Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°68 de mai/jun/jui 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 55,3 Mo

  • Dans ce numéro : les clés pour aimer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
ENQUÊTE phie, la connaissance de soi peut répondre à des exigences diverses, mobilisant un individu plutôt qu'un autre, à tel moment de la vie ou à tel autre : • Une nécessité intérieure : goût de l'introspection, curiosité pour le « mystère personnel ».• Une exigence de lucidité : retour de l'esprit critique sur lui-même.• Une culture du libre-arbitre : C’est le « Nous nous croyons libres que parce que nous ignorons les causes qui nous font agir » de Spinoza. Il s’agit ici d’agir en accord avec soi.• L’individuation : découverte de sa vocation, son potentiel, son « horizon des possibles ». C’est le « Deviens ce que tu es ! » de Pindare.• Une maîtrise de soi-même : s'améliorer, améliorer ses relations.• Des choix pertinents : maîtriser EXPERT 62 FÉMININPSYCHO « Connaissance de soi » son destin, anticiper. C’est le « Ce qu'on ne veut pas savoir de soimême finit par arriver de l'extérieur comme un destin. » de CarlGustav Jung.• Une recherche de sens de sa vie : « Ce qui est le plus vrai d'un individu et le plus lui-même, c'est son possible que son histoire ne dégage qu'imparfaitement. » de Paul Valéry. RENÉ DAUMAL, poète, critique, essayiste, indianiste et écrivain français « Le vrai sommeil de l’esprit » « Tel homme s’éveille, le matin, dans son lit. A peine levé, il est déjà de nouveau endormi ; en se livrant à tous les automatismes qui font que son on corps s'habiller, sortir, marcher, aller à son travail, s'agiter selon la règle quotidienne, manger, bavarder, lire un journal - car c’est en général le corps seul qui se charge de tout cela -, ce faisant il dort. Pour s’éveiller il faudrait qu’il pensât : toute cette agitation est hors de moi. Il lui faudrait un acte de réflexion. Mais si cet acte déclenche en lui de nouveaux automatismes, ceux de la mémoire, du raisonnement, sa voix pourra continuer à prétendre qu’il réfléchit toujours ; mais il s’est encore endormi. Il peut ainsi passer des journées entières sans s’éveiller un seul instant. Songe seulement à cela au milieu d'une foule, et tu te verras environné d'un peuple de somnambules. L'homme passe, non pas, comme on dit, un tiers de sa vie, mais presque toute sa vie à dormir de ce vrai sommeil de l'esprit. Et ce sommeil, qui est l‘inertie de la conscience a beau jeu de prendre l’homme dans ses pièges : car celui-ci, naturellement et presque irrémédiablement paresseux, voulait bien s'éveiller certes, mais comme l'effort lui répugne, il voudrait, et, naïvement il croit la chose possible, que cet effort une fois accompli le plaçât dans un état de veille définitif ou au moins de quelque longue durée ; voulant se reposer dans son éveil, il s'endort. De même qu'on ne peut pas vouloir dormir, car vouloir quoi que ce soit, c’est toujours s'éveiller, de même on ne peut rester que si on le veut à tout instant. » Quel est le soi à connaître ? La question de la connaissance de soi renvoie avant tout à l'interrogation sur ce qu'il faut considérer comme le "soi". Cette connaissance peut donc avoir tout ou partie des formulations suivantes : • Que suis-je en tant qu'humain dans le cosmos ou dans la biosphère ? • Que suis-je en tant qu'être humain inscrit dans une histoire ? En tant qu'homme ou femme, en tant que membre de telle culture à telle époque, en tant qu'enfant de tel couple, etc.• Qu'en est-il de mon caractère, de ma personnalité ? • Que suis-je comme être singulier ? • Que suis-je de plus que la résultante de mes déterminations et de mes conditionnements ? Suis-je un être libre ? • Suis-je conscient ou puis-je devenir conscient de tout ce qui me détermine ? Une grande partie de la difficulté de cette quête provient de l'imbrication de ces questions : comment se situer personnellement sans un début de réponse d'ordre cosmologique ? Comment cerner la place de l'homme sans avoir arpenté son propre univers intérieur ? Ensuite, la question renvoie à celle de la connaissance elle-même. Quelle place effective tient cette connaissance : une information anonyme ou une véritable compréhension ?
Le soi face à la crise identitaire Cette recherche du soi s’avère d’autant plus compliquée que la déstabilisation des cadres de socialisation que sont la famille, le travail ou les formes d'appartenances religieuse ou politique ont abouti à une véritable crise identitaire générale. C'est en tout cas la thèse défendue par le sociologue Claude Dubar dans « La Crise des identités » (Armand Colin, 2000). La déstabilisation des liens familiaux est le premier facteur d'incertitude identitaire. En trente ans, la famille moderne a changé de statut. L'institution stable fondée sur des normes rigides (« les liens sacrés du mariage »), une hiérarchie stricte (celle du « chef de famille » sur la femme et les enfants), une division des rôles (entre homme et femme, parent et enfants) a perdu son statut d'institution. La crise de la famille a remis en cause les rôles rigides assignés aux hommes et aux femmes : l'homme destiné à devenir mari et chef de famille ; la jeune femme devenant épouse, puis mère au foyer ; la conquête de l'autonomie des femmes, le déclin du patriarcat, la démocratie familiale... Désormais, une telle trajectoire n'est plus « naturelle ». Le couple est plus instable, les rôles assignés à l'homme ou à la femme PHOTOS.COM D.R. ont perdu de leur évidence. De là découlent une instabilité et une incertitude des relations et configurations personnelles. Derrière la crise identitaire - faut-il se marier ou non ?, faut-il prendre le nom de son mari ?, arrêter sa carrière pour faire des enfants, au risque de se voir enfermer dans le rôle de mère au foyer ? - et derrière la question identitaire (qui suis-je ?, que dois-je faire de ma vie ?) se profilent des enjeux personnels très concrets. « Au lieu d'aller dehors, rentre en toi-même : c'est au cœur de l'homme qu'habite la vérité. » (Saint Augustin) On peut faire à propos des identités religieuses ou politiques le même constat que pour la famille ou le travail. L'individu est tiraillé entre ses identités multiples. Il hésite, zappe, oscille entre ses multiples appartenances. Il est en « quête de soi » permanente. Les engagements collectifs et les appartenances communautaires ayant moins d'emprise sur l'individu, il se retrouve à la fois plus libre, mais aussi plus désemparé. Le déracinement de l'individu est sans doute l'une des causes principales de la dont traite abondamment la littérature sociologique. Une quête identitaire essentielle Faire retour sur soi n'est pas un acte qui ne fait que stupidement redoubler la perception. La prise de conscience de soi favorise un éveil. Si je me suis comporté comme un imbécile, si j'ai été violent et que j'en prends conscience, je ne suis plus tout à fait un imbécile ou un violent au sens habituel, je commence à me voir tel que je suis. Mais la vigilance quotidienne autorise-t-elle la prise de conscience ? Avouons que non. C'est un peu comme si dans la vie quotidienne la plupart d'entre nous étions dans une sorte de somnolence et qu'il nous fallait quelques instants de lucidité dans notre existence pour casser la routine de nos habitudes. La prise de conscience ne devrait pas être seulement occasionnelle. La prise de conscience est un processus continu où elle n'est rien. On ne peut dire en ce sens que l'on s'éveille définitivement, car si c'est FÉMININPSYCHO 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 124