Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°66 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61 Mo

  • Dans ce numéro : arrêter l'hypocrisie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
PHOTOS.COM ENQUÊTE PHOTOS.COM Quand l’humour peut nous sauver a non seulement quelque chose de libérateur, mais encore quelque « L’humour chose de sublime et d’élevé ». C’est Sigmund Freud qui a énoncé ces paroles. Que dire de plus si le pape de la psychanalyse a lui-même approuvé ce comportement qui s’apparente souvent à une politesse de l’esprit ? 44 FÉMININPSYCHO « Des réflexes salvateurs » L’humour est souvent qualifié de salvateur. Ni moralisateur, ni cruel, il est souvent inné et prend des formes bien différentes. Avancer dans la vie avec humour peut s’avérer élégant, parfois un peu désespéré, et cela permet la plupart du temps de vivre plus léger. L’humour est possible en toutes circonstances, même si peu osent l’utiliser à tout-va. Différents types d’humour « Le rire est la cascade sonore par laquelle on reprend son souffle après qu'il a été coupé, légèrement, par une surprise agréable, un trait (d'esprit mais pas toujours), une différence vivace, un entre-deux qui, nous ayant un peu ouvert, nous a permis d'entrecouper le ronron, le sérieux-sériel du travail, la longue continuité avec soi-même. Le rire libère ou plutôt décharge une curieuse charge signifiante dont on a reçu le choc... » Dans son livre « Les sens du rire et de l'humour », c'est ainsi que Daniel Sibony, avec la finesse du psychanalyste, tout en intégrant les approches de Bergson sur le rire de situation, de Freud sur la levée du refoulement, et de Baudelaire sur le grotesque, donne au rire une dimension et une portée symboliques, transmetteuses de vie, qui engagent notre rapport à l'être, aux autres, à nous-mêmes.• Ceux qui nous font rire Les personnes dépourvues d’humour existent bel et bien. Il est sans aucun doute très intéressant de se pencher sur leur sort et de parvenir à déterminer les raisons de ce mystère. Ou peut-être vaut-il mieux se préoccuper de celles qui sont vraiment drôles et avec qui vous pouvez passer de bons moments ? En réalité, il y a déjà fort à faire avec les personnes disposant d’une bonne dose d’humour. Car les genres sont très différents et parfois incompatibles entre eux. Il suffit de penser aux différents comiques pour s’apercevoir qu’entre les fans de Coluche, de Bigard, de Bedos, Devos, sans oublier les femmes telles que Robin, Roumanoff et Foresti, les publics sont divers. Nous avons nos préférés et apprécier un style d’humour qui ne nous correspond pas est très difficile. Rien de pire que de devoir écouter
des sketchs qui ne nous font absolument pas sourire, que ce soit pour des raisons sociologiques, intellectuelles, politiques, religieuses, etc. On l’aura compris, l’humour que nous sommes capables d’accepter de la part d’autrui n’est pas seulement question de tempérament, mais aussi et surtout d’éducation et d’environnement socio-culturel.• Faire rire Autre point essentiel : le fait d’apprécier l’humour des autres ne signifie pas que l’on soit à même d’en faire preuve. Il ne s’agit pas ici d’histoires drôles, que certains racontent en nous faisant mourir de rire tandis que d’autres ne parviennent même pas à s’en souvenir, mais il s’agit d’être à même de manier les mots afin de provoquer ce moment de légèreté bienvenu. Parvenir à faire de l’humour, à plaisanter sur des sujets plus ou moins délicats, demande en effet une bonne confiance en soi, ainsi que dans les personnes qui sont le réceptacle de ces bons mots. En effet, il est très facile de dénaturer ensuite des propos qui ont été tenus sur le ton de l’humour, dans le but de débloquer une situation, d’alléger un sujet sensible ou tout simplement de s’amuser. Difficile parfois de résister à la tentation du bon mot. Un art difficile L’humour est en effet assez complexe à mettre en place : il faut non seulement trouver les bons mots, mais aussi le bon moment avec les bonnes personnes. Il est très important de connaître en effet son entourage afin de savoir que cela n’engendrera pas de malentendu. C’est la raison pour laquelle mieux vaut se laisser aller en bonne compagnie et surtout en pays de connaissance. Pratiquer l’humour sur une personne imbue d’ellemême, particulièrement susceptible, ou pire encore, jalouse, est un risque à bien considérer avant de se lancer. Notre société démocratique est souvent aussi celle de la bienséance, du « politiquement correct » et l’humour n’est pas toujours le bienvenu. Il est d’ailleurs assez courant d’entendre ici ou là des comiques célèbres être d’avis qu’il est aujourd’hui impossible de rire de certains sujets comme le faisait par exemple un Coluche ou un Bedos il n’y a pas si longtemps. La race, la religion, la mort, la maladie sont des sujets à éviter. Reste la politique heureusement ! A moins que ce ne soit le courage qui manque et non pas l’époque qui soit à ce point moralisatrice. Car l’humour est d’utilité sociale, s’en priver en dit long sur la société. Heureusement, il y a les gais lurons, les blagueurs, les spécialistes de l’humour noir, les carabins, ceux qui sont doués et ceux qui se lancent avec plus ou moins de succès. Mais en dehors des professionnels, ce qui distingue le plus les personnes qui pratiquent l’humour est non pas la volonté de briller, mais de donner un ton qui permette d’aborder tous les sujets sans pour autant tomber dans le tragique. Car l’humour n’est pas l’ennemi de la réflexion bien au contraire. Il est pourtant des moments où rire et même sourire semblent impossibles, lors d’événements tragiques, de séparations, voire de deuils. Peut-on rire de tout ? That is the question… On le voit, qu’il s’agisse de la profession de comique ou de l’humour que tout un chacun peut pratiquer, l’autocensure est présente, parfois nécessaire.• Un contre-exemple L’autocensure ne concerne pourtant pas tout le monde, et c’est tant mieux. On peut ainsi trouver une partie de la réponse dans deux livres qui ont rencontré un beau succès. Jean-Louis Fournier s’est en effet exprimé à sa façon dans deux de ses ouvrages, dont le dernier, sur des sujets qui ne prêtent pourtant pas à rire : - « Où on va Papa ? » qui aborde la vie avec deux de ses enfants handicapés, - « Veuf » sur le thème du décès récent de son épouse et de l’absence. Deux sujets ô combien délicats sur lesquels il est d’ailleurs le seul à être vraiment autorisé à plaisanter. Rien non plus de vraiment surprenant pour cet homme qui pratique l’humour depuis longtemps et fut l’un des très proches de Pierre Desproges, dont l’approche décapante n’est plus à démontrer. Pour Fournier, il est possible de rire de tout, la plaisanterie ne doit pas s’arrêter aux choses anodines et les limites peuvent et doivent être repoussées. C’est aussi parce que l’on sent le respect et l’amour jaillir souterrainement sous les mots que cela devient acceptable pour tous et que ses livres parlent au public. L’humour salvateur L’humour peut-il donc vraiment nous sauver de situations dramatiques ? Quelle réponse donneriez-vous, ici, immédiatement, sans trop y réfléchir ? Oui ? Non ? Si le non l’emporte, peut-être est-ce parce que vous êtes ancré dans le concret. Admettons que vous vous trouviez en situation de surendettement, ce n’est pas le fait de plaisanter sur le sujet qui va vous aider, semble-t-il. Effectivement, concrètement, cela est bel et bien exact. Et pourtant, le fait de pouvoir en plaisanter en bonne compagnie permet de dédramatiser le présent. Un effet qui a une conséquence bien réelle cette fois : en dédramatisant, la pression retombe, il est à nouveau possible de penser au problème sans FÉMININPSYCHO 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 124