Féminin Psycho n°67 mar/avr 2012
Féminin Psycho n°67 mar/avr 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°67 de mar/avr 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 63,6 Mo

  • Dans ce numéro : s'ouvrir aux autres.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
DOSSIER « Décomplexer ! » Zoom sur les complexes lacaniens Lacan décrira trois complexes : le complexe œdipien, mais aussi le complexe de sevrage et le complexe d'intrusion. Le complexe se forgerait sur la base d'imagos, et permettrait d'éclairer la structure de l'institution familiale. nous n’aimons pas, souvent depuis l’enfance. Difficile alors de réconcilier son corps et son esprit. Ce que nous ont appris les psys Breuler a inventé le terme de « complexe » en 1902. Freud et Jung divergeaient sur la définition à lui donner. Pour Freud, le seul complexe était le complexe d’Œdipe (stade inévitable de l’enfance). Le névrosé est celui qui n’a pu se défaire du complexe d’Œdipe. D’après Jung, les complexes sont nombreux. Il s’agit de conflits qui divisent le Moi et interviennent tout au long de l’existence. Cette conception a fait que Jung a été excommunié par Freud. Un enfant trop choyé par sa mère, comme un enfant brimé et malaimé, n’arrivera pas à se défaire des liens avec les parents et attendra de l’entourage un amour absolu, inconditionnel (dépendance affective en conflit avec le besoin de liberté et d’indépendance). Le complexe d’infériorité fait qu’une personne dont on ne s’occupe pas à un moment donné se sentira rejetée, exclue et se repliera sur elle-même. Il y a donc complexe quand le Moi s’est structuré d’une certaine façon qui sera répétitive. La personne qui n’a pas conscience de son complexe peut le ressentir par différents malaises qui vont la faire évoluer mais elle peut aussi ne pas le réaliser du tout et ainsi l’intégrer, le rationaliser, ce qui est le cas des perfectionnistes. Les complexes non résolus entraînent un malaise psychologique. On trouve 20 FÉMININPSYCHO PHOTOS.COM les origines du complexe dans l’histoire de la personne, dans sa constitution (tempérament) et dans les événements qu’elle a vécus. Le complexe s’autoalimente lui-même. Les différents complexes s’associent souvent les uns aux autres. Rejet et dévalorisation de soi Pourquoi rejette-t-on son corps ou une partie de son corps ? Tout semble découler de l’héritage socio-éducatif que nous transmettent nos parents. Notre éducation joue un rôle déterminant dans la naissance d’un complexe. L’image que nous avons de notre corps est déterminée par la façon dont nous avons été aimés et valorisés durant l’enfance. Il faut que les enfants se sentent acceptés tels qu’ils le sont et non pas tels que les parents voudraient qu’il soit pour acquérir confiance en eux. Amener l’enfant à ressembler à ce qu’il n’est pas le fait forcément rejeter ce qu’il est. Cette absence de reconnaissance fait naitre un manque d’estime de soi. En se sentant jugé l’enfant se sent aussi différent, sentiment qui peut, de plus, être renforcé par notre monde d’images, qui a tendance à tout uniformiser. Et de nombreuses personnes supportent de moins en moins d’être différentes de cette norme… Les complexes naissent vite chez les enfants. Un mot, une phrase, un geste qui paraît anodin peuvent marquer quelqu’un pour la vie. Il faut faire très attention à ne pas insister, ni même faire remarquer un point négatif à un enfant qui souffre peut être déjà de ce qu’il voit comme un défaut ou une différence. Les critiques dont on accable un visage ou une silhouette révèlent des problèmes d’identité non résolus plutôt que de réelles disgrâces physiques. Des années après vous aurez oublié mais l’enfant, devenu adulte, sera lui en guerre contre lui-même. Différentes sortes de complexes A chaque individu son ou ses complexes ! Et Dieu sait si l’être humain sait être créatif quand il s’agit de se dévaloriser et de s’auto-flageller ! • Complexes d’Œdipe et d’Electre Oedipe dans la mythologie grecque se maria avec sa mère sans le savoir et tua son père. Selon Sigmund Freud, le complexe d'Œdipe, c'est le stade où l'enfant ressent une attirance pour sa mère et une hostilité pour son père. Le complexe d’Electre est l’équivalent féminin du complexe d’Œdipe.• Complexe d’abandon C’est un sentiment de rejet, d’être mal-aimé, une peur excessive de la séparation qui correspond à un état dépressif. La personne n’est jamais sûre de l’affection qu’on lui porte, elle devient méchante, agressive, etc. Il y a désir d’amour absolu et de preuves d’affection constantes ainsi que de fusion dans le couple. Puis réaction possible de rejet de toute affectivité par peur d’aimer puis de perdre l’autre. Une autre réaction possible est de se sacrifier, de toujours aider les autres dans le but d’être aimé. Ces personnes sont souvent envahissantes pour les autres. Ce complexe provient soit d’une absence d’amour dans l’enfance (absence de contact avec la mère) soit d’une concentration trop importante
de l’amour des parents sur un enfant unique. Ce dernier voudra être le centre des êtres qui l’aimeront, ce qui n’est pas facile pour un partenaire.• Complexe de rivalité fraternelle C’est le complexe engendré par la naissance du frère ou de la sœur. L’enfant ressent un complexe d’abandon et aura tendance à régresser. Devenu adulte, il ressentira un sentiment de rivalité à l’égard de beaucoup de personnes.• Complexe d’insécurité Il correspond à un manque de confiance en la vie et en soi. La personne peut souffrir de phobies. Elle peut se construire tout un système de sécurité (par exemple en conservant des choses en abondance). Si l’insécurité est niée (selon Adler), elle va se transformer en témérité excessive. Ce complexe provient d’une absence d’amour, de l’existence de liens difficiles avec les autres, etc.• Complexe de castration C’est le symbole de la castration de sa personnalité. Difficulté à s’affirmer personnellement. Provient de parents trop possessifs qui dirigent l’enfant de peur de le perdre, ce qui fait que devenu adulte, l’enfant aura peur de quitter ses parents, de devenir autonome et d’avoir une relation durable. Il développera pour ses parents des sentiments ambivalents d’amour et de haine. Ce complexe se manifeste par une surcompensation, un désir de vouloir dépasser son père pour lui prouver quelque chose, sentiments de donjuanisme, d’autoritarisme, de sadisme, etc. On répète souvent l’attitude de ses parents.• Complexe de culpabilité Il est très fréquent et dû à la rigidité de la conscience morale et à une idée du devoir. Cette dramatisation des moindres fautes ou erreurs se traduit par l’autopunition et une recherche de justification. Va avec le perfectionnisme et la peur du jugement des autres. La personne ne se sent parfois plus digne d’être aimée (mépris de soi-même). L’origine de ce complexe est la culpabilisation excessive, une éducation trop stricte (le bien/le mal), la comparaison continuelle avec autrui, etc.• Complexe d’infériorité C’est un terme crée par Adler qui fait une distinction entre le sentiment et le complexe d’infériorité. L’enfant développe un sentiment d’infériorité face à l’adulte (volonté de puissance pour compenser ce sentiment), ce sentiment est normal chez l’enfant. Le complexe d’infériorité provient d’un manque de confiance en soi. Un enfant trop gâté par ses parents une fois adulte ne comprendra pas pourquoi tout le monde ne l’aime pas et développera un complexe d’infériorité. La compensation se fera par des rêves de grandeur, par une mégalomanie, etc. Pour Adler, le complexe d’infériorité provient d’une mauvaise compensation du sentiment d’infériorité de l’enfance. Certaines personnes n’osent pas s’exprimer de peur d’être ridicules. Elles deviennent dépendantes de l’autorité. Chez les femmes, il peut exister un sentiment d’infériorité par rapport aux hommes (origine culturelle), la réaction à ce sentiment se traduira par une conduite de garçon manqué. Le sentiment d’infériorité peut être surcompensé par le complexe de supériorité (vanité, ironie, etc.). Les causes de ce complexe sont la souffrance d’un handicap réel, la souffrance de ne pas être conforme aux normes sociales, l’éducation infériorisante, etc.• Complexe de Narcisse C’est une forme de centralisation sur soi et d’incapacité d’aimer. C’est aussi le fait de trouver naturel d’être aimé sans retour, de s’auto-analyser et de ne parler que de soi. On ne s’intéresse à l’autre que si on se reconnaît en lui. Le narcissisme s’étend au prolongement du Moi (famille, amis, etc.), il est associé aux complexes d’abandon, d’infériorité et de culpabilité.• Complexe de Peter Pan C'est l'enfant qui refuse de grandir ou l'adulte qui reste attaché au monde des enfants.• Complexe de Cendrillon Il s'agit des femmes qui ont le sentiment de ne pas être acceptées en tant que femme.• Complexe de Peau d'âne Allusion au conte de Peau d'Ane qui se rendait laide et peu désirable pour ne pas épouser son père et donc ne pas prendre la place de sa mère. Compensé ou pas ? • Le complexe compensé : Le système de défense est parfaitement intégré, ce qui crée une complémentarité. Il n'y a pas de souffrance (on en n'a pas conscience).• Le complexe non compensé : Le système de réactions surgit malgré la volonté consciente. Il y a souffrance et la personne va chercher une relation d'aide (on travaille sur le problème ou on cherche à s'appuyer sur quelqu'un). Grâce à la psychologie, on a la possibilité de voir en quoi le passé familial peut être déterminant sur l'actualité d’une personne, sur ses choix de vie, sur ses fausses croyances et sur les complexes qui encombrent sa vie. En les comprenant, une grande partie du travail est fait pour de plus aller vers une dévalorisation excessive et systématique. S’estimer enfin, n’est-ce pas là la clé d’une existence réussie ? n V.L. FÉMININPSYCHO 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 67 mar/avr 2012 Page 124