Féminin Psycho n°67 mar/avr 2012
Féminin Psycho n°67 mar/avr 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°67 de mar/avr 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 63,6 Mo

  • Dans ce numéro : s'ouvrir aux autres.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 86 - 87  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
86 87
MES ENFANTS & MOI Il convient aussi de montrer du doigt le fait que cela ne concerne pas la France entière et que ce sont les grandes villes qui sont les plus concernées. Il en va différemment dans les plus petites communes ou les villages, où les éléments perturbateurs sont plus aisément identifiés. Généraliser le danger et le dramatiser est aussi parfois une tactique pour que des parents surprotecteurs gardent leurs enfants à la maison. Une nouvelle génération Les sociologues ont inventé de nouvelles notions : la générationX, puis maintenant l’Y sont les nouveaux qualificatifs en vogue. Car les enfants évoluent sur une autre planète, quel que soit leur milieu. Ils ont quasiment tous des téléphones portables, ont souvent accès à un ordinateur lorsqu’ils n’ont pas le leur, surfent sur Internet comme l’on monte à vélo, font des sms en permanence. En bref, la communication bat son plein. Quasiment tous ont des soucis pour se projeter dans l’avenir. La majorité ne sait pas vers quelle orientation se diriger, et prend assez rapidement en compte les difficultés pour se loger, le besoin de gagner suffisamment d’argent pour assumer le niveau de vie qu’ils ambitionnent. Le nombre de chaînes télé s’est multiplié, et les ados adorent les émissions où un jeune devient star en cinq semaines. Ils sont fascinés par les millions gagnés par les rappeurs américains et regardent les anniversaires d’enfants de milliardaires totalement coupés de la réalité de la vie normale. Tous veulent devenir riches, voyager, avoir de jolies voitures et de beaux vêtements… oui, mais comment ? D’autant qu’ils ne veulent pas se tuer au travail. La civilisation des loisirs leur est familière, les 35 heures aussi ! 86 FÉMININPSYCHO A la fois dans la réalité et dans leur imaginaire, nombre d’entre eux font preuve d’une certaine maturité : ils sont mieux informés que les générations précédentes, conscients de nouveaux dangers tels que le sida. Et d’un autre côté, ils évoluent aussi dans une sorte de monde de « Bisounours » où rien ne peut leur arriver d’après eux… Transmission des peurs De leur côté, les parents évoluent aussi. Ils ne peuvent en effet s’empêcher d’être de plus en plus conscients des dangers qui menacent leurs enfants. Les médias, eux aussi, exercent un rôle important : la mise en lumière des faits de délinquance les effraient bien évidemment, la violence aussi dont certains sont témoins dans la rue, ou celles qu’ils lisent dans leur journal local. Or, les enfants sont leur bien le plus précieux. Si l’un d’entre eux revient à la maison en racontant qu’un de leurs copains s’est fait molesté, volé son téléphone, harcelé… voici forcément la peur qui s’installe. Cette peur est souvent palpable par l’enfant. Les parents veulent et doivent le prévenir de dangers éventuels, le message est parfois difficile à faire passer : suffisamment sérieux pour être entendu, et suffisamment léger pour ne pas engendrer la panique. Et c’est souvent le premier pan qui prend le dessus. Une surprotection logique et nocive Lorsque le danger est identifié, il est normal que les parents tentent de protéger, voire de surprotéger leur enfant. Des mesures sont alors mises en place : faire les « aller-retour » pour le collège et ne pas ou ne plus le laisser y aller seul, interdire les sorties sauf chez des personnes connues et généralement aller le chercher à une heure précise sont des décisions classiques. Sauf qu’à un moment donné il faut bien lâcher du lest. D’autres familles vont parfois très loin : elles préfèrent aller jusqu’à déménager pour se retrouver dans un environnement plus calme pour leur progéniture. Il est aussi intéressant de noter que les mères ont une tendance naturelle à la surprotection ; les pères prêtant moins d’attention à cela puisque les hommes trouvent normal d’avoir à affronter des obstacles dans la société actuelle. Ils donnent plutôt des conseils pratiques afin de pouvoir affronter le danger. La tendance maternelle quant à elle étant de l’éviter. D’où l’importance d’une présence paternelle, ou du moins masculine. Or, les foyers monoparentaux dirigés par une femme sont de plus en plus nombreux. Les psychologues sont d’avis que la protection d’un enfant est naturelle à condition qu’elle ne gêne pas les étapes normales de développement de son autonomie. Dès son plus jeune PHOTOS.COM
Les réactions d’un enfant surprotégé L’enfant (ou l’adolescent) aura tendance à réagir de deux façons contraires face à une surprotection : • Il deviendra craintif ; la mère devient le symbole protecteur par excellence, et le contact avec les autres est difficile.• Au contraire, mais cela est beaucoup plus rare, l’enfant voudra prendre le contrepied et deviendra un vrai casse-cou. Dans ce cas, il cherchera à s’affirmer de cette façon risquée. âge, il faut se résoudre à le voir faire ses propres expériences. Et ne jamais oublier que le rôle des parents est de préparer un enfant à la vie et à la séparation et finalement l’indépendance. Or, pour y parvenir, il faut le laisser agir seul, étape après étape. Attention au « trop d’amour » ! Certains psychologues vont jusqu’à dire que nous pouvons faire souffrir nos enfants… de trop d’amour. Serge Hefez évoque ce phénomène dans l’un de ses livres « Quand la famille s’emmêle ». Selon lui, le bonheur familial est un idéal qui n’a rien perdu de sa force et qui se concentre en particulier sur les enfants. La famille valeur refuge, voici un grand classique. Mais Serge Hefez évoque des consultations d’enfant qui sont très entourés : ils souffrent en réalité du fait de ne pas pouvoir sortir du cercle familial par crainte de faire du mal. Cela est assez classique dans un schéma mère-enfant où ce dernier en arrive à être gêné de quitter sa mère, de peur de la rendre malheureuse. Mais les familles classiques aussi peuvent être fusionnelles. Il faut accepter que la prise d’autonomie passe par les phases d’opposition. L’enfant s’énerve contre ses parents, les trouve « nuls », les déteste parfois, rien que de très classique et de peu inquiétant. Sauf que certains parents ne le supportent pas. Ils voudraient que leur enfant soit toujours heureux, chose impossible. Il faut se faire une raison. Les origines de la surprotection Tous les psychologues s’accordent sur le fait que la surprotection ne profite pas à l’enfant. C’est surtout aux parents qu’il faut s’intéresser afin de découvrir la raison pour laquelle ce système d’éducation se met en place. Les parents surprotègent-ils leur enfant pour lui ou pour eux-mêmes ? La question semble assez violente, pourtant la réponse est que les deux jouent un rôle.• Un parent surprotecteur surinvestit affectivement dans son enfant, quel que soit son âge. Il souhaite sa réussite et son bien-être plus que tout, au-delà même du raisonnable.• Il développe également un sentiment de culpabilité fort, si quoi que ce soit arrive : accident et maladie sont quasiment vécus comme un échec personnel. Il anticipe donc les dangers et les actions pour les éviter de façon excessive.• Les parents souhaitent un bel avenir et une belle vie pour leur enfant, plus agréable que la leur. Légitime bien entendu, sauf qu’il peut arriver qu’inconsciemment, ce soit une vie par procuration qui se dessine. Le danger est alors de mener la vie de son enfant comme s’il s’agissait de la sienne propre ; la projection est alors très forte. Il arrive également que certaines circonstances exceptionnelles favorisent cette attitude. Ainsi, un parent qui a déjà perdu un enfant aura bien entendu plus peur pour l’autre ou les autres, idem si l’enfant a déjà été gravement malade ou accidenté. L’âge des parents joue également un rôle. Les jeunes parents sont naturellement moins inquiets. Plus un adulte avance en âge, plus il est conscient des dangers qui le guettent au quotidien et il aura tendance à la surprotection. Les nouvelles technologies poussent d’ailleurs à aller dans cette direction, avec le besoin permanent de maintenir le contact. Comment se raisonner ? Il est bien difficile de parvenir à maîtriser son inquiétude et son besoin de protéger son petit lorsque l’on est une mère-poule. Il est important alors de compter sur un compagnon plus détaché, ou une autre personne de l’entourage qui peut se permettre d’intervenir afin de pointer les exagérations. Il convient de se forcer à laisser l’enfant, l’adolescent, le jeune adulte prendre ses marques, quitte à ce qu’il lui arrive quelques mésaventures. Tous les parents savent qu’interdire le tabac à la maison n’empêchera pas un jeune d’y goûter, ne pas lui payer un scooter ne l’empêchera pas de monter derrière un copain, le prévenir contre l’alcool et les drogues n’est pas non plus une garantie pour le futur. Il faut parvenir à se concentrer sur son rôle de prévention : s’il touche au tabac, espérer que tout ce qu’il en sait le convaincra de ne pas continuer, s’il monte sur le scooter d’un copain, ce sera avec un casque et s’il boit plus que de raison lors d’une fête, cela lui servira de leçon. Il n’y a pas de garantie totale que tout se passe toujours bien, il faut l’accepter et consulter si l’on se sent trop malheureuse et incomprise. n A.F. A LIRE « Apprendre à vos enfants à se protéger : Guide pratique d'autodéfense » de Daphné Jaquet- Chiffelle, Pocket Evolution, 212 pages. FÉMININPSYCHO 87



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 124