Féminin Psycho n°65 nov/déc 2011
Féminin Psycho n°65 nov/déc 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°65 de nov/déc 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 62,8 Mo

  • Dans ce numéro : psychologie féminine, ce que nous avons en plus.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
ENQUÊTE• La honte est contagieuse Elle se propage rapidement. « Pas de honte individuelle sans le collectif comme témoin, ou comme acteur, pas de honte collective sans que chacun n’en soit atteint dans sa singularité, dans sa subjectivité » explique Jean-François Solal. Par exemple : à la vue d’un clochard honteux d’avoir à demander l’aumône, le passant va ressentir peut être de la gêne, une honte et n’osera pas le regarder dans les yeux cependant qu’il lui donnera de l’argent. Les comportements induits par la honte Pour pouvoir vivre malgré la honte, nous trouvons des stratégies qui nous permettent de ne pas ressentir ce terrible sentiment.• L’évitement On évite toutes circonstances en lien avec le premier vécu de honte. Par exemple, si on a une honte de montrer son corps on évite alors les piscines, les vacances au soleil, etc.• La négation, l’opposition C’est le propre de ceux qui dise « je m’en fous », ces personnes ont une conduite éhontée, elles se mettent dans des situations honteuses et semblent s’en réjouir. C’est un peu comme l’enfant qui dit « même pas mal ». 48 FÉMININPSYCHO « Pourquoi avons-nous honte ? » « Qui nommes-tu mauvais ? Celui qui veut toujours faire honte. Qu’y a-t-il pour toi de plus humain ? Epargner la honte à quelqu’un. Quel est le sceau de la liberté acquise ? Ne plus avoir honte de soi-même » (Nietzsche)• La projection On renvoie la honte sur l’autre ou on fait honte à l’autre.• Les dérivés Cela peut aller jusqu’à l’utilisation de substances telles que l’alcool ou la drogue pour surmonter sa honte. Plus généralement la personne honteuse a une estime d’elle-même très basse et se dévalorise de toutes les façons possibles. Quand il y a honte excessive C’est un état permanent, un sentiment douloureux qui se ressent dans tout le corps qui épuise et fait perdre de l’énergie. La personne ressent physiquement un sentiment d’accablement, de vulnérabilité, de mise à nu, d’imperfection. Elle aura des pensées douloureuses, une haine de soi, une difficulté à parler, des hésitations, des changements brusques de sujet dans une conversation. Elle EXPERT BORIS CYRULNIK, neuropsychiatre, auteur de « La honte » (Ed. Odile Jacob) Se libérer de la honte… « Pour se libérer de la honte, il faut oser se dévoiler, sortir de l’inhibition, mais la condition préalable est que la famille, les amis ou la culture soient des soutiens. On va bien mieux si l’on peut mettre en mots ce qui nous a humiliés en se confiant à l’ami parfait, au partenaire compréhensif, à la société PHOTOS.COM aura de la difficulté à regarder autrui, rougira très fréquemment. Elle attendra inconsciemment qu’on se moque d’elle, qu’on la méprise. Elle aura du mal à imaginer une relation avec un respect mutuel. « La personne souffrant d’une honte excessive croit souvent qu’il y a quelque chose de fondamentalement mauvais dans sa façon d’entrer en relation avec les autres. Elle pense qu’elle mérite la désapprobation. Elle se sent socialement incapable. Lorsqu’elle se compare aux autres, elle a tendance à ne voir que ses faiblesses » expliquent Ronald et Patricia Potter-Efron dans « Se libérer de la honte » (Edition InterEditions- Dunod).• L’intériorisation de la honte Elle va altérer le sentiment d’identité, elle est secrète, indicible, elle va miner la dignité, la fierté, l’amour propre. La personne va essayer de la cacher à autrui mais surtout à soi-même, elle reste méconnue. La personne va se sentir responsable de ce qui lui arrive et va justifier les humiliations vécues, les violences reçues. La souffrance sera vécue avec résignation, comme une fatalité.• Le cercle vicieux La honte va se constituer comme une spirale, par paliers successifs. Elle va pleine d’empathie. Le remaniement de la représentation de « soi blessé » évolue au gré des récits que l’on fait et des rencontres affectives de qualité. Les émotions ainsi que les comportements qui y sont liés se modifient, et la construction intellectuelle à l’origine de la honte prend une forme enfin raisonnable. »
s’installer quand il y a illégitimité, défaillance parentale, infériorité, violence, déchirement, déchéance, nondit, inhibition. « La petite honte de l’enfance brûle toujours à côté de la grande conflagration des hontes ultérieures » ajoute Pierrette Fleutiaux. Comment sortir de la honte ? Sortir de la honte n’est pas facile, le premier constat à faire est qu’elle ne repose sur aucune vérité. Une personne ne peut pas être mauvaise, par contre elle peut avoir des comportements « mauvais ». Il faut donc dissocier le « faire » de l’« être ». Cette distinction est le premier pas à faire, mais il est très rare qu’elle aboutisse à la résolution de la honte. En effet, la honte se loge au niveau corporel et émotionnel et une simple prise de conscience intellectuelle ne suffit pas. PHOTOS.COM Pour dépasser le sentiment de honte plusieurs solutions sont possibles : • Un revécu de honte dans une circonstance « favorable » (devant un thérapeute, par exemple) permet une expérience positive et résolutoire.• Les techniques mobilisant le corps et les émotions sont efficaces : EFT, EMDR, Bioénergie, etc.• Le travail sur l’inconscient peut également être efficace : Analyse des rêves, Symbolismes, Psychanalyse, etc.• Le travail régressif en psychothérapie. Pour se distancier de la honte excessive Il existe heureusement aussi des moyens permettant de se distancier plus efficacement de la honte excessive.• L’humour L’humour permet de soulager la gêne dans une situation honteuse. L’autodérision est la capacité de se moquer de soi-même, en ayant réussi à se distancier de ce qui suscite la honte. « Les masques de la honte sont souvent empreintes de bouffonnerie, d’ironie qui permet de porter plus légèrement la marque infâme, de se démasquer par clivage de l’assignation honteuse » admet Jean-François Solal.• L’écriture L’écriture permet de se projeter sur une scène imaginaire, de mettre en scène les différentes parties en conflit de soi-même Elle permet de se décoller de l’histoire familiale, de refuser les contaminations honteuses, les répétitions et d’ouvrir d’autres possibles. L’écriture va permettre de transformer l’expérience douloureuse de la honte en la rendant communicable, en lui donnant un caractère public, en lui donnant un sens. De nombreux écrivains et psychiatres ont pu parler de leur honte : Primo Lévi, José Semprun, Jean-Paul Sartre, jusqu’à Boris Cyrulnik plus récemment.• Le groupe Le groupe va aider à la résolution de la honte qui est un sentiment très PHOTOS.COM social (exemple : le groupe des alcooliques anonymes). Dans le groupe qu’il a choisi, le sujet va retrouver une sorte de matrice maternelle au sein de laquelle il se trouvera protégé et sécurisé. Il pourra parler de sa honte, ce qui va remettre celle-ci à sa juste place. Il se sentira accepté par les autres membres du groupe, semblable ni meilleur ni pire. Cependant, certains groupes d’aide pourront avoir un effet délétère : en confortant la personne dans un sentiment de victimisation dont elle ne voudra pas sortir.• En parler Le plus simple de tous les moyens est d’accepter de se livrer auprès d’une personne que l’on considère bienveillante à notre égard. Cela peut être un parent ou un ami très proche. En parlant et en s’acceptant « souffrant et honteux », on s’accepte alors tout simplement humain… n J.B. A LIRE C’est la honte ! Quelle est la signification profonde de cette expression des plus banales ? Pourquoi souhaite-t-on parfois exclure du groupe ? Et qu’est-ce que signifie véritablement la honte ? Qu’est-ce qui la différencie du remords, du regret ? De la culpabilité ? À quoi cela sert-il d’avoir honte ? Et finalement, ne peuton pas faire de ce sentiment quelque chose de constructif ? « La honte ! » de Michel Puech, Editions Le Pommier, 88 pages. FÉMININPSYCHO 49 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 124