Féminin Psycho n°67 mar/avr 2012
Féminin Psycho n°67 mar/avr 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°67 de mar/avr 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 63,6 Mo

  • Dans ce numéro : s'ouvrir aux autres.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
PHOTOS.COM D.R. ENQUÊTE PHOTOS.COM D.R. Les autres ont-ils vraiment toujours tort ? 58 FÉMININPSYCHO « En vouloir à tout le monde » Au fil du temps, hommes et femmes acquièrent des convictions qu’ils défendent parfois avec ardeur et supportent assez difficilement de voir attaquées. Penser que les autres ont systématiquement tort n’est pas seulement une caractéristique des jeunes gens, bien au contraire. Tout le monde est concerné par ces certitudes qui deviennent parfois insupportables pour l’entourage. Tout le monde s’accorde à dire que la jeunesse est emplie de certitudes. Et c’est tant mieux, car cela va souvent de pair avec un véritable enthousiasme qui fait s’enflammer les cœurs et les têtes pour des causes parfois perdues. Un privilège de la jeunesse Il arrive que quelques années plus tard, le regard que l’on jette sur certains de ces engagements soit parfois quelque peu amusé ou effaré, mais le fait est que, s’il est une population à qui l’on ne peut reprocher cette assurance, il s’agit bien de la jeunesse. Evidemment, cela ne fait pas toujours l’affaire des parents qui s’arrachent les cheveux à voir leur progéniture faire preuve de tant d’obstination, parfois sur des causes qui, selon eux, ne sont pas les bonnes. Mais cela vaut sans doute mieux que le « je m’en foutisme » de certains qui devient vite insupportable. Il est néanmoins évident que cette attitude se modifie dans le temps, et cela est bien normal. Vivre sans douter serait véritablement le comble de la bêtise. Comme le dit un proverbe « Pour croire avec certitude, il faut commencer par douter ». D’autres types de certitudes se construisent qu’il devient de plus en plus difficile de remettre en question. Chez certains, cela vire à l’intolérance ou au complexe de supériorité : « Je
PHOTOS.COM D.R. suis certaine d’avoir raison, donc peu importe ce que cette personne me dit, je rejette son raisonnement. » Evidemment, cela crée un certain vide autour de soi, bien compréhensible. Des sujets délicats On peut noter que l’on peut trouver que les autres ont tort en particulier lorsqu’ils abordent certains sujets en particulier. Si tout le monde admet ou presque que « des goûts et des couleurs, on ne discute pas », acceptant par là même que chacun est libre de ses choix en ce domaine, il n’en va pas de même pour tout. La politique, la religion sont des sujets à ne pas évoquer dans la plupart des réunions qu’elles soient de famille ou pas, au risque de terminer par un dialogue de sourds. Incompréhension et querelles sont souvent au rendez-vous de ces thèmes délicats où l’affectif vient peser lourd et où la remise en question est souvent vécue comme une attaque personnelle. En discutant politique, on aborde en effet plus qu’une question de soutien à tel ou tel candidat, c’est souvent une éducation, un statut social, une rémunération, un antagonisme avec la personne qui est en face, qui s’expriment tout à la fois. Car ces discussions ont généralement lieu avec des interlocuteurs que l’on connaît bien. Parler politique avec une personne que l’on connaît peu ne représente alors qu’un enjeu intellectuel, et la prise en compte des arguments de l’autre peut survenir de façon plus aisée. Et l’amour ? En matière d’amour homme/femme, la certitude d’avoir trouvé le bon partenaire tient parfois de la foi. Cela peut être le résultat d’une longue réflexion, d’une expérience à deux, ou au contraire être totalement instinctif (les fameux phéromones seraient les responsables de cette certitude !). Dans un cas comme dans l’autre peu importe, le cœur est engagé, le côté affectif est là au maximum de son intensité et nul ne peut alors intervenir dans ce type de relation, si ce n’est à ses risques et périls. Il en va de même pour les relations parents-enfants. N’avez-vous jamais entendu dire « Je peux me disputer avec ma mère, mais qu’on ne vienne pas la critiquer devant moi ! ». Dans ce cas, non seulement l’on en veut à la personne en question, même si elle peut avoir raison. A moins que le message à faire passer ne soit particulièrement important, mieux vaut donc ne pas s’y frotter car il s’agit parfois plus d’aveuglement que de certitude. La religion, et en particulier la foi, est également un sujet sur lequel il est assez difficile de discuter. A moins que cela ne se fasse dans un total respect des convictions de chacun, ce qui est évidemment possible. Le problème se pose lorsque l’on est dans l’ardeur du prosélytisme ou de la volonté de convertir l’autre à ses idées. Mieux vaut posséder alors de bons arguments ! Or, la foi repose justement sur des convictions personnelles et non pas des réalités scientifiques. Vouloir convertir l’autre à ses idées est une véritable gageure. Quel type de personnalités ? Vous connaissez sans doute l’une de ces personnes, si sûres d’ellesmêmes, qu’elles vous laissent à peine le temps de vous exprimer. Elles PHOTOS.COM D.R. « Si vous avez compris, vous avez sûrement tort. » (Jacques Lacan) veulent absolument vous imposer leur façon de voir. Les plus calmes ne diront quasiment rien, mais éviteront dorénavant de vous adresser la parole, ou d’aborder certains sujets avec vous, certaines qu’elles sont d’avoir raison. Les personnalités convaincues de détenir la vérité sont nombreuses et les sujets variés. Il peut s’agir d’une recette de cuisine, d’un rappel historique comme d’un avis sur les dernières élections américaines ou la recherche sur le cancer. Or, la conviction d’avoir raison n’est pas bien grave lorsqu’il s’agit d’un élément aisément vérifiable : un calcul mathématique simple, une date de naissance, le nom d’une mélodie ou d’un ouvrage de littérature. La vérité étant effectivement finalement connue ou facile à vérifier. Mais, la plupart du temps, les sujets peuvent porter à discussion, voire à une remise en cause possible. Parler de la crise économique, de la hausse de la TVA, de l’éducation d’un enfant, du choix d’un poste, tout est porteur d’opinions « pour » et « contre ». Si les interlocuteurs sont dans le doute et souhaitent échanger afin de faire un choix, l’écoute est forcément présente. Si au contraire, l’une des personnes est certaine d’avoir raison, inutile d’aller plus loin, cela risque d’être totalement stérile. FÉMININPSYCHO 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 124