Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
Féminin Psycho n°66 jan/fév 2012
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°66 de jan/fév 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61 Mo

  • Dans ce numéro : arrêter l'hypocrisie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 100 - 101  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
100 101
MOI & LES AUTRES Arrêtez de vous faire exploiter ! Vous en avez assez d’être « la bonne poire » de service ? C’est décidé, vous allez réagir. Basta, terminé, vous allez devenir une nouvelle personne ! Trop gentille, voilà ce qui ne va pas et tout le monde en profite. Reste à présent à concrétiser votre décision dans votre sphère personnelle et professionnelle. Dans certains groupes sociaux, certains semblent être des victimes désignées. Non pas par manque d’intelligence, de subtilité, ou par un quelconque handicap visible. Ils ne sont pas non plus des boucs émissaires à proprement parler. Il s’agit simplement de personnes plutôt sympathiques, qui aiment rendre service et dont on sent que si l’on a quelque chose à leur demander, elles ne diront pas non. « Pourquoi se faire exploiter par les autres quand on peut faire ça soi-même ? » (Gilles Raymond) 100 FÉMININPSYCHO Après tout, rien de tragique, les sociétés sont faites d’individus différents qui disposent chacun de capacités et de caractères complémentaires. Entre ceux qui se refusent à faire quoi que ce soit pour les autres, les paresseux, les profiteurs et exploiteurs en tout genre, il semble logique qu’il y ait aussi des personnes qui soient leur contraire. Se faire exploiter correspond à un certain profil psychologique. Attention cependant, il s’agit bien entendu des personnes qui le sont véritablement, dont cela est prouvé par des actes bien concrets, et non pas de celles qui ont l’impression d’appartenir à cette catégorie, alors qu’il n’en est rien. Il existe en effet des personnes quelque peu paranoïaques qui ont sans cesse l’impression de se faire agresser même verbalement, et a fortiori de se faire exploiter. Une façon de rejeter sur les autres de mauvais choix personnels et une incapacité à se remettre en cause. Différents types d’exploitation L’exploitation se manifeste dans tous les domaines, mais cela ne signifie pas que cela puisse durer toute une vie et qu’il n’y ait pas de solution. PHOTOS.COM
• A l’école Dès l’école, on voit apparaître « les leaders » et « les suiveurs ». Pas de jugement hâtif sur ce sujet, il s’agit simplement d’une constatation aisée à faire lorsque l’on est instituteur. Déjà, à la maternelle, puis dans le primaire, il y a les fortes têtes et ceux qui se laissent guider, du moins apparemment. Rien de bien étrange, ni répréhensible, si ce n’est que parfois de mauvaises habitudes peuvent être prises. Une mini-exploitation peut alors commencer avec celui ou celle qui accepte toujours les tâches ingrates par rapport aux autres.• Au travail Dans l’univers professionnel, cela est également courant. En dehors de la spécificité des missions normales par rapport à un poste occupé, il y a toujours « une bonne poire » prête à se dévouer pour organiser la prochaine réunion, faire le café ou aller chercher le dossier qui a été mis aux archives par erreur. Il y a aussi ceux et celles qui ne se portent pas volontaires, mais sont incapables de refuser les demandes, parfois exagérées de leurs supérieurs, voire de leurs collègues. Et une fois l’habitude prise, difficile d'en sortir. A noter que cela est souvent le cas des femmes qui éprouvent souvent le besoin de se justifier plus que les autres dans un univers majoritairement masculin. Heureusement, les jeunes générations ont tendance à se rebeller quant à ces mauvaises habitudes scandaleuses.• A la maison En privé, cela peut se manifester par une habitude à tout faire déjà au domicile des parents. Les frères et sœurs sont alors relativement tranquilles, et c’est toujours la même qui s’y met, sans mauvaise grâce d’ailleurs. Cela continue souvent ensuite une fois en couple, pour la maison, mais aussi pour l’organisation des fêtes de Noël qui se font toujours chez elle, ou des prochaines vacances où toute l’intendance repose sur ses épaules. Certains se complaisent dans ce rôle qui semble les rendre indispensables, ou prennent un véritable plaisir à assumer de multiples tâches. Mais il vient un temps où la rebellion pointe son nez et où le phénomène du ras-le-bol s’installe. Sauf qu’une fois que l’habitude est prise, difficile de changer soi-même, mais aussi de modifier le comportement d’autrui, qui ne comprend pas toujours pourquoi la situation changerait sans raison apparente. En effet, si « la gentille de service » n’est pas malade ou particulièrement fatiguée, tout cela est finalement bien pratique... Des profils spécifiques Il y a deux grands types de profils qui sont concernés : 1. Les vraies « naïves » Les personnes et en particulier les femmes qui ont tendance à se faire exploiter par autrui, et qui le sont effectivement, ont souvent eu une éducation d’un certain type. Dans la transmission qui a été faite, c’est le sentiment de confiance en autrui qui a été mis en avant. Si les parents ont souvent tendance aujourd’hui à inculquer la méfiance à leurs enfants, PHOTOS.COM afin d’augmenter leur prudence et éloigner tant que faire se peut le danger, d’autres font le contraire. Ils semblent vivre dans le monde idéal du « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », où l’autre est un ami et non un ennemi. Cette capacité à faire confiance ne dure généralement pas toute une vie. Mais elle peut durer suffisamment longtemps pour que cette attitude, pourtant positive à la base, ne provoque une facilité à se faire abuser et tromper. Il n’est pas facile de grandir ainsi dans le pays des « Bisounours », quand bien même l’intention des parents était de vouloir que leur enfant grandisse sans être traumatisé et qu’il reste quelque part dans le monde merveilleux de l’enfance. Sauf qu’aborder le monde avec naïveté promet de belles déceptions. Parfois aussi, cette attitude est tellement désarmante qu’elle peut en effet mener au résultat recherché au début de la relation. Certains parviennent à sortir leur épingle du jeu, y compris face à des profils de dominateurs. Il convient de réagir lorsqu’effectivement la sensation de se faire exploiter devient vraiment non seulement évidente, mais peu à peu insupportable. D’autant que ce type de profil est particulièrement sensible aux individus FÉMININPSYCHO 101



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 1Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 2-3Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 4-5Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 6-7Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 8-9Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 10-11Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 12-13Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 14-15Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 16-17Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 18-19Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 20-21Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 22-23Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 24-25Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 26-27Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 28-29Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 30-31Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 32-33Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 34-35Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 36-37Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 38-39Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 40-41Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 42-43Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 44-45Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 46-47Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 48-49Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 50-51Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 52-53Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 54-55Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 56-57Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 58-59Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 60-61Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 62-63Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 64-65Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 66-67Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 68-69Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 70-71Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 72-73Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 74-75Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 76-77Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 78-79Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 80-81Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 82-83Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 84-85Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 86-87Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 88-89Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 90-91Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 92-93Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 94-95Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 96-97Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 98-99Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 100-101Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 102-103Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 104-105Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 106-107Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 108-109Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 110-111Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 112-113Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 114-115Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 116-117Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 118-119Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 120-121Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 122-123Féminin Psycho numéro 66 jan/fév 2012 Page 124