Féminin Psycho n°65 nov/déc 2011
Féminin Psycho n°65 nov/déc 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°65 de nov/déc 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 62,8 Mo

  • Dans ce numéro : psychologie féminine, ce que nous avons en plus.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
PHOTOS.COM PHOTOS.COM D.R. DOSSIER « Qu'avons-nous en plus ? » La femme, supérieure à l’homme ? 16 FÉMININPSYCHO La fragilité serait-elle devenue une force ? Qualifiées de « sexe faible » depuis des siècles, les femmes seraient-elles en train de renverser la vapeur ? Cela semble être le cas même si tous les domaines de la vie ne sont pas concernés. L’égalité des salaires, le pourcentage de femmes en politique sont des combats loin d’être gagnés en dépit de progrès certains. Pourtant, les femmes pourraient bien devenir à leur tour le « sexe fort » du XXI ème siècle. La réputation de sexe faible prend ses racines dans l’histoire, la sociologie, la religion. Mais aussi dans la répartition physique des rôles. Pourquoi le sexe faible ? • Dès l’origine Le fait que nous portions des enfants, les mettions au monde, les nourrissions, et les élevions en grande partie a influencé de façon totalement naturelle le fait que l’homme dès l’origine ait été confronté aux dangers extérieurs alors que la femme faisait en sorte de protéger son petit et de l’aider à grandir. Impossible pour la femme de remplir le rôle de chasseur lorsqu’elle est enceinte, d’autant que sa musculature moins développée en fait une proie plus facile.• La religion, amie de l’homme Les grandes religions monothéistes sont quant à elle toutes favorables aux hommes. Si ce n’est pas tout à
fait le cas chez les animistes ou les personnes croyant en la réincarnation, dès que l’on se penche sur les grandes religions que sont le catholicisme, l’islam ou la religion juive entre autres, ainsi que sur la façon dont elles se sont développées dans l’histoire, il faut bien faire le constat qu’elles ont toujours favorisé le sexe masculin. Seuls les hommes sont investis de l’autorité et du pouvoir religieux, les femmes étant reléguées à des tâches inférieures. On retrouve un principe sous-jacent : la femme est impure. En fonction des époques et des croyances, elle est impure pendant ses menstruations, lorsqu’elle accouche, ou tout simplement parce que la vieille histoire d’Adam et Eve prouve bien que la femme est bel et bien « la tentatrice », celle par qui arrive la mauvaise influence.• L’histoire Pour ce qui est de notre histoire, la position de la femme dans la société a subi des changements. Globalement, elle a toujours été reléguée à son rôle de femme « au foyer », d’autant que les grossesses avaient tendance à s’enchaîner, et la plupart du temps elle a aidé au travail des champs et de la ferme. La période des Lumières fût une embellie pour les femmes qui évoluaient dans un milieu favorisé. Elles ont eu la possibilité de prouver leur intelligence et leurs salons étaient courus dans tout Paris quand bien même cela faisait figure d’exception au niveau du territoire national. De façon surprenante, car non anticipée, les périodes de guerre, en particulier les deux guerres mondiales, ont été favorables aux femmes dans le sens où elles ont pu prouver leur capacité à exercer des tâches et des professions habituellement réservées aux hommes. C’est d’ailleurs dans les deux après-guerres que les évolutions les plus importantes se sont faites dans le monde occidental. D’abord en Angleterre avec les fameuses suffragettes au début du XX ème siècle, puis en France où le droit de vote a enfin été accordé après la fin de la seconde guerre mondiale (1945). Aujourd’hui, en dépit d’un machisme ambiant persistant, les progrès sont manifestes. Pourtant, la femme a toujours une difficulté à se positionner : femme forte capable de tout mener de front, ou femme fragile qui mène son monde en le manipulant par sa fragilité ? Nombreuses sont celles qui hésitent entre les deux attitudes, notamment dans leurs rapports avec les hommes. La supériorité originelle Supériorité et infériorité sont des mots que l’on hésite à utiliser dans le vocabulaire de tous les jours. Surtout lorsque l’on évoque l’homme et la femme. Pourtant, la fameuse supériorité masculine est facile à établir dans un domaine : celui de la force physique. L’homme a une musculature supérieure à celle de la femme, c’est indéniable. De là à en faire la base des rapports entre hommes et femmes, il y a un monde ! Or, cet aspect reste plus important que l’on ne veut bien le dire. Si les femmes ont un instinct de protection naturel vis-à-vis de leurs enfants, les hommes ont un instinct de protection vis-àvis de leur famille, enfants et épouse. La majorité des femmes recherche donc de façon souvent inconsciente un partenaire qui soit aussi un protecteur. Dans les temps reculés, le rôle de l’homme était clair : défendre la famille ou le clan, être à même de les nourrir et engendrer une descendance. Au fil des siècles, ce rôle a évolué en fonction des normes religieuses et sociales en vigueur, mais a permis aux hommes de prendre la première place dans la société, laissant les femmes à leur rôle nourricier et familial. Au lieu de rapporter de la viande, l’homme disposait d’un pouvoir d’achat pour être à même de l’acheter. Une répartition des rôles qui a régné pendant des siècles et n’a supporté que peu d’exceptions. Bien peu de femmes (jeunes de surcroit) ont pu se mettre à la tête d’une armée comme Jeanne d’Arc et aller à la bataille, guidant des centaines d’hommes au combat pour la défense du Royaume. Il fallait être persuadée d’être portée par un destin surnaturel pour parvenir à cet exploit. Sans oublier que cette dernière a quand même fini sur le bûcher comme les anciennes sorcières, souvent détentrices d’un pou- « Appeler les femmes « le sexe faible » est une diffamation ; c'est l'injustice de l'homme envers la femme. » (M.K. Gandhi) FÉMININPSYCHO 17 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 65 nov/déc 2011 Page 124