Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°68 de mai/jun/jui 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 55,3 Mo

  • Dans ce numéro : les clés pour aimer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
MOI & MOI de se détourner de la vérité, de se persuader du contraire. Et pourtant, si l'Homme a conscience de la réalité des choses, il semble impossible de pouvoir s'en détourner dans la mesure où il a vu, entendu, ou au moins constaté ce qui a eu lieu. Alors, se mentir à soi-même semble relever de ce qu'on appelle la « mauvaise foi », qui est une conséquence même de l'orgueil, de la fierté, de l’ego, bref, de tout ce qui de près ou de loin découle du péché originel selon la doctrine chrétienne. Conscience et liberté de décisions Si l'Homme peut se mentir à luimême, alors il semble que ce soit la conséquence de sa liberté de choisir ce qui lui convient. En effet, l'Homme est-il un être déterminé condamné à agir par instinct et non par raison ? Si l'Homme était déterminé, alors pourquoi serait-il responsable de ses actes ? A fortiori, nier le pouvoir de décision des Hommes, ce serait remettre en cause leur responsabilité au sein de la société, ce serait aussi et surtout aller à l'encontre de sa faculté à user de sa raison. De fait, l'Homme agit certes en fonction de sa volonté, mais sa raison lui rappelle les normes juridiques auxquelles il est soumis, la volonté de l'Homme est « éclairée » par la raison. Un Homme n'ayant que sa volonté, ce serait un Homme ne voyant que son intérêt, ce serait le retour à la loi du plus fort, à la loi de la nature. Or, vivre en société, c'est avant tout penser à ceux qui nous entourent. Pour cela, l'Homme est responsable de ses actes, et par sa volonté raisonnée, il est à même de choisir en connaissance de cause. Selon Saint Thomas d'Aquin, l'Homme agit d'après un jugement libre, qui « n'est pas l'effet 72 FÉMININPSYCHO « Le pire mensonge est de se mentir à soi-même. » (Marc Levy) d'un instinct naturel s'appliquant à une action particulière, mais d'un rapprochement de données opéré par la raison. » Alors, l'Homme disposant d'un jugement libre semble capable de se mentir à lui-même. Si la réalité à laquelle il fait face ne lui convient pas, ou le blesse, ou si elle est différente de ce qu'il espérait a priori, alors ne va-t-il pas volontairement travestir le vrai ? L'Homme, parce qu'il est libre de choisir, est capable de se bercer d'illusions et maquiller la réalité. Sa conscience, parce qu'elle est mémoire, parce qu'elle l'ouvre à la réflexion, elle lui permet de choisir. L'Homme peut donc choisir de se tromper lui-même volontairement. Et pourtant, n'est-ce pas une chose impensable que de se tromper soimême ? N'est-ce pas là nier l'unité de la conscience, et donc de la connaissance de soi et du monde ? En effet, la conscience permet à l'Homme de prendre connaissance de ce qui nous habite - c'est la conscience de soi -, et de ce qui fait le monde - c'est la conscience immédiate -. Avoir connaissance de la réalité par sa conscience A contrario, si l'Homme par sa conscience peut se représenter aussi bien le monde que lui-même et en avoir le savoir, alors il semble qu'il lui soit impossible de pouvoir se mentir à lui-même. En effet, comment l'Homme qui par sa conscience est à même de connaitre la réalité des choses pourrait-il nier ce savoir ? Dès lors, s'il nie ce savoir, il n'en demeure pas moins qu'il sait toujours ce qui est vrai. A défaut d'un mensonge envers soi-même, ce serait plutôt se bercer d'illusions vaines, tout en ayant connaissance de la réalité. La conscience de l'Homme est une et indivisible, elle apporte un savoir sur ce qui entoure l'Homme et sur ce qu'il y a en l'Homme. C'est ce qu'Hegel assurait dans sa Propédeutique philosophique en affirmant que « la conscience, absolument parlant, est la relation du Je à un objet, soit intérieur, soit extérieur ». L'Homme, par sa conscience immédiate, est en relation avec le monde, il perçoit ce qui l'entoure, il y est sensible, il y réagit. C'est la conscience qui accompagne nos perceptions. Quant à la conscience de soi, c'est celle qui permet à l'Homme de se saisir lui-même, d'avoir une identité, de savoir qui il est malgré les changements. Après tout, à trente ans, nous ne sommes plus le même qu'il y a quinze ans, mais notre conscience nous permet d'avoir la certitude de notre personne, de notre passé, de notre unité. En clair, cette conscience permet à l'être humain d'accéder à la vérité, même si les perceptions PHOTOS.COM
PHOTOS.COM Arrêter « de se la raconter », c'est forcément mieux vivre avec soi-même. peuvent parfois le tromper. Cette vérité, qu'il l'accepte ou non, il en a conscience, il en a surtout la connaissance. Il peut la bercer d'illusions, mais cette connaissance demeure malgré tout. De ce fait, si l'Homme s'illusionne, se trompe lui-même, ce n'est que se voiler ce dont il a le savoir. Il se ment à lui-même alors qu'il sait la réalité des choses. Ce mensonge tend donc à la mauvaise foi. Le règne de l’ego : Mauvaise foi, orgueil et fierté Si l'Homme accède par sa conscience à la connaissance du monde et de lui-même, alors se mentir à soimême relève d'un certain orgueil. Comment l'Homme peut-il s'assurer du contraire de ce dont il a le savoir ? Comment peut-il travestir volontairement ce qu'il sait véritable ? Effectivement, l'Homme est confronté à une réalité qui parfois le blesse, à laquelle il ne peut croire. Sans doute qu'en s'assurant du contraire, il acceptera avec le temps cette réalité dont il a connaissance. Seulement, c'est faire preuve de mauvaise foi, soit par fierté, soit par orgueil, c'est-àdire par une opinion très avantageuse concernant sa valeur personnelle, par laquelle on se place au-dessus des autres. A contrario, accepter la réalité, c'est agir avec humilité, que cette réalité soit en accord ou contraire à nos attentes. L'orgueil, la fierté, se voiler la réalité, ne sont-ce pas là des conséquences intrinsèques du péché originel selon la doctrine chrétienne ? De fait, par rapport au péché originel, il y a un avant et un après. Avant le péché originel, « l'Homme [...] est élevé au-dessus de toute la nature, rendu comme semblable à dieu et participant de la divinité ». Après la Faute, et donc « en l'état de la corruption et du péché, il est déchu de cette état et rendu semblable aux bêtes. » Par ces paroles, Pascal montre les conséquences de la chute, de cette Faute, de ce péché originel. L'Homme qui recevait la Grâce, qui était protégé du péché, est depuis lors confronté au mal. La fierté, l'orgueil, autant de vices faisant de lui un être capable de s'illusionner. Après tout, le mensonge, c'est une assertion sciemment contraire à la vérité, énoncée avec intention de tromper autrui. Et cet être confronté au mal en est capable, car déchu de son état de Grâce. Cependant, l'Homme peut toujours se tourner vers la Grâce et rejoindre Dieu. Par le salut, l'Homme peut échapper à la déréliction de l'incroyance, la « misère » se transforme de fait en « félicité ». Se tourner vers Dieu selon Pascal, c'est mettre de côté tout ce que l'Homme a de misérable et s'ouvrir à sa lumière. L'Homme ayant conscience du mal et du bien, est à même d'accepter la réalité, c'est à lui de choisir. Cesser de se bercer d’illusions Ainsi, l'Homme peut se mentir à luimême, il peut travestir ce dont il a connaissance. Ce mensonge tient de la mauvaise foi, l'Homme le choisit en connaissance de cause, c'est un acte volontaire dont lui seul est responsable. Mais par son libre-arbitre, par sa faculté de pouvoir choisir, l'Homme peut cesser de se bercer d'illusions, agir avec humilité, accepter la réalité, y faire face, affronter donc les obstacles dont la vie sur terre regorge. Pour cela, l'Homme peut trouver les ressources nécessaires lui permettant d'accepter ce qui le contrarie. Ces ressources, il peut les trouver soit au travers de la psychothérapie, des méthodes de développement personnel ou d’une recherche de spiritualité. « Se la raconter » est donc un comportement qui cherche à nier l’image que nous avons de nous-même, ce qui est illusoire et fortement consommateur d’énergie, puisqu’une fois confronté à la situation qui nous inquiète, nous ne disposerons pas davantage de la ressource dont nous avons besoin. Profitons du fait que ces petits aménagements de la réalité sont les miroirs des manques que nous ressentons pour les repérer et y remédier. Histoire de mieux vivre avec nous-mêmes. n E.A. FÉMININPSYCHO 73 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 124