Féminin Psycho n°67 mar/avr 2012
Féminin Psycho n°67 mar/avr 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°67 de mar/avr 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 63,6 Mo

  • Dans ce numéro : s'ouvrir aux autres.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 98 - 99  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
98 99
MOI & LES AUTRES Retour sur soi Procéder à cette analyse peut avoir des conséquences inattendues. En effet, les personnes qui se font le plus facilement des ennemies sont assez fréquemment des personnalités relativement égoïstes, avec un fort esprit de compétition qui les mène parfois à écraser leur entourage sans trop de ménagements, voire sans même s’en apercevoir, car cela fait partie de leur mode de fonctionnement habituel. PHOTOS.COM 98 FÉMININPSYCHO Leur étonnement peut être parfaitement sincère lorsqu’elles s’aperçoivent que tel ou tel individu a agi contre elles et semble lui en vouloir profondément. A force de foncer droit devant, il est inévitable de faire quelques victimes sur le chemin. Un comportement volontaire, car cela fait partie d’une philosophie de vie. Ou au contraire inconscient auquel cas évidemment, l’on en vient à souffrir de la rancune d’une ou de plusieurs ennemies et l’on souhaite modifier la situation. Encore faut-il parvenir à modifier aussi sa façon de faire si l’on souhaite que cela ne se renouvelle pas dans le futur et que les ennemies n’apparaissent dans la vie de façon récurrente. Plusieurs façons d’y parvenir La première chose est évidemment d’avoir récupéré son calme, de ne pas être dans un état fébrile ou stressé pour passer à l’action. Il convient au contraire de bien préparer le chemin, surtout si le pardon n’est pas votre tasse de thé.• L’auto-analyse Le fait d’avoir tenté de découvrir les causes du problème a déjà permis de rationnaliser la situation. Mais il convient aussi d’être prête à modifier certains points de son propre comportement. Si l’on n’est pas prête à faire ce type d’efforts, autant dire que l’échec risque d’être au rendez-vous. Le mea culpa est donc la première étape sur le chemin de la réconciliation. En effet, les ennemies ne naissent pas de façon spontanée. Certaines circonstances sont très claires et il y a eu un fait bien identifié à cette rivalité. Mais il arrive très fréquemment que l’on ne sache pas ce qui a mis le feu aux poudres. Si l’on excepte le cas possible où l’autre fait preuve d’une susceptibilité maladive de façon notoire, il faut accepter le fait que l’on y est personnellement pour quelque chose. L’auto-analyse est surtout importante lorsque l’on a déjà eu dans sa vie ce type de problème. Dans ce cas, sauf à faire preuve d’aveuglement à son propre égard, il faut bien reconnaître sa part de responsabilité. Tout n’arrive pas sans cesse par hasard, et la faute ne revient pas toujours à l’autre. La plupart du temps, comme pour les divorces, les torts sont partagés. Difficile cependant de s’auto-analyser objectivement, à tel point que l’on ne voit pas où se situe le problème. Il est important dans ce cas de pouvoir compter sur quelques personnes de confiance afin de leur poser des questions sur leur ressenti. Attention cependant à ne pas interroger ceux ou celles qui n’osent pas vraiment s’exprimer avec franchise, souvent par peur de faire de la peine. C’est la raison pour laquelle, ils ne sont pas forcément des très proches, bien au contraire. Remettre en cause son attitude, et au minimum se demander si l’on y est pour quelque chose est une étape préalable nécessaire. Si l’on se sent incapable de procéder à cette réflexion, il sera difficile d’aller plus loin dans la démarche.• Aller vers l’autre 1.S’expliquer Que ce soit dans le domaine professionnel ou personnel, à partir du moment où l’on ne veut pas laisser la situation en l’état, l’idéal est de parvenir à pouvoir organiser un entretien avec son « ennemie » afin de pouvoir éclaircir la situation. Prendre le taureau par les cornes en quelque sorte, sauf qu’il ne faut pas oublier que la personne en face de soi n’est probablement pas dans les mêmes dispositions. Il va donc fal-
PHOTOS.COM loir être à même de désamorcer une attitude hostile qui peut se manifester par le silence ou l’agression verbale. Il est important de faire preuve d’une certaine habileté à mener les entretiens difficiles afin de parvenir à un résultat. Dans tous les cas, bien la connaître et l’avoir cernée au préalable aide à savoir comment s’y prendre. Cet entretien doit donc être préparé avec soin afin de pouvoir porter ses fruits. Son objectif peut être de découvrir la raison de cette attitude si on ne la connaît pas. Et dans le cas contraire, il s’agit de s’expliquer afin de faire disparaître ce qui n’est parfois qu’un malentendu. Le lieu également a son importance, selon les relations que l’on a avec la personne : familiales ou professionnelles. L’humilité est de rigueur et évoquer son éventuelle responsabilité est indispensable. La façon de s’y prendre sera totalement différente en fonction du contexte : vouloir s’expliquer avec sa chef de service ou avec sa belle-fille modifie la forme, plus que le fond. 2.Une autre solution Si l’on ne parvient pas à organiser un entretien, ou si l’on se sent trop peu sûre de soi, il est possible d’écrire. Cela est bien entendu bien plus facile, car on peut alors prendre son temps, peser et choisir ses mots, et il n’est pas nécessaire de devoir maîtriser sa voix ou l’expression de son visage. Les psychologues conseillent dans ce cas de commencer à rédiger sans aucune censure le premier jet et de recommencer jusqu’à ce que l’on parvienne à la lettre qui a la chance d’être la mieux reçue, la plus factuelle. Il ne faut cependant pas confondre réconciliation et oubli. Mais cela n’empêche pas l’action : « car la bienveillance reste toujours un devoir, même vis-à-vis du misanthrope, qu’on ne peut certes aimer, mais auquel on peut cependant faire quelque bien » dixit Emmanuel Kant. Le simple fait d’avoir fait le premier pas a un impact. Un peu comme pour le tennis, il y a avantage pour celui qui a le service. L’autre a en effet le choix entre le rejet, mais cela en fait donc en quelque sorte le vrai responsable de la situation, ou le dialogue permettant de mettre les choses au clair. Cela est déjà un premier résultat. L’idéal est de repartir sur de meilleures bases et de continuer l’effort dans le temps, car avoir su dialoguer n’est pas une fin en soi. Quant à parvenir à transformer une ennemie en amie, cela arrive bel et bien. Car il se peut que l’antagonisme soit né de similitudes, par exemple une façon de réagir identique aux mêmes choses. Devenir amies est donc possible, même s’il s’agira certainement d’une relation qui ne manquera pas de sel ! Que faire en cas d’échec ? Avoir ouvert le dialogue est déjà un pas, mais le succès n’est pas forcément au rendez-vous, car l’on ne peut maîtriser son interlocuteur s’il n’a pas l’intention d’aller vers une solution. Si l’ennemie se trouve au bureau, il faut sans doute aller plus loin et en parler à une autre personne, par exemple un responsable des relations humaines, du moins si cela nuit au travail. Lorsqu’il s’agit d’une relation personnelle, avoir fait le premier pas vis-à-vis par exemple de sa belle-fille, ou de l’ex de son mari, suffit à avoir prouvé sa bonne volonté, y compris face aux autres membres de la famille. Il est inutile d’aller plus loin sans signe de bonne volonté de la part de l’autre partie. On ne peut agir à la place de l’autre. Mais le fait est que lorsque l’on a bien réfléchi avant et pendant cette démarche, avoir oeuvré en faveur d’une relation apaisée donne une profonde satisfaction. Cela est plutôt bon pour l’ego, surtout si l’on n’oublie pas ce que l’on a appris sur soi lors de l’auto-analyse. Le conflit peut-être générateur d’énergie, mais il devient aussi stérile s’il se fige dans une relation d’animosité. En conclusion, peut-être faut-il en revenir à la racine des mots. Ainsi « réconciliation » a une racine grecque, et si l’on veut traduire au plus près, cela signifie « se changer à l’égard de quelqu’un ». En effet, la réconciliation passe par le changement : dans la façon de voir l’autre, dans la façon d’évaluer la situation et… dans la façon de juger sa propre attitude. n A.F. FÉMININPSYCHO 99



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 124