Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°66 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61 Mo

  • Dans ce numéro : arrêter l'hypocrisie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
PHOTOS.COM MES ENFANTS & MOI Grandir et vivre… sans père Un enfant a besoin de ses deux parents, chacun remplissant son rôle, féminin ou masculin, maternel ou paternel. Or, dans notre société contemporaine, nombreux sont les enfants qui grandissent sans père. Cela est dû à des circonstances diverses, mais la réalité est bel et bien là. Comment parvenir à compenser du mieux possible cette absence de repère paternel et élever au mieux ces enfants dont l’éducation est évidemment un peu particulière ? Grandir sans père est de plus en plus courant. Il y a bien entendu les cas, relativement peu nombreux heureusement, où les pères sont décédés, suite à une maladie ou un accident, et les cas également, où le père est déjà âgé lors de la naissance de l’enfant et disparaît de ce fait assez tôt. 78 FÉMININPSYCHO Des cas de plus en plus fréquents Mais les enfances sans père, dans leur grande majorité statistique, sont la conséquence de séparations ou de divorces. Il y a les papas qui renoncent dès le début de la grossesse, ceux qui tentent de se tenir à flot pendant des mois, voire des années, mais qui finalement renoncent, car le lien s’est distendu. Parfois une nouvelle famille prend le pas sur l’ancienne, les relations deviennent compliquées entre l’ex-femme et la nouvelle, ou entre l’enfant et la nouvelle femme, voire entre les enfants. Il faut reconnaître que cela n’est pas toujours simple et qu’espacer les
visites semble une voie plus facile à emprunter. Il y a aussi des mamans qui ne souhaitent pas que le lien se crée, ou qui ne désirent pas que la relation soit renouée après une dispute. Lorsque la vie se fait entre mère et enfant, l’intervention du père vient parfois mettre quelque désordre dans cette existence bien rangée. Or, c’est rarement l’enfant, encore moins l’adolescent qui fait le premier pas, même s’il en a parfois secrètement le désir. Car à la période de l’adolescence, certains exercent aussi une pression sur leur mère pour ne plus aller chez le père ; ces séjours venant perturber leur petite vie tranquille d’ado. Le rôle du père Il a beaucoup évolué ces dernières années, mais reste « basiquement » le même.• Une évolution de société La société a changé et provoqué de ce fait une redistribution partielle des rôles. Les femmes travaillent et demandent à leurs compagnons d’être plus présents, de les aider à remplir certaines tâches. Certains pères sont ainsi sollicités afin de changer bébé, lui raconter des histoires, emmener les enfants à l’école, assister au match de football ou au spectacle de danse du week-end, se rendre à la réunion de parents du lycée… L’homme au foyer reste cependant encore une exception. Ce changement a du bon, car les femmes ont du mal à tout faire, mais les hommes ont aussi envie de participer à l’éducation de leurs enfants. La répartition des tâches a donc été modifiée, du moins partiellement, pour une grande partie des couples. Cette évolution permet au père d’avoir un rôle plus important au quotidien. Cependant, cela concerne une certaine routine, et ne constitue pas le rôle principal du père d’un point de vue psychologique.• Une certaine stabilité dans le rôle fondateur > Le rôle des pères d’aujourd’hui comme d’hier, quand bien même la vie a beaucoup changé ces dernières années, reste celui de l’homme séparateur. C’est en effet le père qui facilite la fin de la période fusionnelle entre la mère et son nourrisson. La relation cesse ainsi peu à peu d’être un duo pour devenir un trio. > Le père par sa simple existence permet grâce au couple qu’il forme, ou formait lors de la conception, avec la mère de donner une histoire à l’enfant. Ce dernier sait d’où il vient, et peut faire ses premiers pas dans la vie sur une fondation sur laquelle il peut s’appuyer pour grandir. Que le couple soit encore ensemble ou pas ne change rien à cette solidité donnée grâce à la connaissance de ses origines. > Cela ne vous a pas échappé, le père est un homme. Que l’enfant soit garçon ou fille, il doit être confronté aux deux sexes pour pouvoir construire son identité, parfois en s’identifiant à lui, ou au contraire en se confrontant à lui en fonction des périodes. > Le père joue souvent une nouvelle fois le rôle de séparateur lorsque l’enfant souhaite partir hors du nid. Parfois même alors qu’il ne le désire pas vraiment. Si la mère a souvent tendance à vouloir garder son « petit » sous son aile et craint ce que le monde extérieur lui réserve, le père lui n’a pas ces atermoiements et son intervention est fréquemment indispensable pour que la séparation s’effectue concrètement. > Lorsque l’enfant quitte le foyer pour s’installer ailleurs, dans certains cas, le fait que le père soit présent auprès de la mère le rassure. En effet, Des chiffres significatifs Ainsi, en 2004 : • 24% des enfants vivant avec leur mère ne voyaient plus jamais leur père.• A ceci s’ajoutaient 18% d’enfants qui le voyaient moins d’une fois par mois. Soit au total plus de 40% d’enfants de couples séparés qui grandissent sans père, ou presque. Et les chiffres ont encore augmenté depuis 2004. il ne laisse pas sa mère seule comme cela est le cas lorsque le père n’est plus présent. Car le jeune adulte peut ressentir une certaine culpabilité à s’en aller si sa mère lui fait sentir qu’elle aura du mal à s’adapter, ce qu’elle peut faire de façon parfois inconsciente. La savoir en couple, avec le père ou un autre homme, est ressenti comme un facteur bénéfique. Lorsque c’est un garçon qui vit avec sa mère, cela est particulièrement flagrant. Son envie de voir le monde peut être contrecarrée par son remords à « abandonner sa mère », en particulier s’il n’y a pas d’autres enfants. Ce qui provoque évidemment une insatisfaction, voire une colère rentrée chez le fils qui ne peut compter sur un père pour l’aider à partir, d’où la naissance d’une période conflictuelle avec la mère. De l’importance du sexe de l’enfant Qu’il s’agisse d’un garçon ou d’une fille, le père a son rôle à jouer. Il est évidemment différent lorsque les années passent. Le fameux Œdipe est lié au sexe du parent, un fils fixe son attention sur son père en tant que rival. Si aucun rival ne se profile à l’horizon, le risque est que la fusion mère-fils se prolonge dans le temps. Si c’est une fille qui vit avec sa mère, l’opposition à la mère pour la possession du père se fait parfois à retardement, voire à la puberté, ce qui est beaucoup plus difficile à gérer. La pudeur également se construit par rapport au sexe opposé. La petite FÉMININPSYCHO 79



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 124