Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°66 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61 Mo

  • Dans ce numéro : arrêter l'hypocrisie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
PHOTOS.COM PSY•QUO•TIDIEN vidus peuvent se targuer d’être sans reproche, et le réalisme vis-à-vis de soi-même a tendance à augmenter avec l’expérience de la vie. Les déceptions que nous nous infligeons à nous-mêmes sont donc une source de danger pour notre élan de vie fondamental. La phrase de Voltaire disant que l’amour propre est bel et bien aveugle semble être véridique et c’est tant mieux : pour résister, et continuer à aller de l’avant, il est important que ce sentiment reste à un niveau suffisant pour continuer à avancer dans de bonnes conditions, et ce, quel que soit notre âge. « Il y a dans la jalousie plus d’amour-propre que d’amour. » (François de La Rochefoucauld) 36 FÉMININPSYCHO « Trop d’amour-propre ? » Dans les nombreux sondages effectués, on retrouve des personnes interrogées qui disent s’aimer mieux aujourd’hui que par le passé. Si elles parviennent à penser avec bonheur et un peu de regret à certains épisodes de leur jeunesse, elles annoncent être plus heureuses aujourd’hui. A vrai dire, si cela est généralement vrai pendant un temps, il s’agit là aussi d’un mécanisme d’auto-défense. Car en interrogeant spécifiquement les seniors, il est clair qu’il s’agit d’un phénomène de compensation par rapport à la perte de certains attributs. Compensation nécessaire non seulement à la survie, mais à la vie tout court ! Amour-propre ou amour tout court ? L’amour-propre joue un rôle dans le domaine de l’amour tout court. Il est souvent à la racine de malentendus, de vives réactions, parfois aussi à l’origine d’un certain type de jalousie, ou en cas d’insuffisance, d’une tendance à se laisser dominer. La relation amoureuse subit donc directement les conséquences de l’amour que l’on se porte à soi-même avant d’aimer l’autre. Le plus difficile est lorsque l’un des partenaires est en manque d’amour de soi, ce qui engendre doute et méfiance dans la relation ou une facilité à se laisser dominer par des profils pervers et manipulateurs. Cela se retrouve également dans la relation sexuelle du couple, où l’un cherche à posséder l’autre au sens premier du terme. Un phénomène normal, car l’image que nous avons construite se trouve soudainement confrontée à celle que se fait l’autre de nous. Cela peut être flatteur ou difficile à vivre, en fonction des circonstances. Il n’y a pas à revenir là-dessus : l’amour-propre est une histoire d’amour entre soi et soi. Les Américains sont probablement ceux qui ont poussé le raisonnement le plus loin. Toujours très pragmatiques, ils ont ainsi mis au point toute une série de formations, voire de thérapies afin de se conditionner à s’aimer. Certains vont même jusqu’à dire qu’un individu doté d’une bonne « self esteem » est plus susceptible de réussir qu’un individu qui ne compterait que sur ses diplômes. C’est oublier que les deux vont de pair et que l’éducation et l’image de soi sont complémentaires. Sagesse asiatique… En Asie, la vision de l’amour-propre est très différente, mais le bouddhisme prêche aussi la bienveillance vis-à-vis de soi, preuve en est que ce sentiment est universel. La méditation conduit en effet à une meilleure connaissance personnelle qui permet ensuite de mieux aller vers les autres. Besoin de reconnaissance Dans les siècles passés, l’amourpropre n’était nullement l’amour vis-à-vis de soi-même mais plutôt le besoin de reconnaissance, qui se nourrissait d’une forme d’agressivité par rapport à l’autre. Au niveau psychologique, cette approche a été abandonnée. Elle reste cependant vivace chez certains économistes qui ont analysé les économies socialistes de type communiste. Selon eux, les travailleurs de l’URSS étant privés de la satisfaction de travailler et progresser pour eux-mêmes, ont en quelque sorte été en panne d’amour-propre et la plupart se sont « démotivés » ; un mot du monde d’aujourd’hui ou tout est question de motivation. L’amourpropre jouerait en revanche un rôle essentiel dans le système capitaliste, et l’on comprend mieux alors l’engouement des Américains pour cette notion. Qui peut nier l’importance de l’amour-propre ? Si certains ont un doute, il suffit de voir la force et l’énergie que peuvent manifester des personnes souffrant d’une « blessure » d’amour-propre. Le mot « blessure » est d’ailleurs significatif et indique que si elle reste virtuelle, elle peut parfois aller jusqu’à engager le pronostic vital chez les êtres les plus fragiles. Amour-propre : une notion si simple d’apparence et pourtant si profonde. A nous de lui rendre un peu de sa superbe. Soyons fiers de cette émotion susceptible de nous donner une énergie exceptionnelle ! n A.F.
PHOTOS.COM « Trop d’amour-propre ? » PSY•QUO•TIDIEN Mieux vaut trop ou pas assez d’amour-propre ? L’amour-propre peut être un formidable moteur. Lorsque l’on en est doté, il est hors de question non pas de décevoir l’autre, mais surtout de se décevoir soi-même. Quelle meilleure motivation pour progresser et même se dépasser ? Encore faut-il avoir la bonne dose et préserver l’équilibre optimal. Or, il arrive que certaines personnalités en aient trop peu ou vraiment exagérément. Sans oublier la grande majorité qui fluctue entre les deux sans vraiment maîtriser cette émotion qui les guide de façon souvent inconsciente. Trop peu… Quelles que soient les origines de ce trop peu d’amour-propre, les conséquences sont bien réelles et on ne peut plus concrètes. On parle parfois d’absence d’amour-propre, ce manque de fierté extrême qui signifie dans la bouche de celui qui prononce L’amour-propre est une émotion qui est sujette aux excès. Les reproches pleuvent parfois sur ces personnalités soi-disant faibles qui n’en ont pas assez ou, plus fréquemment, sur celles qui deviennent ingérables parce qu’elles en ont trop, ayant développé une opinion démesurée d’elles-mêmes. Or, l’âge n’est pas toujours synonyme de sagesse en ce domaine… ces mots que la personne en question est manipulable à l’extrême. « Pas faux », comme diraient les adolescents d’aujourd’hui. Effectivement, le manque d’amour-propre et d’estime de soi conduit à des comportements de victime pour la majorité des individus concernés, et pour une minorité à une agressivité inopportune.• Un profil de victime Un homme et a fortiori une femme dont l’estime de soi est basse est FÉMININPSYCHO 37 PHOTOS.COM D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 124