Féminin Psycho n°64 sep/oct 2011
Féminin Psycho n°64 sep/oct 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°64 de sep/oct 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 60,4 Mo

  • Dans ce numéro : changer pour avancer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
MOI & LES AUTRES Se préparer à devenir grand-mère d’un seul coup que la vie me filait « L’impression entre les doigts… », voici comment décrivait sa réaction à l’annonce de la naissance d’un futur petit enfant une toute jeune mamie. Car grand-mère n’est pas qu’une expression, c’est un passage de génération qui n’a rien de neutre. Rien d’extraordinaire non plus, on compte quelques 7 millions de mamies en France qui vivent de plus en plus tard et ont donc l’occasion de bien connaître les petits et parfois arrière-petits-enfants. 96 FÉMININPSYCHO Une étape non décidée Le choc à l’idée de devenir grandmère est que cela est parfois une surprise, mais dans tous les cas ce sont bien les enfants et futurs parents qui décident du moment, de se lancer ou pas. La décision n’a rien à voir avec les grands-parents qui n’ont pas à intervenir et se voient donc affublés d’un nouveau titre sans l’avoir demandé. Certaines sont impatientes de le devenir, pour d’autres cela ne presse pas. La difficulté provient du fait qu’une PHOTOS.COM Devenir grand-mère est à la fois un grand bonheur, mais aussi pour certaines une étape difficile à accepter. Cela dépend bien entendu des circonstances, ainsi que de l’âge auquel cela se précise, mais le fait est que devenir « mamie » n’est pas neutre. Que l’on attende ce moment avec impatience ou au contraire avec anxiété, le jour J ne dépend pas de nous ! femme qui a déjà généralement passé la quarantaine a pris bien des décisions dans sa vie et a tenté d’en avoir la maîtrise. Or, voici qu’elle qui a éduqué, conseillé et décidé pour ses enfants pendant si longtemps perd son leadership et doit à présent accepter le fait que ses grands enfants sont bel et bien adultes. Car devenir grand-mère signifie audelà de la naissance pour certaines mères poules que leur enfant est bel et bien devenu totalement indépendant, qu’il vit sa propre vie et n’a pas à en référer à sa mère. Même si tout se passe pour le mieux dans la famille, les mères poules ont du mal à couper le cordon. Nombreuses sont d’ailleurs celles qui tenteront d’intervenir à nouveau en essayant de se rendre indispensables vis-à-vis du bébé.
PHOTOS.COM Poussée dans la génération suivante Sous-jacent, le fait est qu’en ajoutant l’adjectif grand au nom de mère, le relais a été passé pour que la grandmère passe à une autre génération. Aujourd’hui, la population vit âgée et il n’est pas rare de voir certaines familles poser pour la photo avec cinq générations, du dernier-né au plus âgé. Pas si simple, car si l’on n’a plus ses parents soi-même, cela signifie aussi que les grands-parents seront aussi les prochains à… partir, donc à mourir. Même si l’on ne se l’avoue pas vraiment, il est difficile de se voiler la face. Et c’est la principale raison pour laquelle les femmes rejettent parfois cette idée qui les renvoie au temps qui passe inexorablement. Il est vrai que cela n’est pas si simple à accepter. Entre la vie qui naît et celle qui « file entre les doigts », le contraste est saisissant. « Si les grands-parents et les petits enfants s'entendent si bien... c'est parce qu'ils ont un ennemi en commun : la mère ! » On peut ajouter à cela le fait que l’on assiste à un phénomène de société depuis quelques années : les mères sœurs. Soit les mères qui ont l’air si jeunes et si séduisantes qu’elles font un peu d’ombre à leurs enfants, surtout si ce sont des filles. Une difficulté de positionnement qui est plutôt flatteuse. Le problème est que la grossesse vient d’un seul coup leur rappeler qu’elles ne sont pas si jeunes en dépit des apparences. Les voici projetées dans une position de mère et même de grand-mère de façon inopinée, position que leur « jeunisme » avait quelque peu rejeté. Bientôt « garde d’enfants » D’autres futures grands-mères, moins nombreuses il faut bien le dire, craignent de devenir corvéables à merci. Pourtant, la plupart des grands-mères sont ravies de pouvoir s’occuper des petits, voire souhaitent être sollicitées pour les garder. Pour d’autres, cela est difficile à envisager. Certaines travaillent et ne disposent que de peu de temps libre, mais pour d’autres, le fait d’avoir à nouveau à s’occuper d’un bébé, et surtout de porter la responsabilité de ce qui pourrait arriver est une véritable angoisse. Si élever un enfant lorsque l’on a vingt ou trente ans semble aller de soi, il n’en va pas de même lorsque l’on a déjà bien avancé en âge. Il arrive alors que l’on ait véritablement peur d’un accident, surtout si le bébé est confié pour une durée assez longue. Le fait est que l’on ne se sent pas incapable de gérer l’enfant, mais intervient plutôt le stress que peut représenter un accident. Deux choses différentes et qu’il faut savoir respecter. Avoir l’enfant pour quelques heures permet alors de se rassurer peu à peu. Viennent ensuite les mamies très indépendantes qui n’entendent pas qu’on leur mette « un fil à la patte ». Pas question pour celles-ci d’être sollicitées régulièrement pour la garde d’enfants le soir, le week-end ou quand la crèche est en grève. Elles sont assez peu nombreuses à s’exprimer ainsi et préfèrent utiliser d’autres prétextes, mais elles n’existent pas que dans les films ! Généralement, il faut dire que les mamies sont plutôt (Claudette Colbert) heureuses d’aider leurs enfants, surtout si ceux-ci éprouvent des difficultés d’organisation ou d’argent pour faire garder leur petit. Conseils aux futures mamies Une fois que l’on a accepté le fait que l’on va devenir grand-mère de façon irréversible et incontrôlée, reste encore à se faire à ce nouveau rôle. Un rôle que l’on magnifie dans la plupart des ouvrages et des films, mais qui n’est en fait pas toujours si simple. Rester à sa place Première chose qui ne va pas toujours de soi : savoir occuper la position de grand-mère et uniquement cela. Que l’enfant soit celui de sa fille ou de sa belle-fille, les conseils de « celle qui a déjà tout vu et tout vécu » ne sont pas toujours les bienvenus. Il suffit de se remémorer le temps de l’adolescence pour se souvenir que l’exaspération des rejetons est toujours prête à se signaler. Et le fait que les ados soient devenus des adultes et futurs jeunes parents ne changent rien à l’affaire. Il est temps de se rendre compte que l’expérience ne peut pas toujours se partager. Si certains conseils sont parfois les bienvenus, généralement d’ordre FÉMININPSYCHO 97 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 124