Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°66 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61 Mo

  • Dans ce numéro : arrêter l'hypocrisie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
PHOTOS.COM D.R. PHOTOS.COM D.R. PSY•QUO•TIDIEN 34 FÉMININPSYCHO « Trop d’amour-propre ? » Quand l'amour-propre n'est pas… au figuré Le Larousse donne cette définition de l’amour-propre : « sentiment que l’homme a de sa dignité, de sa valeur ». Rien que de très louable et normal. Du moins lorsque cela est basé sur une réalité. Or, nous sommes ici dans le règne des émotions, non pas dans celui de l’objectivité. Voici la raison pour laquelle les excès en matière d’amour-propre sont légion et peuvent mener à quelques difficultés. L’amour-propre a tendance à être assez mal vu. Pourtant les racines de notre culture Judéo-chrétienne dictent une règle bien précise : « Aime ton prochain comme toi-même. » Une phrase du Nouveau Testament qui a tout son sens en termes psychologiques. En effet, l’amour pour les autres peut se développer à partir du terrain favorable qui s’est formé au préalable et a permis de construire une bonne image de soi. Pour autant, amour et amour-propre sont deux notions psychologiquement et totalement différentes. Amour-propre & ego L’amour propre est intimement lié à notre ego et à la perception que nous en avons. Au fil des années, nous nous formons en effet une image de nous-mêmes. Lorsque l’enfance se déroule dans une ambiance aimante, et même si l’environnement n’est pas privilégié, cette image croît dans la positivité. Des parents aimants, qui applaudissent aux premières réalisations, et poussent leur enfant vers l’avenir et l’autonomie en lui faisant confiance, créent une bonne estime de soi pour le futur adulte. C’est à partir de cette estime, de cette bienveillance que nous éprouvons pour nous-mêmes que se construit ce que l’on nomme l’amour-propre.
A l’inverse, un enfant grandissant dans un milieu peu sécurisant, rabaissé, volontairement ou pas, ou pis encore maltraité, va développer une image négative de lui-même, qui signifie implicitement qu’il n’est pas digne de l’amour de ses parents et donc du sien. Vous êtes ou connaissez certainement l’un de ces profils qui, adulte, semble toujours porter en lui ce sentiment d’indignité. Nous ne naissons pourtant pas en nous aimant pour la bonne raison que le nourrisson n’a pas encore de conscience de sa propre existence. Dès l’âge de deux ans, parfois avant, il se reconnaît par contre avec bonheur dans le miroir et se construit peu à peu en tant qu’individu indépendant de sa mère. Cette étape primordiale sonne le début de la construction de son image personnelle. Das Ich & Freud Ce que l’on nomme ego en psychologie est intimement lié à la construction de l’amour-propre. En effet, l’ego est le fondement de la personnalité. Freud a développé les notions de « ça, moi, et surmoi » ou en allemand « das Es, Ich, Uber-ich ». L’ego correspond au Moi : das Ich. Cet ego obéit à des forces diverses, mais c’est lui qui conduit l’action. Freud le compare à un gouvernail qui aurait à naviguer entre l’océan des pulsions et les réalités du monde. Ce moi permet de ressentir une certaine puissance, il est énergique et cherche à s’imposer pour mieux exister. L’ego n’a pas la tentation de s’occuper des autres, mais plutôt d’en profiter afin de pouvoir se développer. Toujours selon le psychanalyste, c’est le Surmoi qui est alors chargé de réguler l’activité du Moi. D’où certaines dérives possibles lorsque le Surmoi n’accomplit pas son rôle correctement. L’amour-propre est donc tout naturellement lié à notre ego et il est inutile d’exiger de lui une quelconque objectivité. Un sentiment indispensable et positif La linguistique a parfois du bon. Ainsi, si l’on examine les traductions du mot amour-propre en allemand, on retrouve selbstachtung (littéralement : attention à soi) et en anglais self-respect ou self-esteem. En bref, un mot logique, réaliste et nécessaire. En français, l’amour-propre a depuis des siècles été considéré comme synonyme d’égoïsme. Il n’appartient pas à la catégorie des sentiments légitimes dont on peut se vanter. Or, il est important de prendre soin de son propre bien-être, ne fut-ce que pour ne pas être un fardeau pour son entourage. Mais cela mène effectivement bien souvent à une dérive difficile à maîtriser et l’adjectif « prétentieux » peut alors commencer à se profiler à l’horizon. Une image rêvée… En réalité, l’amour propre ne peut être réaliste. Pour certains psychiatres, il ne doit pas l’être. En effet, le fait de se bercer quelque peu d’illusions en ce qui nous concerne nous permet aussi d’aller de l’avant, avec une certaine assurance et un plus grand optimisme dans la vie. Se croire plus intelligent que l’on n’est en réalité (ou plus séduisant, plus charismatique, etc.), se surévaluer, rend la vie plus plaisante… en tous les cas pour soi. D’ailleurs, ce type de personnalité aura tendance face à un jugement quelconque de la part d’autrui de ne retenir que les éléments positifs. Une sorte de sauvegarde personnelle qui permet d’éviter la dépression, la déception à son propre égard. Sans pour autant que cela n’aille évidemment jusqu’à l’aveuglement total. L’amour-propre peut également se nicher dans des éléments tout à fait « On blesse l’amour-propre, on ne le tue pas. » (Henry de Montherlant) superficiels : être plus grand que l’autre, être beau ou belle, avoir bénéficié d’une meilleure éducation… Peu importe, il est possible de tout utiliser pour se sentir meilleur et plus fort. Ce sentiment très individuel explique que le fait d’appartenir à une minorité défavorisée en termes sociétal ne signifie pas forcément avoir une mauvaise image de soi. Il y a une certaine sagesse à ne pas vouloir toujours voir la vie à travers son propre prisme. Les personnes très réalistes sont généralement sujettes à la déprime, voire à la dépression. Les épreuves ne manquent pas, la conscience de la mort des autres et de la sienne propre est souvent un fardeau lourd à porter… Amour-propre et déception S’il est aussi important d’avoir un amour-propre assez solide lors de ses débuts dans la vie, c’est aussi que celle-ci n’est parfois pas avare en difficultés. Il arrive que des échecs, personnels ou professionnels, parfois les deux, viennent mettre à mal notre estime de soi. Sans une solide armature permettant de résister, de relativiser, il est alors possible de glisser dans l’autre extrême, c’est-àdire le dénigrement de soi. Lorsque le capital de confiance en soi avec lequel un jeune adulte s’installe dans la vie est déficient, il n’aura que trop tendance à entendre chaque critique comme une prise de conscience de son peu de valeur et son amour propre ne fera que se réduire jusqu’à parfois disparaître. Ce capital doit en effet être élevé pour résister à l’épreuve des années, car il est peu à peu entamé. Du moins si notre ego fait preuve d’une certaine intelligence. Bien peu d’indi- FÉMININPSYCHO 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 124