Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°66 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61 Mo

  • Dans ce numéro : arrêter l'hypocrisie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
ENQUÊTE nelle est devenue presque impossible concrètement. Autre raison de l’apparition de ce terme, il y a encore une trentaine d’années, les maladies de Parkinson et d’Alzheimer étaient nettement moins évoquées car moins courantes. Les progrès faits au niveau de l’espérance de vie ont en effet eu pour corollaire la multiplication de ces maladies, qui existaient déjà, mais de façon beaucoup plus discrète. La notion de solidarité s’étend alors à différents domaines : l’assistance devient obligatoire et inclut un volet financier qui n’est pas sans importance. A l’inverse, les progrès de la médecine, le travail des femmes, les divorces renforcent dans certains cas le besoin d’avoir recours aux grandsparents pour les enfants, parfois au quotidien ou presque, pour les sorties du week-end, voire les vacances d’été. Cette solidarité s’exprime donc au niveau de chaque génération et n’est pas forcément un service que rendent les enfants aux parents, car l’inverse vaut aussi ! Des actions bien concrètes En matière de solidarité, des actions ont été mises en place pour rompre notamment l’isolement des personnes âgées. Parmi les actions ponctuelles, on peut citer : - Les visites des enfants des écoles dans les résidences pour personnes âgées ou maisons de retraite. - La colocation entre une personne âgée propriétaire de son logement qui accueille et loge un étudiant pendant ses études : pas de loyer, mais quelques services en contrepartie. D’autres actions sont menées dans les communes et quartiers un peu partout en France, ainsi les petites mairies ont créé des fichiers de per- 62 FÉMININPSYCHO « Accompagner nos aînés » sonnes isolées, afin de permettre à des réseaux d’entraide de réagir notamment en cas de canicule prolongée, d’intempéries ou de neige abondante. Il y a également les actions permanentes mises en place par les communes : les services d’assistance sociale, les portages de repas, la télé assistance, les mises à disposition de certaines aides, financières ou sous la forme d’heures en personnel aidant et soignant. Les entreprises privées ont également mis en place des concepts spécialisés dans l’aide aux personnes âgées, le fameux secteur des services à la personne qui a explosé ces dernières années. Une éducation parfois nécessaire Traditionnellement, on inculque aux enfants le respect vis-à-vis des adultes, âgés ou pas. Mais aussi l’assistance pour les seniors : céder sa place dans un métro ou un bus, aider une voisine à porter ses paquets, autant de petits gestes importants au quotidien, qui font plaisir pour un effort minimal. Encore faut-il les apprendre aux enfants dès leur plus jeune âge. Car la solidarité se crée aussi et surtout dans l’enfance : se soucier de ses parents devenus âgés devient de ce fait normal. Dans ce sens, on peut dire qu’il s’agit d’un devoir, d’un point de vue quasiment scolaire : nous allons à l’école et avons des devoirs à faire pour continuer à progresser et apprendre. Mais parfois, les devoirs ne vont pas d’eux-mêmes et les enfants rechignent à les faire… Avec ses parents, les visites, les appels téléphoniques peuvent constituer un vrai plaisir, mais dans certaines situations, cela n’est pas le cas, il faut alors avoir assez de persévérance pour maintenir le lien coûte que coûte. Le phénomène est encore plus évident avec les petits-enfants : lorsque le lien existe et n’est pas interrompu entre un petit-enfant et son grand-père ou sa grand-mère, il garde au fond de son cœur les souvenirs de l’enfance. Cela ne l’empêchera pas une fois adolescent ou jeune adulte de ne plus guère se préoccuper, si ce n’est ponctuellement, de cet aïeul. L’intérêt revient ensuite, mais parfois trop tard... Dans certaines cultures orientales, le savoir des anciens est mis en avant, leur expérience est reconnue ainsi que leur sagesse. En Occident, il en va différemment. Entre le discours de bon aloi et la réalité, il y a parfois un grand écart. Notre société exige la performance, la capacité à rester en forme : la jeunesse est d’ailleurs sans cesse mise en avant et il devient presque obligatoire d’en garder l’apparence autant que faire se peut. Le fait de varier de vocabulaire ne change rien à l’affaire : si le mot « Vieux » souffre d’une opprobre généralisée, la solidarité ne se fait pas uniquement sur l’apparition de nouveaux mots, plus politiquement corrects, comme « Seniors » par exemple. Devoir, quand tu nous tiens… Les adultes n’hésitent pas à avoir recours à leurs parents lorsqu’ils en ont besoin. En particulier pour la garde des petits, pour les conduire au foot ou aller les chercher à l’école, pour éviter de prendre une assistante maternelle et aider ainsi le budget du PHOTOS.COM D.R.
PHOTOS.COM D.R. ménage. Quoi de plus normal, après tout ce sont les parents des parents ! Nous qualifions d’ailleurs souvent d’indignes, même si c’est avec le sourire, ces aînés qui font la part belle à leur vie personnelle avant de se soucier de celles de leurs pauvres enfants, surchargés par le poids de leur vie si active. Avec le sourire, mais enfin, avec aussi un peu d’envie ou de reproche dans la voix. Car nous avons tous le désir de rester un enfant auprès de nos parents. Il est en effet facile de faire preuve de « solidarité » avec les anciens qui nous entourent lorsque ceux-ci sont heureux, vifs, en bonne santé, et qu’ils vous adorent, vous et vos enfants. L’amour inter-générations est plus facile dans ces conditions. La situation se complique aux premiers revers de santé, l’inquiétude apparaît de part et d’autre, et la peur de la dépendance se profile, tant chez la personne âgée que chez l’enfant adulte. Cela peut être vécu comme un véritable drame, de part et d’autre… et provoque parfois une fissure indélébile dans la relation. Solidarité Parents-Enfants On a beau avoir quarante ans ou plus, nos parents restent les seuls que nous aurons dans une vie. Ils sont également notre rempart contre la mort, une sorte de première ligne qui nous protège. Les voir diminués et assister de façon irréversible au renversement des rôles sont un véritable choc, en particulier lorsque cela se fait de façon soudaine. Voici que ceux qui prenaient soin de nous, qui nous ont élevés, aidés y compris financièrement, sont à leur tour dépendants de nous, parfois de façon très partielle, parfois totalement. Psychologiquement, cela nécessite un certain temps d’adaptation, puis d’acceptation de cette nouvelle situation familiale. C’est à ce moment-là que la solidarité se fait véritablement jour et devient nécessaire. Elle peut porter sur une aide à la fois financière, une assistance au jour le jour, un nouveau mode d’organisation à inventer et qui doit convenir à tous, car cela exige du temps. Sans oublier que si le parent est atteint d’Alzheimer, cela signifie aussi la fin d’une véritable possibilité de dialogue, d’un échange cohérent. La peur du futur et l’inquiétude au présent deviennent de nouveaux compagnons. Cela transfère immédiatement l’enfant adulte dans le futur et la vision de sa propre vieillesse. La solidarité intervient parfois sur une base qui n’est pas celle des grands sentiments. Il y a aussi le souhait d’être exemplaire vis-à-vis de la société, de la famille, des relations, parfois aussi le désir inavoué que nos propres enfants sauront aussi s’occuper de nous lorsque le temps viendra. Une période charnière qui doit se faire avec le plus de sérénité possible, et en gardant en tête tous les bons moments partagés. La solidarité au niveau de la société La solidarité familiale est souvent à même de venir à bout des principaux problèmes qui se présentent au niveau des personnes les plus âgées qui font partie du clan. Mais elle n’est pas automatique, ni systématique. On voit des enfants qui ont totalement rompu les ponts avec leurs parents, des personnes âgées abandonnées dans les maisons de retraite qui ne reçoivent quasiment plus aucune visite, si ce n’est pour le cadeau de Noël de la mairie. Et lorsque l’on élargit vraiment le cercle, la solidarité devient de plus en plus délicate. En France, elle existe pourtant de façon quasi obligatoire de par le système des retraites par répartition. Les actifs font preuve de solidarité vis-à-vis de leurs aînés en payant leur retraite, et ce, génération après génération. Du moins jusqu’à présent, car la démographie va changer la donne. Les Français restent attachés à ce type de solidarité. La majorité pense qu’il est en effet normal que l’Etat ou les organismes locaux se préoccupent des anciens, en ayant à disposition des services sociaux, des aides spécifiques, des centres médicalisés, etc. Peut-être parce qu’il est plus facile de déléguer cela à l’Etat que de s’en préoccuper à titre privé. En effet, qui irait alors s’occuper des personnes âgées sans famille ou esseulées ? Les bénévoles ne sont pas nombreux. Il FÉMININPSYCHO 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 124