Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
Féminin Psycho n°68 mai/jun/jui 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°68 de mai/jun/jui 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 55,3 Mo

  • Dans ce numéro : les clés pour aimer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
DOSSIER « Tomber amoureux » PHOTOS.COM souffrances. Une femme qui ressent une vocation à soigner éprouvera plus d’intérêt pour un être dans le malheur qu’une femme plutôt indifférente aux personnes mal en point. De même, une femme plutôt encline à la dépression sans pour autant être malade se sentira naturellement attirée par un partenaire ressentant les mêmes symptômes. A vrai dire, elle pourra même ressentir un véritable sentiment de bien-être en ayant à s’occuper de l’autre qui lui permettra de se sentir durablement mieux. Sentiment qui se transforme en amour très facilement, mais qui aura du mal à perdurer indéfiniment. La fin de la solitude Il arrive que l’on ne cherche pas vraiment quelque chose chez l’autre, même si l’on ne veut pas se l’avouer. Le but est en fait tout simple : ne plus être seul. Il est une époque où cette solitude assumée est agréable, lorsque les amies sont dans le même cas, ou lorsqu’elles sont suffisamment indépendantes pour ne pas systématiquement sortir en couple, ce qui heureusement est assez courant. Mais il y a des moments pesants, où l’on se sent véritablement la personne de trop, voire se sentir en situation d’échec de sa vie privée. Des moments vite passés, mais qui sont parfois suffisamment douloureux pour que l’on souhaite absolument en finir avec cela. Et surtout avec l’appartement vide. Au-delà de cette sensation de délaissement, apparaît aussi l’absence de 20 FÉMININPSYCHO PHOTOS.COM sexualité avec un partenaire stable avec qui l’on peut échanger sur ses désirs véritables et parfois l’impossibilité d’envisager avoir un enfant, tout simplement parce que l’on n’a aucun partenaire. Surtout si l’on est entourée d’amies ou de sœurs qui ont déjà créé des familles. Ce besoin de fonder un foyer devient parfois tellement pressant que les rencontres se succèdent, et le message est clair. Mais attention : c’est le moment où la femme risque de choisir le partenaire simplement pour mettre fin à une situation vécue comme difficile. Or, la vie à deux n’est pas non plus un long fleuve tranquille... Le besoin de protection En corollaire à la sensation de solitude, il arrive que l’on se sente en situation de fragilité sans la présence d’un compagnon. Plusieurs images se mélangent alors : il peut y avoir eu le fait d’avoir eu une enfance très protégée dont la nostalgie revient les années passant. Certaines peuvent aussi être d’un tempérament plus craintif et assumer le côté femmes faibles parce qu’il leur convient. Autre type de protection, l’aspect financier. Le fait de vivre en couple permet une meilleure assise économique, il est plus facile d’emprunter, de louer, etc. Même si ce côté n’est pas primordial, il peut intervenir dans un choix amoureux, en fonction du vécu de la femme et de sa crainte de l’avenir. La recherche de la fameuse « épaule » sur laquelle se reposer joue donc un rôle important, car l’ambition est de trouver la personne fiable, de confiance, qui ne s’enfuira pas au moindre problème. On retrouve ici la recherche du cocon parental qui disparaît inévitablement à partir d’un certain âge, y compris lorsque les parents sont encore vivants, mais trop âgés ou malades, pour continuer à pouvoir symboliser le refuge. L’amour pansement Il arrive qu’au cours d’une vie amoureuse, ruptures et déceptions mettent à mal l’envie d’une autre rencontre. Chez d’autres au contraire, cet échec les poussera à aller vers d’autres aventures afin de soigner la blessure. Une sorte d’amour palliatif qui permet de retrouver son estime de soi, mise à mal parfois par des mots agressifs ou une confiance en soi insuffisante. Dans ce cas, comme dans le cas de la solitude, le profil recherché est alors assez peu important. Il s’agit de poser un emplâtre sur son amour-propre, se prouver que l’on plait toujours. Un aveu de faiblesse mais aussi parfois une réaction plutôt saine qui permet de ne pas sombrer dans la déprime du « je ne plais plus ». Bien évidemment, ce type de rencontre est dans la grande majorité des cas vouée à l’échec, même si en amour, il ne faut jurer de rien. C’est parfois en se lançant à l’aveuglette que l’on découvre pour finir la personne adéquate.
PHOTOS.COM L’amour du « niveau de vie » Même si cela est assez rare, il faut noter que l’on recherche parfois chez l’autre des qualités bien précises où l’intérêt n’est pas absent. Quand bien même toute femme recherche une rencontre engendrant de vrais sentiments amoureux, la volonté peut aussi être de rechercher chez l’autre ce qu’il paraît difficile d’atteindre seule par ses propres moyens. Il peut ainsi s’agir d’une personne bien installée dans la vie, bénéficiant d’un métier prestigieux, d’un avenir a priori positif. L’objectif est ainsi de mettre toutes les chances de son côté pour que la vie soit la plus facile possible. Cela peut devenir un critère prioritaire dans le cas de femmes qui ont justement connu « la galère » comme de femmes qui au contraire ont toujours connu une vie privilégiée et ne veulent absolument pas que cela change. Il est facile de jeter la pierre, mais comme disent la plupart d’entre elles « cela n’empêche pas les sentiments », le tout est de savoir si cela les favorise vraiment. Une question de « bon timing » Il ne faut pas négliger l’aspect temps. Il arrive en effet que certains couples se forment sur le tard alors qu’ils avaient ressenti une attirance bien avant, parfois des dizaines d’années auparavant. Cela est rare, car les opportunités se représentent rarement deux fois. Mais il faut bien reconnaître que les rencontres dépendent aussi du moment où l’on se trouve dans la vie. Il est bien évident qu’il y a des moments où les choses ne se font pas, où la rencontre ne peut aboutir car les circonstances sont défavorables. Et celles où tout est réuni pour que tout se passe bien. Certains nommeront cela le destin, d’autres le hasard, la chance ou la malchance, mais le fait est qu’il convient d’être en éveil pour parvenir à ce que l’homme idéal ne passe pas inaperçu quand le bon moment est arrivé ! La recherche de compatibilité En ces temps où Internet a remis au goût du jour les rencontres « arrangées » comme au bon vieux temps des grandes familles, difficile de ne pas parler de ces couples qui se forment après une recherche très raisonnée. Les femmes qui s’inscrivent sur Meetic ou eDarling ont la plupart du temps une vraie volonté de trouver cette fameuse âme sœur. Plus de rêve d’amour passion la plupart du temps, mais la volonté de trouver chez l’autre des qualités objectives, des activités communes, des intérêts à la fois culturels et sportifs pour pouvoir pratiquer ensemble, ainsi qu’une vision de la famille et du couple qui soit relativement proche. Une vision de l’autre qui n’est pas très romantique même si le fait d’avoir rendezvous avec un inconnu reste quelque peu excitant. Le test de compatibilité devient alors l’arme suprême, de la même façon qu’il existait déjà dans les agences matrimoniales traditionnelles. On le voit la recherche du partenaire idéal peut correspondre à de nombreux besoins différents. La pire menace qui attend le couple est en réalité attendre trop de l’autre, ou vouloir se fondre en lui. En effet, audelà de certains critères superficiels (du type « j’aime les blonds aux yeux bleus ») qui ne présagent pas du futur, rechercher un homme avec lequel on ne forme plus qu’un n’est qu’illusion. La règle mathématique s’applique toujours : 1 + 1 a toujours fait 2, voire plus dans le cas d’un couple, mais jamais moins ! Pour se projeter dans l’avenir, et si l’on procède à une recherche volontaire de l’amour, mieux vaut s’interroger déjà sur ses expériences passées, pour en tirer des leçons, ou sur les critères mis en avant afin de comprendre ce qui se cache là-derrière. Mieux se connaître permet de moins se tromper, même si en amour, la surprise est très souvent au coin de la rue. n A.F. A LIRE « La voie de l'amoureux : Savoir aimer plutôt que rêver d'amour » d’Arouna Lipschitz, Editions Pocket, 273 pages. FÉMININPSYCHO 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 68 mai/jun/jui 2012 Page 124