Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°66 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61 Mo

  • Dans ce numéro : arrêter l'hypocrisie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
PHOTOS.COM PHOTOS.COM D.R. DOSSIER « Arrêter l’hypocrisie ! » 16 FÉMININPSYCHO RELATIONS SOCIALES Diplomatie ou hypocrisie ? Fourbe, imposteur, artificieux, retors, tortueux, judas, sournois, faux, mensonger, trompeur, patelin, cafard, fallacieux, perfide… voici quelques-uns des adjectifs bien peu flatteurs que l’on accole à celles et ceux que l’on juge hypocrites dans nos relations humaines et sociales. Pourtant, l’hypocrisie n’est pas forcément méchante, elle peut aussi révéler une volonté de diplomatie à l’égard des autres. Un point s’impose. Chacun sait que la politesse peut toucher dans certains cas au mensonge, ou au moins à une certaine hypocrisie : le « bonjour-au revoir » accompagné parfois d'un sourire feint, les discussions entre voisins que l'on affecte de trouver passionnantes pour ne pas vexer, etc. L'étiquette, les règles de conduite en bonne société, relèvent de la même logique, ainsi que la diplomatie. Des comportements bien humains Ces comportements à plus d'une occasion insincères ne reflètent pas une relation vraie, bien qu'ils soient utiles à la société, et parfois même - à condition qu'il s'agisse de l'exception et non de la règle - à l'intérieur d'un couple. Ils constituent comme un ciment de leur continuité. Pour Jacques de Bourbon Busset (L'amour durable), toute relation conjugale profonde doit comporter par respect de l'autre ce type de mensonge officieux : celui-ci loin de constituer une injure à l'autre, lui épargne au contraire les conséquences non signifiantes d'une baisse momentanée de ses propres sentiments ; c'est pour lui l'expression de cette baisse, quand elle ne traduit pas une réalité durable et profonde, qui serait au contraire mensongère.
L’hypocrisie est d’abord sociale Ecoutons d’abord ce témoignage de Manerina : « L’hypocrisie sociale, c’est ce qui fait qu’on répond « bien » à la question « comment ça va ? » ; non seulement on ne va pas raconter à notre voisin de palier (ou à la boulangère, ou au collègue de bureau) qu’on s’est réveillé avec la gueule de bois, qu’on a nos règles et qu’on s’est disputée avec notre chère moitié pour une histoire de vaisselle, mais en plus le dit voisin de palier (ou la boulangère, ou le collègue de bureau) s’en fout royalement. L’hypocrisie sociale consiste à faire suivre son « bonjour » par un « comment ça va ? » mécanique. Et si l’on se hasarde à répondre autre chose que « bien merci », on sent tout de suite son visage se décomposer par l’ennui et le désarroi. C’est pourquoi notre hypocrisie sociale consiste à s’abstenir de répondre sincèrement à la question. Et ça ne s’arrête pas là… L’hypocrisie sociale, c’est aussi par exemple ce qui nous empêche de dire à notre ancienne camarade de lycée que l’on vient de retrouver au bout de 10 ans : « Wahou… Qu’est-ce que tu as grossi (vieilli, enlaidi…) » ; non… En fonction de notre degré d’hypocrisie sociale, notre réponse peut être un simple et gentil : (mais très mensonger) « Tu n’as pas changé » ou un « wahou… tu es tellement… différente » que l’on s’empresse d’ailleurs de faire suivre d’un « tu es rayonnante (épanouie, pleine d’assurance…). » Et Manerina d’ajouter et de conclure : « Sans hypocrisie sociale, on oserait dire à la personne qui nous a invitée à dîner et s’est donnée du mal à mettre les petits plats dans les grands, que son ragoût manque de saveur, que la viande est trop cuite et qu’elle aurait pu nous demander si on ne préfèrerait pas la bière au vin. Sans hypocrisie sociale, on serait capable de dire à notre meilleure amie que le secret qu’elle nous a confié la semaine dernière, nous l’avons à notre tour confié à notre autre meilleure amie qui elle-même le confiera certainement la semaine prochaine à sa meilleure amie à elle. Je ne sais pas qui a dit « un secret est quelque chose qui se répète tout bas » mais en tous cas il avait raison ! La vie serait tellement plus simple sans hypocrisie sociale, nous aurions l’esprit tellement plus tranquille et libre de penser à autre chose qu’à notre dernier ou notre prochain mensonge. Mais nous serions tellement seuls… Pourquoi seuls ? Car sans hypocrisie sociale, aucune relation humaine ne serait possible. Ce qui m’amène à me demander « l’homme est-il vraiment un être social ? ». Etymologiquement… Le terme hypocrisie signifie le fait de discerner (du grec « krinein ») en-dessous, par-dessous (du grec « hypo »). Il désigne une attitude de dissimulation de la vérité de nos pensées sous des dehors agréables : l'hypocrite est celui qui, par exemple, manifeste une amabilité de façade envers quelqu'un qu'il n'aime pas. L'hypocrisie est donc le contraire de la franchise, de la sincérité, de la transparence. On y a recours pour ménager notre image, ou la bonne tenue d'une relation dans laquelle nous avons un intérêt. C'est une sorte de ruse de dissimulation. Si l’on va plus loin, « Hypocritès », c’est l'interprète d'un songe, acteur, comédien - de « hypokrinein » : répondre, interpréter. Le dieu, interrogé, répond sous la forme de l'oracle, ou dans les énigmes du rêve. Par extension : répondre à quelqu'un, d'où donner la réplique, ce qui nous conduit dans l'univers du théâtre, dont on sait par ailleurs que l'origine se situe dans les processions et oraisons religieuses. L'hypocrite, entendons l'acteur antique, est dissimulé sous un masque fixe qui représente « Il faut au cœur perfide un visage hypocrite. » (Emile Deschamps) un personnage traditionnel (Dionysos, Prométhée, Hérakès par exemple) immédiatement reconnaissable dans ses traits stéréotypés. Cette indication est précieuse. L'acteur antique efface totalement sa subjectivité, au point de n'être pas même reconnaissable. Rappelons qu'en latin « per-sona » signifie le son, la voix, qui sonne à travers les trous du masque. Nous retrouvons les mêmes données dans le théâtre traditionnel de la Chine et du Japon. Hypocrisie ou politesse ? La politesse est une composante essentielle de la vie en société, qu’elle contribue à régler. Elle définit pour chacun une façon de se comporter qui lui permette de vivre en communauté. Plus qu’une simple option, la politesse est une exigence sociale (on apprend à un enfant la politesse, parce qu’un adulte impoli est socialement mal considéré). Pourtant, si on la considère dans son contenu, la politesse semble n’être qu’un art de faire illusion, de sauver les apparences, bref une hypocrisie (lorsque nous disons « bonjour » à quelqu’un, lui souhaitons-nous sincèrement de passer une bonne journée ?). Souvent nous ne pensons pas à ce que nous disons, nous sommes polis par habitude ou par intérêt, indistinctement envers tout le monde. Si la politesse n’est qu’hypocrisie, l’impoli devient alors un modèle d’honnêteté, qu’il est légitime de préférer à la politesse hypocrite. Peut-on cependant envisager une société où la politesse ferait défaut, autrement dit n’y a-t-il pas une nécessité de la politesse en dépit de l’hypocrisie dont on l’accuse ? Enfin, ne peut-on penser une politesse qui per- FÉMININPSYCHO 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 124