Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°66 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61 Mo

  • Dans ce numéro : arrêter l'hypocrisie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
MOI & LES AUTRES ALTRUISME S’engager dans l’humanitaire ! L’humanitaire a la cote. Auparavant, c’est le mot charité que l’on utilisait, mais il a pris au fil du temps une mauvaise connotation. Ce n’est pas le cas chez les Anglosaxons qui alimentent toujours leurs « charity funds » avec beaucoup de régularité. Que penser de ceux qui pousse l’altruisme jusqu’à l’engagement total ? Qui dit altruisme pense générosité, compassion, désintéressement, voire philanthropie. Un sentiment qui pousse vers les autres afin de les aider, un penchant naturel à se soucier du sort de son prochain. Mais cela va parfois plus loin : le besoin de faire plus, de s’engager véritablement en passant à l’action. 96 FÉMININPSYCHO Le bénévolat fait parfois rêver, il est idéalisé, mais d’où provient ce besoin d’en faire toujours plus ? La plupart d’entre nous se contente de s’inquiéter de leur famille, de quelques amis, mais n’a pas pour ambition de faire beaucoup plus si ce n’est de façon ponctuelle : envoyer un chèque à une association, acheter un DVD dont les bénéfices sont reversés à une œuvre… La naissance de l’humanitaire Les engagements de type humanitaire ont de tous temps existé, même s’il s’agissait d’une tradition d’ordre privée, souvent liée à la religion, qui veut que les plus nantis se préoccupent du sort des gens dans le besoin, qu’ils s’agissent de femmes, d’enfants, de victimes de guerre, etc. La tradition reste d’ailleurs vivace, PHOTOS.COM
car si aujourd’hui ce ne sont pas les grandes familles aristocrates qui agissent, la plupart des grandes entreprises privées internationales ont en quelque sorte pris le relais via la création de fondations. Bien entendu, les fondations présentent des aspects intéressants, tant en termes fiscaux qu’en termes d’image institutionnelle, cependant, l’aide apportée est importante, voire parfois essentielle. La génération post-68 a été particulièrement influente dans les différents projets humanitaires. Les soixante-huitards ont en effet dû rentrer dans le rang en quelque sorte, pour reprendre des chemins traditionnels, notamment en termes professionnels. Si ce n’est que les grands principes d’entraide sont restés présents, et ils ont participé à la naissance de ces grands mouvements en faveur des grandes causes nationales et internationales. Une façon de se sentir plus à l’aise par rapport à son passé et qui a porté ses fruits. Si ce n’est qu’aujourd’hui, les domaines d’intervention sont tellement vastes que l’on en vient à parler de « business de l’humanitaire », une évolution prévisible. Altruisme : tous concernés ? Manifestement non ! La preuve en est que si une grande partie des Français participe à des actions telles que le Téléthon par exemple, seule une minorité s’engage de façon régulière dans des actions humanitaires. Les raisons sont multiples. Les plus évidentes sont bien entendu que nous sommes soumis à des contraintes et responsabilités. Et lorsque nous sommes engagés « Tout a un prix, même les gestes humanitaires. » (Claude Fournier) dans une voie professionnelle, il est difficile de changer d’orientation pour aller vers le domaine de l’humanitaire. Tout le monde n’a pas les moyens financiers de vivre sans travailler. Etre infirmière, médecin, ou dans le domaine médical peut faciliter les choses, mais tous les métiers ne sont pas adaptés et les postes ne sont pas excessivement nombreux dans ce secteur. La vie privée non plus ne facilite pas les choses. Une fois que l’on est installé dans la vie de famille et responsable d’enfants encore jeunes, cela complique singulièrement les choses. C’est aussi une des raisons pour lesquelles un grand nombre de personnes qui se lancent dans l’humanitaire sont assez jeunes, ou plus âgées, voire célibataires, en bref sans responsabilité familiale importante. Il est bien entendu possible de faire des actions moins drastiques et très efficaces, mais s’engager dans l’humanitaire exige une vraie disponibilité, matérielle et psychologique. Une tendance innée ou acquise De nombreuses expériences ont été réalisées en psychologie sociale afin de déterminer si certains individus étaient enclins naturellement à la solidarité et l’altruisme, à la bonté peut-on dire. Toutes les tests ont conclu de la même façon : il n’y a pas « les gentils » d’un côté et « les méchants » de l’autre. Nous ne naissons donc pas altruistes, nous pouvons le devenir, ou cesser de l’être en fonction de nombreux critères. Certains de ces critères sont d’ordre tout à fait personnel et trouvent leur origine dans l’histoire de chacun. La fondation Bill et Melinda Gates Cette fondation créée en 2000 a pour but philanthropique d’apporter une aide en matière de santé et d’acquisition de connaissances, partout où cela s’avère nécessaire ou urgent dans le monde. L’année 2011 a été consacrée aux vaccins, en particulier celui de la polio. De par ses moyens, elle est la première fondation au monde et met sur pied des projets d’environ 3 milliards d’euros par an. La France collabore en particulier sur l’aide concernant l’Afrique subsaharienne. D’autres critères dépendent d’événements totalement extérieurs. Différents ressorts provoquent un regain d’altruisme comme l’exemple d’une personne aimée et respectée, mais aussi l’amour propre ou le sentiment de culpabilité. A noter cependant que nous sommes tous altruistes dans le sens où le réflexe de l’entraide existe en chacun d’entre nous. Aider une personne qui est en train de chuter est en effet une attitude normale, qui ne dépend même pas d’une bonne éducation. De la même façon, nous avons une sorte d’automatisme à protéger physiquement les plus faibles, enfants ou personnes diminuées. FÉMININPSYCHO 97 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 124