui, du moins pour les tâches en rapport avec son âge. Rien de pire que de sentir que ses propres parents ne croient pas en vous, en votre avenir, ou qu’ils ont peur de tout. Tout n’est peut-être pas rose, mais enfin, parler du taux de chômage à tous les repas, ou faire preuve de pessimisme quant au futur ne va pas arranger quoi que ce soit bien au contraire. Sans faire preuve d’angélisme, faire confiance à son enfant est un point essentiel pour son lancement dans la vie.• Une culpabilité à surmonter Lorsque les choses tournent mal avec les enfants, c’est la culpabilité et le désarroi qui se font jour. Apprendre à être de bons parents, avoir éventuellement recours à une aide extérieure, que ce soit dans le cercle amical ou chez un pédopsychiatre est normal. Et pourtant le succès n’est pas toujours à la hauteur des espérances parentales. Le parent doit aussi avoir confiance en lui et en ses capacités à réagir de la bonne façon. Lorsque l’on aime ses enfants et que l’on souhaite le meilleur pour eux, les réactions instinctives sont souvent les bonnes. Et s’il arrive que l’on se trompe, l’important est de redresser la barre, parfois en s’expliquant, mais en sachant qu’on ne devient pas parent d’un coup de baguette magique, cela se fait aussi dans le temps.• La vision des psychothérapeutes Il faut dire que les donneurs de leçons sont nombreux. En premier lieu d’ailleurs les psychothérapeutes qui n’hésitent pas à asséner des phrases terribles en corrélant directement le manque de confiance en soi avec l’incapacité des parents à inculquer à leur enfant une image positive de luimême. Les spécialistes caractérisent ce manque de confiance par une absence de spontanéité chez l’enfant, puis chez l’adulte. Un comportement acquis au fur et à mesure que les attitudes instinctives de l’enfant sont PHOTOS.COM systématiquement réprimées, que cela soit justifié ou pas. Cela est souvent le résultat d’une éducation très stricte. Comme l’enfant ne peut pas suivre ses élans naturels, il tente donc de fonctionner systématiquement en se contrôlant et en sachant que ses élans ne sont pas appropriés. Evidemment dans ce cas, le processus d’automépris se met en route, ne permettant plus de construire vraiment une assurance suffisante. L’enfant devenu adulte ne voit plus que ses défauts, ce qui l’empêche aussi d’aller vers les autres et de leur accorder à son tour une confiance qu’il ne possède pas. Les conséquences sont diverses : un individu passif et résigné qui cherche à éviter ainsi les problèmes en tous genres, ou un individu qui peut reprendre pied grâce aussi à l’amour et au soutien d’un partenaire ou d’un médecin. Cela peut aussi être la conséquence d’un problème de santé chez l’un des deux parents, comme une dépression. Un parent dépressif aura en effet tendance à être et provoquer de l’anxiété, sans pouvoir se maîtriser et sans vraiment s’en rendre compte. On le sait, la dépression pousse à une vision pessimiste du monde qui se transforme souvent en peurs diverses et variées chez lui et chez l’enfant. Il arrive en effet que les comportements négatifs des parents se transmettent dans la vision du monde acquise par l’enfant. Cela est relativement rare heureusement, car les deux parents exercent habituellement une influence différente. La confiance est bel et bien la base de la relation entre parents/enfants, mais pour cela il faut que les parents possèdent également cette confiance en eux pour être à même de la transmettre. n A.F. FÉMININPSYCHO 87



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 124