Féminin Psycho n°64 sep/oct 2011
Féminin Psycho n°64 sep/oct 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°64 de sep/oct 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 220) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 60,4 Mo

  • Dans ce numéro : changer pour avancer.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
DOSSIER « Changer pour avancer » PHOTOS.COM Tout est question d’équilibre dans les nouveaux challenges qu’on se lance.• Ecarter les sentiments néfastes Il est impossible de bien travailler sur soi voire de conserver son estime de soi en restant sur des idées ou sentiments négatifs. Les sentiments néfastes, parfois même un sentiment d’injustice, ne sont pas des éléments sur lesquels il est possible de bâtir quoi que ce soit.• Savoir rompre Au-delà des sentiments négatifs, il y a également des individus qui le sont. Les personnes peu sûres d’elles ont parfois tendance à se dénigrer à tel point qu’elles acceptent que d’autres aient une attitude peu respecteuse vis-à-vis d’elles. Là encore, il est assez logique de s’entourer de personnes qui nous ressemblent quelque peu. Une personne positive et confiante sera naturellement attirée par des personnalités comparables. Si elle estime ne pas être traitée avec justice ou avec le respect naturel que l’on peut attendre d’autrui, la confiance en soi lui permettra de s’éloigner ou de rompre avec cette personne qui sera considérée comme nocive. Savoir rompre avec une personne qui vous manipule, vous rabaisse, ou fait preuve de mépris pour vous est salutaire. Il convient donc d’apprendre à utiliser la rupture pour son propre confort de vie. 20 FÉMININPSYCHO• Lâcher-prise Pour lâcher-prise volontairement, le chemin consiste à : 1- Prendre conscience de sa ou ses croyances limitantes. Cette 1 ère étape ouvre la possibilité d'une action volontaire. 2- Se poser la question de ce qui se passerait si nous arrêtions de nous contraindre. Cette 2 ème étape peut affaiblir notre croyance. En nous remémorant le scénario à l'origine de notre peur, cela peut nous permettre d'en découvrir le caractère obsolète, notamment de nous apercevoir que nous n'avions pas de scénario, donc aucune raison d'avoir peur. 3- Trouver quelqu'un qui s'autorise notre interdit, et faire le constat des conséquences observables que cela engendre. Lorsque les conséquences observées sont celles que l'on cherche à obtenir en s'interdisant, cela participe à remettre en cause la croyance qui interdit. 4- Accepter mentalement de vivre ce que l'on s'interdit (s'autoriser à…). 5- Expérimenter ce que l'on s'interdit. Lâcher-prise, c'est donc accepter mentalement de vivre l'expérience dont on a peur, accepter physiquement de ressentir sa peur pour s'apercevoir, dans l'expérience, qu'elle n'était pas justifiée, s'autoriser à faire ou à être ce que l'on s'interdit et abandonner ce que l'on s'oblige à être ou à faire, et faire ou être en accord avec ses envies et/ou besoins. 2. Des méthodes extérieures• Avoir recours à une aide extérieure - L’analyse fonctionnelle L'analyse fonctionnelle est utilisée en psychothérapie cognitivo-comportementale afin de déterminer quel problème traiter, et de quelle manière. C'est la première étape d'une telle psychothérapie, déterminant la suite, donc le succès ou l'échec de la thérapie. L'analyse fonctionnelle tenant un tel rôle clé, les psychothérapeutes la développent rigoureuse. L'analyse fonctionnelle à proprement parler est une analyse quantitative, tant actuelle (ou synchronique) - c'est-àdire concernant les problèmes actuels - que historique (ou diachronique) - autrement dit considérant les antécédents. - La psychothérapie Le terme « psychothérapie » est composite, il renvoie à une action de soin (thérapie) et au psychisme (psycho). Une psychothérapie est une méthode, un traitement actif basé sur des moyens psychologiques. Souvent la psychothérapie se définit comme « soigner par l'esprit ». Pour cela, il faut qu'il y ait une rencontre entre un soignant (un psychothérapeute) et une personne désirant suivre une psychothérapie. La psychothérapie s'adresse à des personnes de tous les âges, enfants, adolescents, adultes, personnes âgées. Mais elle s'adresse également au couple et à la famille (groupe familial). En ce qui concerne les psychothérapies de groupe, on peut les différencier selon le mode d'approche du phénomène groupal : les psychothérapies qui traitent les individus dans le groupe, et celles qui traitent le groupe en tant
PHOTOS.COM que tel. Le but de la psychothérapie est d'aider à la résolution des conflits qui s'expriment dans la vie intérieure des personnes ou dans leur rapport à l'environnement. L'action sur les symptômes doit aboutir à un mieuxêtre du patient que ce soit sur le plan personnel ou social. - La psychanalyse Fondée par Sigmund FREUD, cette discipline a fêté ses 100 ans en 1996. C’est à la fois une méthode d’investigation, une psychothérapie et un corpus théorique. Elle permet en effet de révéler la signification inconsciente de paroles (lapsus), d’actions (actes manqués), de productions imaginaires (rêves, fantasmes, délires...) et des symptômes. Le champ d’application thérapeutique en est vaste, depuis la cure-type classique (dont les modalités varient d’un courant ou d’une école à l’autre), sur le divan, à raison de plusieurs séances par semaine, sur une longue durée, dans un cadre bien structuré à la Psychothérapie Analytique, en face à face, en passant par toutes les approches inspirées par le modèle classique. Quelle que soit la démarche entreprise, l’approche psychanalytique est une rencontre, pourrait-on dire unique, entre un analyste et une (cure individuelle) ou plusieurs (travail de groupe) personnes, mettant en jeu les processus inconscients des partenaires de la relation, avec leurs implications en termes de Désir, de Résistance, de Transfert (et son corollaire le Contre-Transfert).• Des méthodes plus légères Il est souvent difficile de sortir d’un cercle vicieux par soi-même. Certaines épreuves sont parfois difficiles à surmonter seule. Pour autant, une psychothérapie n’est pas toujours obligatoire. Il est aussi possible d’améliorer ou de construire son estime de soi par des méthodes plus légères. - La thérapie comportementale Il s’agit en fait de thérapies qui ne durent que quelques mois, parfois trois ou quatre séances suffisent en fonction du problème. Les spécialistes ont des méthodes différentes permettant en premier lieu de faire un bilan et une auto-évaluation de l’image que l’on a de soi. A partir de cette base, il est possible de commencer à travailler sur des exercices pratiques que l’on exécute à la fois avec le praticien, mais aussi à l’extérieur. A chaque réalisation, les résultats et sensations sont examinés jusqu’à ce que le problème soit surmonté. - La visualisation positive La visualisation positive, et dans un autre domaine l’hypnose, fonctionnent parfaitement dans les cas d’épreuves subies qui ont provoqué une dégradation de l’image de soi. Il convient d’apprendre la méthode lors d’un stage et il est ensuite possible de réutiliser la méthodologie chez soi par la suite. Le résultat est un apaisement qui permet de prendre du recul face à un événement précis et destructeur. - Le développement personnel Que ce soit dans le cadre professionnel ou privé, de nombreux stages de développement personnel sont proposés, parfois de qualité inégale. Certains sont pourtant excellents et permettent d’évoluer. Tous permettent d’acquérir une meilleure connaissance de soi, certains sont assez éprouvants, car ils font remonter à la surface des souvenirs parfois difficiles ou des situations que l’on préfère oublier. Ces stages se déroulent généralement sur une semaine en une seule fois ou pas et permettent de pratiquer des exercices dont on analyse ensemble les résultats. Pour que tout ce travail sur soi soit efficace, il suffit d’accepter que notre esprit n’est pas immuable. Au fil de notre vie, il se transforme, la plupart du temps de façon indépendante de notre volonté, suite à des évènements extérieurs. Mais nous pouvons lui donner l’impulsion d’aller dans une direction plutôt qu’une autre. La seconde chose à comprendre est que personne ne peut le faire pour nous, c’est un travail à l’intérieur de nousmêmes, il ne fonctionnera que si nous en avons à la fois la volonté et l’envie. La dernière chose à retenir est que plus vous serez suivie et encadrée dans ce travail, plus il sera efficace, car vous avez besoin du miroir de l’analyste pour y arriver. n E.B. FÉMININPSYCHO 21 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 64 sep/oct 2011 Page 124