Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°66 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61 Mo

  • Dans ce numéro : arrêter l'hypocrisie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
MOI & MOI comme il dit, et je me suis promis de changer ça. Mais pour régler un problème, il faut trouver la cause. Et le souci est là. Qu'est-ce qui a bien pu me pousser à devenir comme ça ? » L’intérieur » en psychologie En termes psychologiques, la maison est par nature un « intérieur » et c’est l’intense valorisation de ce caractère qui fonde aujourd’hui la revendication du droit à l’intimité. Or, entre l’intime et l’intérieur, la différence n’est que de degré, puisque l’intime (intimus) est le superlatif - « ce qui est le plus intérieur » - et « interior » le comparatif. L’intérieur évoque ce qui a rapport au dedans, dans l’espace compris entre les limites d’une maison ou du corps. Polysémie du terme donc, qui nous renvoie à l’homologie entre l’intérieur domestique et l’intérieur de la personne. D’ailleurs, les termes « intérieur » et « intestins » partagent une étymologie commune ; les deux dérivent de l’adverbe latin « intus » qui signifie « dedans ». « J’ai l’esprit casanier et l’instinct voyageur. » (Victor Hugo) La notion d’intérieur, en tant que lieu propre et territoire privé, nous renvoie au champ de la restitution psychanalytique dans ses correspondances avec le for intérieur de la personne, avec la mère accueillante et à la « bonne mère ». Elle renvoie aussi, à travers la conscience que la personne a de sa capacité à se retirer en elle-même, au rapport du sujet avec le monde extérieur. L’intérieur est ce qui est retiré du dehors dans la conscience de l’habitant, par exemple le sentiment et la conscience qu’il a de lui-même et de ses manières propres d’être. 72 FÉMININPSYCHO PHOTOS.COM EXPERT PATRICK ESTRADE, écrivain et psychanalyste, auteur de « La Maison sur le divan » (Editions Robert Laffont). « Montre-moi ton salon, je te dirai qui tu es ! » « C’est d’autant plus vrai que nous nous sommes recentrés sur notre intérieur. La décoration fait partie des préoccupations principales des Français. Vouloir vivre dans un espace vide, c’est souvent par peur d’entrer dans une intimité, dans la rencontre avec l’autre. Rechercher L’importance du « chez soi » La présence du terme « soi » dans l’expression « chez-soi » indique que la maison est le lieu de la conscience d’habiter en intimité avec soimême. Il est l’espace de la prise de conscience mais aussi celui de la connaissance de soi, de ses capacités et de ses responsabilités. Le chez-soi abrite l’intimité de l’habitant avec ses forces et ses faiblesses, avec la tentation de l’ancrage dans la maison, de l’arrêt, de la stabilité et des sécurités du repli. Il abrite en même temps la conscience du potentiel d’aliénation que porte cette stabilité et ce repli. Ce dernier est toujours menacé d’étroitesse et de renonciation à la disponibilité envers autrui, menacé, en somme, d’absence de l’habitant au monde et à ses conflits, menacé d’oubli de l’hospitalité. le désordre serait plutôt une volonté de se protéger, de rendre difficile le chemin qui mène à soi. Je verrais dans le fan d’Ikea une envie de ne faire « que passer », en se contentant du jetable, et dans les dingues du tri le besoin de s’imposer un purgatoire continuel. » Dans cette perspective, « partir de chez soi » prend le sens d’une prise assumée du risque de la vie sociale, tandis que « rentrer chez soi » est une aspiration vers le repos en soi. La question du chez soi est résumée par cette tension entre le pôle de la construction identitaire et la conscience de soi et de son rapport au monde et le pôle des tentations casanières et des enfermements domestiques à l’écart des heurts de la vie sociale. Eric témoigne à son tour : « J'ai l'impression de gâcher ma vie car je suis trop souvent chez moi. Je ne sors pratiquement pas et préfère rester passer mes journées devant l'ordinateur. C'est aussi dû à ma fainéantise. J'en ai marre d'un côté, car j'ai l'impression que je manque d'oxygène, et parfois j'ai envie de me libérer mais je n’arrive pas à sortir. Pourtant, je ne suis pas mal à l'aise avec les gens et j'ai plutôt un bon contact avec les autres en général ». Préférer rester chez soi Le casanier ou la casanière a donc pour devise « My home is my castle » (ma maison est mon royaume). Chez lui, il ou elle se ressource. Rideaux et stores lui permettent de s'isoler du monde extérieur et lui apportent la tranquillité dont il a besoin. Il aime son domaine privé. Sa chambre à coucher lui est sacrée et il ne propose son lit à des invités qu'en cas d'extrême urgence. Il est très attaché à son foyer, ce qui explique son engouement pour les objets qui lui
PHOTOS.COM rappellent un épisode de sa vie : on trouve chez lui beaucoup d'objets de famille et de souvenirs. C’est souvent un grand collectionneur, il lui faut donc beaucoup de place pour garder ses précieux trésors. Qualité ou défaut ? « Nous sommes tous un peu envieux de ceux qui savent être en tête à tête avec eux-mêmes et ne compter que sur eux », affirme Marcel Rufo, pédopsychiatre, dans Détache-moi (Anne Carrière, 2005). Dans une société de "l’hypercontact", les solitaires et les casaniers suscitent souvent notre admiration par leur faculté d’autonomie. Leur indépendance révèle une grande force de caractère, à condition qu’elle soit relayée par des moments de sociabilité. Dans le cas contraire, leur repli confine à la phobie sociale. En effet, quand l’éducation n’a pas inculqué le goût du partage et de la découverte d’autrui, l’enfant développe un égoïsme qui peut se manifester par le retranchement. A terme, il risque de souffrir du syndrome de l’imposteur : chaque rencontre lui fait craindre d’être « démasqué », pour apparaître dans toute sa banalité et son isolement. Car d’après le psychiatre et psychothérapeute Frédéric Fanget, « Personne ne peut se suffire à lui-même ». Ce ne sont que « des arguments rationnels que ces solitaires se cherchent, par refus d’admettre la vraie raison de leur retranchement : la peur des autres ». Une anxiété sociale qui peut être génétique, reconnaît Frédéric Fanget, qui s’est penché sur des études scientifiques menées aux Etats-Unis auprès d’enfants asociaux. ou éducative, en suivant l’exemple de ses propres parents. En bref, la devise des casaniers, c’est « Home, sweet home ». Attention, pas de méprise, cela ne signifie pas forcément que le casanier soit peureux, mais il reste très attaché à ses repères. Un environnement inconnu a tendance à le déstabiliser. Il aime donc être rassuré par un paysage balisé. Il prend du temps pour regarder, rencontrer, donner sa confiance. Rien de négatif, mais il doit juste faire attention à ne pas trop se restreindre. Car l’inconnu et l’ailleurs peuvent aussi apporter leur lot de surprises agréables et de découvertes intéressantes. Enfin, pour conclure, les études révèlent que les femmes deviendraient de moins en moins casanières avec l’âge et au moment de leur retraite ; à l’inverse des hommes. Les femmes se tourneraient à cet âge de la vie vers l'extérieur. La retraite devient pour elles, une opportunité de découvertes et de construction de soi autour du ludique et de la convivialité. A cette période, une modification s'opère : elles ne font plus seulement pour les autres mais surtout, elles sont dans le « faire pour soi ». A l'inverse, les hommes deviendraient avec l'âge de plus en plus casaniers, et ce, quelle que soit leur catégorie socioprofessionnelle. A bon entendeur… n J.B. Agoraphobe ? Souvent les personnes casanières sont également agoraphobes. Toute personne éprouvant une peur irrationnelle des grands espaces souffre d'agoraphobie. Le terme s'applique également à l'état de vive angoisse qui s'empare des gens terrorisés à l'idée de se retrouver dans un lieu public, quel qu'il soit. Confrontés à une telle situation, ils s'agitent, transpirent, leur pouls s'accélère. Il s'agit d'une peur tout à fait réelle pour eux, même s'ils reconnaissent qu'elle est infondée. Les agoraphobes se donnent souvent beaucoup de mal pour éviter les lieux publics. Nombre d'entre eux deviennent casaniers, s'interdisent et interdisent à leur famille de mener une vie normale. Les causes de l'agoraphobie sont encore mal connues, mais on pense qu'elle entretient des liens étroits avec d'autres types d'angoisse. L'agoraphobie touche parfois des gens sujets à des crises de panique, et on y a vu l'expression de la peur qu'ils ressentent à l'idée de céder à la panique en public. Mais il peut également s'agir, dans certains cas, d'un procédé mental inconscient qui permettrait au sujet d'échapper aux responsabilités du monde extérieur. FÉMININPSYCHO 73 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 124