Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°66 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61 Mo

  • Dans ce numéro : arrêter l'hypocrisie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 52 - 53  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
52 53
LES HOMMES & MOI PHOTOS.COM sibilité de leur femme, ils se replient sur leur avantage le plus évident : la supériorité physique. En somme, ils se sentent acteurs, c’est-à-dire qu’ils jouent et contrôlent la situation comme les " vrais " hommes doivent le faire. Le facteur biologique Le courant neurologique attribue à la violence une perturbation du système limbique (siège des émotions). Frank Elliot, psychiatre américain, un des tenants les plus convaincus de cette théorie, pense que la violence est provoquée par une décharge électrique incontrôlée dans le lobe temporal. Elle pourrait trouver son origine dans un traumatisme précoce du cerveau, comme une asphyxie temporaire au cours de l’accouchement ou de la prime enfance. Il croit également que des désordres métaboliques comme l’hypoglycémie peuvent aussi déclencher la violence conjugale. Du point de vue génétique, le développement de la sociobiologie, dans les années 70, considère la violence conjugale comme une stratégie masculine pour dominer la femme afin de se garantir l’exclusivité de 52 FÉMININPSYCHO la reproduction et des relations sexuelles. A leurs yeux, un homme frappe sa femme pour satisfaire un impératif biologique et pour que ses gênes soient transmis à la génération suivante. La jalousie masculine disproportionnée qui accompagne les brutalités prend ses racines dans l’incertitude de l’homme face à sa contribution au patrimoine héréditaire qui serait en revanche assuré en certitude par les femmes. La mère est toujours réelle, le père n’est que putatif. Il est donc clair qu’il se passe donc quelque chose de plus complexe que la simple reproduction d’actes marquants. Les hommes violents traversent de profondes dépressions, PHOTOS.COM comme la jalousie, et subissent des accès de rage disproportionnés dans leur vie privée. C’est une perturbation plus profonde et plus envahissante que ne laisse supposer la théorie de l’apprentissage social qui semble donc se révéler en eux. n A.B. CONTACTS UTILES Femmes info service : 01 40 33 80 60, Femmes victimes de violences : 01 47 91 48 44 et www.sosfemmes.com A LIRE Pourquoi donner la parole à un mari violent ? Quel crédit apporter à son témoignage ? Et comment cet homme peut-il avoir l'indécence de raconter les dix années de sa vie au cours desquelles il a frappé, humilié la femme qu'il disait aimer ? Frédéric Matwies s'est posé mille fois ces questions. Jusqu'au jour où Sabrina, celle qu'il a tant martyrisée, lui a donné son accord mieux, son aide pour qu'il témoigne de ce qu'ils appellent « leur cauchemar ». Il revient sur les coups donnés, la honte, les promesses non tenues, « le monstre » qui était en lui et qui revenait sans cesse, « le coup de trop qui l'enverra devant un tribunal, mais aussi son enfance, les services sociaux, puis sa rédemption par des thérapies. Il raconte enfin son autre combat, celui qu'il mène encore quotidiennement, pour « réparer Sabrina ». Il est aujourd'hui « un autre » homme, « soigné ». Et la justice, fait exceptionnel, lui en a donné la plus belle preuve : il y a sept ans, elle lui a accordé la garde de leurs deux filles, aujourd'hui âgées de 12 et 13 ans. « Il y avait un monstre en moi » de Frederic Matwies, Editions Michalon, 256 pages.
LES HOMMES & MOI AMOUR Je reproduis toujours le même schéma destructeur ! Pourquoi recommence-t-on toujours les mêmes erreurs ? Qu'est-ce qui nous pousse à reproduire une histoire qui, fondamentalement, ne nous convient pas ? Et comment faire pour en changer ? Par fidélité à certains schémas mentaux, nous faisons et entretenons notre propre malheur, comme par exemple de tomber systématiquement amoureux de la mauvaise personne. Sans compter que dépasser un échec demande du temps et de la persévérance et ce n'est pas de tout repos. Il faut sans arrêt se motiver et se répéter qu'on a fait le bon choix, que cet échec a été finalement une chance et qu'on est bien plus heureux maintenant. Pas toujours facile... PHOTOS.COM A la suite d’une série d’échecs, d’amours qui nous ont fait mal, il est temps de se poser des questions. C’est ce qui nous permettra de reprendre confiance afin de ne pas envisager chaque nouvelle rencontre d’un homme ou d’une femme comme un nouveau risque d’erreur et de souffrance. FÉMININPSYCHO 53



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 124