Féminin Psycho n°64 sep/oct 2011
Féminin Psycho n°64 sep/oct 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°64 de sep/oct 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 60,4 Mo

  • Dans ce numéro : changer pour avancer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
PHOTOS.COM MOI & MOI Tout sur… le trouble bipolaire Le trouble bipolaire est bien connu des spécialistes, mais peu du grand public, et d’ailleurs difficile à diagnostiquer. Il est plus répandu qu’on ne le croit, y compris dans la population française. Un coup de projecteur s’impose pour mieux le comprendre et savoir le traiter. l’actrice Catherine Zeta- Jones, épouse du comédien américain Michael C’est Douglas, qui a fait la Une de la presse dernièrement en révélant aux médias qu’elle souffrait de troubles bipolaires, mettant ainsi l’accent sur une maladie souvent méconnue du grand public. 68 FÉMININPSYCHO Définition des troubles Le mot de bipolarité évoque plutôt le monde de la physique que celui de la psychiatrie. Auparavant dénommés « psychose maniacodépressive », les troubles bipolaires affectent l’humeur du patient. Il traverse alors des phases dépressives et des phases dites maniaques. Entre les deux, le comportement est normal, ce qui explique la difficulté à faire un diagnostic précis. Il n’est pas rare en effet de prendre ces « états d’âmes » pour des crises passagères dues à un mauvais caractère ou à des difficultés temporaires, surtout si les crises sont espacées, comme cela peut être le cas. La phase maniaque La manie est synonyme de folie en grec. Elle se traduit par une excitation de type pathologique. La personne semble très heureuse, voire trop, presque euphorique. Elle est généralement dans une période de totale hyperactivité, menant plusieurs projets à la fois. Cela se traduit aussi par
les mots ; le patient ne cessant de parler, éprouvant le besoin de s’exprimer sans cesse sur toutes sortes de sujets. La personne peut sembler être au comble de la joie, puis se mettre à pleurer. Elle est parfois également irritable et difficile à supporter. Il arrive que cela ait une influence sur le comportement sexuel ou social, avec perte totale d’inhibitions. Le malade est bavard, cherche les contacts, adopte parfois une attitude surprenante, se permet des commentaires inhabituels, bouge beaucoup, s’habille de façon différente, parfois provocante. Il est possible aussi que la personne se lance dans des dépenses folles, exagérées, mettant en péril son budget. Les personnes en phase maniaque sont souvent mégalomanes, ayant la conviction d’être toutes puissantes. Un sentiment qui peut avoir des conséquences néfastes, car il donne l’impression de pouvoir tout oser et la notion du risque est totalement brouillée. Idem pour le besoin de sommeil, qui se raréfie et il n’est pas rare qu’elles maigrissent même si elles mangent normalement. Le problème est que rien ne semble expliquer l’origine de tels excès, car la plupart du temps, il n’y a pas eu d’événement traumatique qui pourrait éclairer le début de la phase maniaque. La phase dépressive Au contraire de la phase précédente, la personne est déprimée, profondément triste, fatiguée. Elle fonctionne au ralenti et n’a plus de goût pour rien. Cela va parfois jusqu’à la fameuse mélancolie des poètes romantiques qui traduisait effectivement un état dépressif profond. Certains veulent mourir et le risque de suicide ne peut être écarté car la personne n’a plus aucun allant, son énergie vitale semble avoir disparu. PHOTOS.COM La personne dépressive ne peut mener sa vie au quotidien, sauf à faire des efforts qui deviennent rapidement insurmontables. Cela peut s’exprimer par des moments de cafard, un manque d’envie de sortir, de mener à bien les tâches habituelles. S’il s’agit d’un sportif, il cessera cette activité qui habituellement lui fait plaisir, idem pour les loisirs culturels. Il n’est pas rare que la concentration intellectuelle, voire la mémoire soient temporairement affectées. Autres signes distinctifs : la personne est bien couchée, mais a des difficultés à dormir, n’a plus envie de cuisiner ou de manger, et la libido est totalement amorphe. Cela n’empêche pas un sentiment de culpabilité qui vient renforcer la dépression. A cela peuvent s’ajouter d’autres signes, mais qui sont difficiles à lier les uns aux autres : des douleurs diffuses, une anxiété importante, un repli sur soi… En fonction des cas, certains pourront devenir très irritables, difficiles à supporter, d’autres auront tendance à boire trop ou prendre des médicaments. On estime que la durée d’une phase doit être d’au minimum quinze jours pour représenter un épisode significatif. Mais il peut s’agir de moments qui durent plusieurs mois si aucun traitement n’est fourni. Une histoire ancienne La « melas kholé » (bile noire) et la « mania » ou folie étaient déjà décrites au temps d’Hippocrate. En France, c’est à partir de la moitié du XIX ème siècle que la maladie est décrite pour la première fois et il faut attendre les années soixante pour que la distinction soit établie entre maladie bipolaire et unipolaire. Le diagnostic On comprendra d’après la description des phases précédentes que le diagnostic soit parfois difficile à poser. En effet, la dépression est relativement facile à détecter si elle se prolonge. Le problème est que dans le cas de la bipolarité, la personne semble aller très bien dans les phases maniaques et reprend même un comportement tout à fait normal entre deux crises. D’autre part, la fréquence des crises est très aléatoire et variable d’une personne à l’autre. C’est donc souvent la répétition de crises de façon rapprochée qui provoque la demande de consultation. Le malade n’a pas conscience de sa maladie et l’entourage non plus ; le côté psychologique étant souvent mal perçu. Le bipolaire est difficile à vivre, mais il peut se passer plus d’une dizaine d’années avant qu’un diagnostic ne soit établi. En France, il est nécessaire de consulter souvent plusieurs médecins avant de parvenir à vraiment au diagnostic et donc au traitement. On estime qu’environ 40% des dépressifs sont bipolaires. La tristesse, les envies suicidaires peuvent faire penser à la dépression sans pour autant aller jusqu’à la bipolarité. D’autant que d’autres causes peuvent être à l’origine de cela. Il faut donc explorer les pistes de la mononucléose, de l’hypo ou hyperthyroïdie, mais pas seulement. La prise d’alcool régulière, ou de drogues peut aussi mener à la dépression, voire à la bipolarité : on estime que 60% des bipolaires abusent de l’alcool ou d’une autre substance. Sans oublier d’autres maladies de type psychiatrique telle que la schizophrénie. FÉMININPSYCHO 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 124