Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°68 de mai/jun/jui 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 55,3 Mo

  • Dans ce numéro : les clés pour aimer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
PHOTOS.COM MOI & MOI Les femmes & la chirurgie > Quelles opérations les femmes françaises privilégient-elles ? • Rectification du nez : 18% • Remodelage du ventre : 15% • Injection dans les rides : 11% • Lifting : 9% • Implants ou retraits mammaires : 9% • Liposuccion : 5% • Correction des paupières : 5% • Lissage des rides : 4% > Sont-elles satisfaites ? Le taux de satisfaction des femmes ayant fait appel à un chirurgien esthétique est de 79%. Dans son livre « La beauté sur mesure », Françoise Millet-Bartoli se penche sur les aspects psychologiques de la chirurgie esthétique, et sur les risques psychologiques qui existent lorsque l'on choisir de faire modifier son apparence extérieure. Le principal risque est d'aggraver un trouble qui existait déjà avant l'opération. Si l'envie d'avoir enfin un nez droit et sans défaut est en fait la manifestation d'une dépression sous-jacente, la chirurgie esthétique n'améliorera pas la situation, et risque même, en perturbant la 68 FÉMININPSYCHO perception de soi, d'aggraver le problème. Il arrive que les patients opérés ne se reconnaissent plus dans leur nouveau physique, même après un changement mineur ; le risque est alors qu'ils continuent à se faire opérer encore et encore, puisque leur visage « de référence » a disparu. De plus, des études statistiques ont montré que le taux de décès par suicide est de 55% supérieur chez les femmes ayant bénéficiées d'une chirurgie esthétique du visage. Ce chiffre est énorme, et ne cesse d'augmenter. En effet, de toute évidence, PHOTOS.COM PHOTOS.COM les femmes candidates à la chirurgie esthétique présentent déjà une fragilité psychologique, car elles rejettent une ou plusieurs parties de le corps qui ne leur plaisent pas. C'est pourquoi, l'idée que les femmes qui souhaitent recourir à la chirurgie esthétique doivent être soigneusement examinées sur le plan psychologique auparavant l'intervention est renforcée. Ceci permettra d'analyser, par exemple, le taux d'estime de soi ou le degré de confiance en soi.• Bien analyser la demande du patient Dans les discussions entre médecin et patients, certains mots indiquent parfois ce genre de confusion relative à une demande obscure, et hésitante. « Après ma rupture avec mon dernier conjoint, j'ai déprimé ; ces derniers mots résonnent encore dans ma tête : moche, laide. J'ai consulté.
PHOTOS.COM Je voudrais changer mes seins, et faire un lifting. » Le chirurgien a répondu à cette demande, la patiente témoigne peu après : « je déprime, je craque, je me sens toujours seule et dévalorisée ». Les médecins, en cas de difficulté, s'appuient sur la clinique, recherchent des éléments de réponse dans le discours du patient. Ce discours du patient devrait être analysé, afin de permettre d'accéder aux vraies attentes du patient, pour savoir si l'attente est de nature à être comblée ou, au contraire, à rester insatisfaite. Il est utile de se demander avant de consulter un chirurgien si la demande n'est pas avant tout psychologique. Il est utile que le médecin puisse identifier les fantasmes inconscients qui se profilent derrière la demande d'un patient. ment de l'image du corps allant vers le syndrome dysmorphique du corps. Le corps médical n'a pas le monopole du mieux-être, et de l'accès au plaisir ou à la satisfaction, mais le médecin est le consultant et le responsable en face du patient pour répondre sincèrement à ces questions. Afin d’écarter les mauvais candidats, tant sur le plan physique que psychologique, un chirurgien doit faire preuve de tact et de psychologie. Bien que plusieurs ignorent les mauvaises situations, certains font preuve d’intelligence et repoussent gentiment les mauvais candidats. En aucun cas, le médecin praticien ne peut aider un patient qui prétend souhaiter devenir quelqu’un d’autre. Dans certains cas extrêmes, il devra même refuser la demande et conseiller un soutien psychologique.• Quand la vie est en jeu Des études menées aux Etats-Unis et au Canada prouvent que le taux de suicide des femmes qui optent pour des implants mammaires est de 73% plus élevé que dans la population en général. Ces suicides ne sont pas liés directement aux prothèses mais au contexte psychique des patientes qui présenteraient une plus grande vulnérabilité. Si nous traitions d'abord les problèmes psychologiques ou psychiatriques, alors peut-être certaines de L'image du corps joue un rôle important dans la décision de chercher la chirurgie cosmétique. Les études suggèrent que les personnes qui cherchent la chirurgie ont un mécontentement excessif de leur image du corps. Une minorité de personnes, qui cherchent la chirurgie, peut avoir des cas extrêmes de ce mécontenteces femmes ne voudraient-elles plus de prothèses. Certaines patientes ne sont pas en accord avec cette interprétation de vulnérabilité pré-existante et mettent ces suicides sur le compte des problèmes de prothèses rencontrés après mise en place des implants (réinterventions successives etc). Comme cette patiente ayant eu 14 implants en 18 ans. Est-ce spécifique aux implants mammaires ? Non semble-t-il, puisque les femmes ayant subi une chirurgie esthétique d'un autre type ont elles aussi un taux de suicide de 55% plus élevé que la population générale, ce qui montre que toute la chirurgie esthétique est concernée et non pas seulement le sujet des implants mammaires. D'autres études de moindre envergure, l'une en Suède, l'autre en Finlande, ont abouti à des résultats similaires et conclu que les femmes bénéficiant d'implants mammaires avaient plus souvent un profil psychologique caractérisé par un manque de confiance en soi et une faible estime personnelle. « Une bonne pratique médicale devrait inciter les chirurgiens à porter attention aux raisons pour lesquelles leurs patientes veulent recourir à la chirurgie esthétique, explique le docteur Brisson. Si leurs motivations reflètent des problèmes que ne peut résoudre la chirurgie plastique, les médecins devraient référer ces patientes à des personnes qui peuvent les aider sur le plan psychologique. » FÉMININPSYCHO 69 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 124