Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°68 de mai/jun/jui 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 55,3 Mo

  • Dans ce numéro : les clés pour aimer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 80 - 81  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
80 81
MES ENFANTS & MOI seront plus couvés si leur mère est au foyer, ou lorsque c’est la mamie qui s’en occupe. Car la sociabilité s’apprend en premier lieu avec les enfants du même âge. Habituellement, un enfant unique est plus entouré d’adultes que d’enfants, il ne manque donc pas de maturité à ce niveau, bien au contraire. Il est donc important de rééquilibrer cela en le laissant au maximum profiter des contacts avec les autres : anniversaires, sorties du mercredi, tout est bon pour aller voir ou recevoir copains et copines. Centres aérés, colonies sont aussi souvent bien vécus par les enfants, parfois moins bien par les parents. Sans les obliger soudainement à partir trois semaines alors qu’ils sont toujours à la maison, bien évidemment. Commencer par une petite semaine pour se rassurer. Ou le laisser partir en vacances avec les cousins, cousines si les âges sont similaires. Une bonne façon de les laisser un peu se débrouiller, quelques disputes n’ont jamais fait de mal, encore moins l’apprentissage du pardon et de la réconciliation. 2.Lui apprendre à partager On dit d’un enfant unique qu’il est égoïste essentiellement pour cette raison : il a ses petites affaires et n’aime pas les partager. Normal, il n’en a jamais eu l’habitude. En fonction des caractères, cela lui sera plus ou moins facile de changer. Il s’agit pourtant d’un point essentiel, non 80 FÉMININPSYCHO seulement vis-à-vis de ses petits camarades, mais aussi pour sa vie future. Apprendre le partage ne va pas de soi, lorsque rien ne permet d’aller vers cet apprentissage. L’éducation doit donc compenser ce léger manque. Il ne faut jamais oublier que les enfants ont aussi leur propre personnalité et enfant unique ou pas, certains sont instinctivement orientés vers leur entourage et font preuve d’une générosité naturelle, tandis que d’autres garderont toute leur vie l’habitude d’avoir leurs petites affaires bien à eux et n’aimeront pas que l’on vienne les chercher sur ce point. Enfant unique ou petit dernier de grande famille, le plus égoïste n’est pas toujours celui qu’on pense ! 3.Ne pas transférer sur lui toutes ses ambitions L’un des soucis principaux pour les parents lorsque l’on élève un enfant unique est qu’il est très compliqué de ne pas procéder à un surinvestissement sur l’enfant unique. Il représente le futur et comme toujours, ils souhaitent que tout soit plus facile pour lui que cela ne l’a été pour eux. Un désir bien naturel et qui concerne tous les parents, sauf que lorsqu’il n’y a pas de frères et sœurs, tout est orienté sur une seule personne qui concentre tous les espoirs non assouvis des adultes. Ce qui peut être très pesant pour l’enfant. Il ne faut pas demander l’impossible : les parents vont essayer de donner la PHOTOS.COM « Il faut parvenir à faire le deuil de son enfant idéal pour s’adapter à son enfant bien réel. Pas si simple ! » meilleure éducation possible : sports, culture, musique, cours du soir, rien n’est jamais trop beau pour ce pauvre enfant qui comprend assez rapidement qu’il est condamné à la réussite. Et qui risque bien de se rebeller l’adolescence venue, au grand dam de ses parents qui ne comprendront pas comment cet enfant si gentil a pu en arriver là ! Il faut donc parvenir à faire le deuil de son enfant idéal pour s’adapter à son enfant bien réel. L’enfant parfait n’existe pas… ni le parent. Il peut être plus doué que vous, moins doué, peu importe. Il est normal que l’on fantasme dès la grossesse : on rêve d’une petite blonde aux yeux bleus et voici apparaître une brunette aux yeux « noisettes ». Si pour ce point de vue purement physique, l’adaptation des parents est rapide, les rêves que l’on fait sur d’autres plans continuent eux à vivre pendant des années au fur et à mesure de la croissance de l’enfant. Accepter l’enfant dans sa vraie dimension et personnalité est d’autant plus essentiel qu’il est seul à porter les rêves de ses parents. Cela peut s’avérer trop lourd à porter et avoir des conséquences : un repli sur soi, une fugue, une déprime pouvant aller jusqu’à la dépression, voire une tentative de suicide, face à un échec trop violent dans les cas extrêmes. Mais la plupart du temps,
cela entraîne surtout une mauvaise image de soi et l’impression de ne pas avoir été à la hauteur… 4.Le laisser être un enfant L’enfant unique est entouré par ses parents, les amis de ses parents, parfois les oncles, tantes, et les enfants ne sont pas forcément légion dans son environnement familial. Il entend plus de conversations d’adultes, on lui parle fréquemment comme à une personne plus âgée, en bref, il devient plus rapidement que d’autres un petit homme ou une petite femme. Cela lui permet évidemment de grandir plus vite, d’acquérir une certaine maturité, parfois superficielle, mais c’est aussi lui donner un sérieux qu’il a bien le temps d’acquérir. Là encore, pas facile pour les parents de parvenir à se maîtriser. Il est plus intéressant d’initier un enfant à ses propres hobbies plutôt que de jouer avec lui à des jeux que l’on est en droit de considérer comme inintéressants. D’où l’importance d’avoir des amis du même âge avec qui jouer, que ce soit au football, à la dînette, ou à la bataille. Quel enfant peut jouer au docteur avec ses parents ? Aucun, d’autant que cela les poussera sans doute à l’imaginer déjà en première année de médecine ! Les parents sont souvent fiers qu’on leur dise que leur enfant est plutôt précoce, mûr par rapport à d’autres. Mais point trop n’en faut, car le monde de l’enfance doit aussi et surtout être celui de l’insouciance. 5.Lâcher la bride Bien entendu, la volonté de tout parent est de préserver son enfant, et même tous les enfants. Le fait d’être le seul à bénéficier de cette protection confère bien entendu un sentiment de sécurité mâtiné d’une vraie sensation de puissance. Autant dire que dans ces conditions, la remise en question par les autres sera ressentie comme un choc. Tous les parents veulent protéger leur enfant, unique ou pas. Mais tous savent aussi qu’avec sa naissance apparaissent aussi la peur qu’il ne lui arrive un jour quelque chose. Une peur qui ne cesse pas dans le temps : peur d’un accident, d’une maladie, de la drogue, de la mort… Et même s’il est évident qu’un enfant ne remplace pas un autre, le fait de n’en avoir qu’un exacerbe l’inquiétude de nombreux parents. Pourtant rien n’y fait, il faut se résoudre à lâcher la bride et accepter que l’enfant coure des risques. A trop l’enfermer dans son cocon, on risque d’en faire non seulement un frileux, voire un peureux, mais de toute façon un jour viendra où il faudra bien qu’il aille de l’avant. Normalement, la prise de risque et d’autonomie se fait au fil du temps et des années. Mais dans certains foyers, cela prend du temps, un peu trop. Et le choc est d’autant plus rude à l’adolescence quand le jeune adulte désire, plus que les autres, autonomie et indépendance. PHOTOS.COM Des liens indéfectibles mère/fils Le lien avec la mère est forcément renforcé lorsque l’enfant est unique puisqu’il est le seul réservoir de l’amour maternel. L’enfant le sent, naturellement. Mais là où le lien devient particulièrement fort, c’est lorsque l’enfant unique se retrouve seul avec la mère, ce qui est bien entendu assez fréquent, étant donné qu’en cas de séparation, il est généralement confié à la mère. Difficile alors de ne pas construire un lien spécial basé sur l’exclusivité. Une relation à deux s’installe. La situation est vraiment presque caricaturale lorsqu’il s’agit d’un garçon avec sa mère. Le petit sera alors de fait l’homme de la maison, et l’Œdipe est alors plus proche que jamais. Un couple d’un nouveau genre s’installe, le petit garçon prenant vite des allures de protecteur et réclamant clairement l’exclusivité des soins et de l’amour de sa mère, si la situation dure dans le temps. L’enfant a souvent tendance à devenir le confident de sa mère, parfois simplement parce qu’il entend ou assiste à des conversations. Dans ce contexte, les garçons contrairement aux filles ne se révoltent pas, ils essaient d’assumer un rôle qui n’est pas le leur, même si au fil du temps, cette relation finit par devenir pesante. A tel point qu’un sentiment de rancœur peut apparaître. On l’aura compris aisément, le problème de l’enfant unique, lorsque problème il y a, ne tient pas à l’enfant, mais à l’éducation que ses parents lui donnent. Tout, ce qui peut favoriser une socialisation précoce est intéressant à condition de ne pas l’obliger à être sans cesse avec les autres. En effet, il y a aussi des solitaires chez les enfants uniques. Le second point sensible étant la relation trop exclusive avec les ou un parents : chacun doit être dans son rôle et l’enfant ne doit pas prendre la place d’un adulte. A bon entendeur… n A.F. A LIRE « L'enfant unique » de Carolyn White, Les Editions de l’Homme, 204 pages. FÉMININPSYCHO 81



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 124