Féminin Psycho n°65 nov/déc 2011
Féminin Psycho n°65 nov/déc 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°65 de nov/déc 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 62,8 Mo

  • Dans ce numéro : psychologie féminine, ce que nous avons en plus.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 88 - 89  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
88 89
MOI & LA VIE PHOTOS.COM J’ai décidé d’arrêter de fumer ! Le tabac est une addiction dangereuse mais qu’il est difficile de s’en débarrasser ! Nous sommes nombreuses à avoir essayé maintes fois. Mais entre la prise de poids difficile à maîtriser et la nicotine qui nous fait malheureusement défaut, sans parler du stress qu’occasionne le manque, la reprise est souvent de mise… Voici un plan d’actions à suivre pour vous aider à gagner ce combat. A vous de jouer ! Il est vrai que tant que le fumeur n’est pas taraudé par la culpabilité ou la mauvaise conscience, fumer reste un objet de désir... Avant de devenir une addiction, penser à la cigarette d’après déjeuner, accompagnée d’un bon petit café, fait partie des plaisirs la vie. Cette envie explique tout ou presque. Sans cet aspect plaisir, il est clair que le tabagisme aurait cessé depuis longtemps. 88 FÉMININPSYCHO Quand vient la dépendance Là où le bât blesse, et nous le savons aujourd’hui, c’est que contrairement au sport ou à la sexualité, l’alcool, le tabac et les autres drogues nous retirent peu à peu la liberté de choix. A une vitesse plus ou moins rapide en fonction des substances, et en fonction des métabolismes. Si le tabac permettait simplement de se sentir mieux et détendu sans d’autres conséquences, personne n’y trouverait rien à redire. Cependant, qui dit tabac, dit dépendance, à plus ou moins court terme… Quelques éléments sur la dépendance tabagique : • La dépendance se manifeste par la perte de contrôle de la consommation. On peut alors parler d’addiction.• Elle apparaît rapidement après
avoir commencé à fumer chez la plupart des fumeurs.• Le geste du fumeur ainsi que des moments bien précis correspondant à des pauses contribuent à créer l’habitude, quasiment le rituel du fumeur régulier. Ce rituel permet aussi de lutter contre les moments d’angoisse.• La cigarette devient ensuite une compulsion, qui a pour but essentiel même s’il n’est pas conscient, de maintenir un niveau de nicotine constant dans l’organisme. La dépendance se signale de différentes façons : • La sensation de manque lorsque le paquet est fini, où que l’on n’a pas l’autorisation de fumer.• Elle est aussi comportementale dans le sens où la consommation devient systématique en certaines circonstances (en prenant le café, en soirée par exemple).• La connaissance intellectuelle du danger ne suffit pas à motiver un arrêt. PHOTOS.COM Ce que contient vraiment une cigarette ! Acétone (dissolvant), naphtylamine, méthanol, pyrène, diméthulnitrosamine, napthalène (antimite), nicotine, cadmium, monoxyde de carbone (gaz d’échappement), benzopyrène, chlorure de vinyle, acide cyanhydrique, toluidine, ammoniac, uréthane, toluène (solvant), arsenic, dibenzacridine, phénol, butane, polonium 210, DDT. Ça donne envie, non ? (Source : www.tabac-info-service.fr) Petit point sur la nicotine Elle est le facteur essentiel dans la dépendance. Physiquement, des récepteurs à nicotine s’installent dans le cerveau. En fumant, ils deviennent plus nombreux et réclament leur dose dès que la nicotine baisse dans le sang. L’effet de la nicotine est très rapide (fumer une cigarette prend peu de temps). Il est estimé à environ huit secondes, et dure entre 20 et 45 minutes en fonction des personnes, ce qui explique le temps relativement régulier qui se passe entre une cigarette et l’envie d’en reprendre une autre. Bien évidemment, plus on fume, plus on raccourcit ce temps. La nicotine arrive donc en quelques secondes dans une région du cerveau et se fixe sur des cellules réceptrices. Chez les nouveaux fumeurs, les doses de nicotine provoquent la multiplication de ces cellules. Le temps passant, elles deviennent moins sensibles et le besoin augmente. Il faut en fait plusieurs années pour que la consommation se stabilise à un certain niveau. Il faut savoir que ces cellules continuent à subsister y compris après l’arrêt du tabac, ce qui explique qu’un fumeur qui rechute ne fume pas moins qu’avant, mais retrouve le niveau précédent. Une fois la nicotine arrivée dans le cerveau, le cerveau fabrique de la dopamine qui procure une sensation agréable. Sensation d’autant plus forte qu’elle intervient pendant un moment de détente. Le tabac provoque donc une dépendance globale qui se situe à plusieurs niveaux : • Comportementale : la gestuelle, les accessoires…• Sociétale : fumer est souvent lié à la convivialité, le plaisir, la réunion…• Psychologique : la force de l’habitude, la contenance, le bien-être ressenti…• Physique : les effets neurologiques. Le sevrage en question On parle en effet de sevrage dans le cas du tabac, un mot que l’on retrouve lors de la fin de l’allaitement, mais aussi dans le monde des drogues. Pourtant dans le cas du tabac, on entend parfois de gros fumeurs dire qu’ils ont pu arrêter de façon très soudaine. En fait, en creusant un peu la question, il s’avère que ce sont des fumeurs qui ont déjà essayé d’arrêter à plusieurs reprises et qui ont replongé. Après plusieurs tentatives, le fumeur parvient effectivement à maîtriser son besoin. A vrai dire, vouloir à tout prix arrêter soudainement et ce, dès la première fois, n’est pas vraiment recommandé. Cela ne fait que rajouter au stress ou à la mauvaise opinion que l’on peut avoir de soi si l’on rechute finalement. Lorsque que la décision est prise et que l’on veut (ou parfois que l’on doit) arrêter de fumer, mieux vaut le faire de façon progressive. Pour des raisons physiologiques et psychologiques.• Le syndrome de sevrage Une personne qui a fumé pendant des années ressentira un état de manque qui se traduira de façon diverse en fonction des personnes. On peut citer maux de tête, anxiété, fatigue, toux, irritabilité, besoin de manger, angoisses. Certains seront légèrement déprimés du fait que la stimulation liée à la nicotine n’intervient plus de la même façon, d’autres FÉMININPSYCHO 89 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 124