Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°63 de jui/aoû 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61,9 Mo

  • Dans ce numéro : s'aimer soi-même.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
PHOTOS.COM MOI & LES AUTRES GROSSESSE Communiquez avec votre bébé ! Inutile de convaincre les futures mères que les liens entre elles et le futur enfant commencent à se tisser bien avant l’accouchement. La grossesse est non seulement une transformation, mais aussi une prise de connaissance on ne peut plus charnelle entre la mère et le petit, de façon totalement primitive. Différentes méthodes existent pour communiquer avec notre enfant alors qu’il est encore dans notre ventre. Petit voyage au pays de la communication prénatale… La grossesse est une période transitoire précieuse qui permet la transformation d’une femme en mère. Après tout, on ne devient pas mère de façon automatique et lorsque cela se fait, ce n’est pas en un jour. Pas de coup de foudre, donc mais une prise de conscience par étapes. 96 FÉMININPSYCHO La prise de contact Le simple fait de voir sa poitrine grossir et de se sentir fatiguée, parfois avoir des nausées, ne suffit pas. Il s’agit jusque-là de modifications physiques qui indiquent bel et bien que la grossesse est en bon chemin, sans pour autant que l’on ressente dès le départ la sensation qu’un autre être est déjà en train de grandir. Les moyens modernes permettent cependant aux femmes d’aujourd’hui contrairement à leurs grandsmères de vraiment concrétiser cet enfant grâce aux échographies. Des moments émouvants qui permettent dès le troisième mois de réellement voir l’enfant, encore à l’état d’embryon. Une révélation incroyable pour la mère, mais aussi pour le père
qui lui aussi peut enfin s’apercevoir que cet enfant à naître est bien là, même encore informe avec sa tête, ses deux jambes et deux bras. Un examen médical qui est en réalité un vrai progrès y compris dans la psychologie des futurs parents et de leur état d’esprit. Cette visualisation est un avantage important par rapport au passé pour commencer à se conditionner au fait que l’on va devenir parent. La deuxième étape importante est le moment où la mère sent l’enfant bouger, et celui où on peut le sentir au toucher pour le père. L’enfant est déjà plus gros, le ventre bien arrondi, ce qui fait parfois dire que l’on n’est déjà plus vraiment à deux, mais plutôt à presque trois. Certaines se plongent alors dans les livres sur la grossesse, d’autres préfèrent éplucher les ouvrages sur les prénoms, et plus le temps avance, plus l’on est impatiente de voir ce petit être sur lequel on commence à fantasmer et que l’on imagine physiquement. Communiquer avec bébé La mère, parfois le père, ont envie de communiquer avec ce petit qu’ils ne peuvent vraiment toucher du moins Ce que l’on sait• Les terminaisons nerveuses du sens du toucher du bébé se mettent en place dès le second mois de grossesse, ce qui le rend sensible rapidement aux caresses.• Le bébé est capable de reconnaître les voix familières.• Le développement sensoriel est en état de fonctionnement dès les cinq mois de grossesse. Ainsi, il perçoit les voix, les sons, les mouvements maternels, le contact des mains sur le ventre.• Le bébé ressent également les émotions de sa mère. directement, ni voir en dehors des échographies. Après tout, nous avons toutes vu ces comédies américaines où les parents parlent à bébé. Des sortes de parents idéaux qui surmontent leur sentiment de ridicule apparent à parler à un ventre, symbole de la mince paroi qui les séparent du futur enfant. L’important est de savoir ce que cet enfant intra-utérin est susceptible de faire et de ressentir. A vrai dire, nous en savons un peu, mais sommes encore loin d’avoir tout découvert sur le bébé. Les chercheurs et médecins trouvent de nouvelles capacités à nos enfants, de plus en plus remarquables, mais pour ce qui est de la vie dans l’utérus, les recherches sont évidemment complexes. Les pédiatres insistent sur le fait que lorsque l’enfant paraît, il est déjà en possession d’une mémoire sensorielle, mais aussi affective. Il reconnaît par exemple la voix de sa mère, et aussi celle de son père ou de celui qui est au quotidien dans la maison, le frère ou la sœur par exemple. Il les mémorisera particulièrement si ceuxci s’adressent à lui de façon régulière pendant les mois de vie intra-utérine. PHOTOS.COM Le bébé se déplace dans le liquide amniotique, il commence à sucer son pouce dans le ventre et joue avec le cordon ombilical. Il perçoit ainsi les caresses exercées sur le ventre en en percevant les vibrations ainsi que la chaleur. Un échange peut donc ainsi se créer. A partir du cinquième mois, il peut donc ainsi répondre à ces « interpellations » et est tout à fait capable de mettre sa tête tout contre la main qui le caresse, enfin presque ! En communiquant ainsi avec lui, on peut aussi réussir à le faire bouger lorsqu’il se met dans une situation qui provoque un inconfort chez la mère. Un contact qui peut se poursuivre y compris pendant l’accouchement et qui peut d’ailleurs aider la maman. Les bienfaits de cette communication prénatale Le fait de parler à son enfant, de le caresser à travers le ventre maternel permet au bébé de se sentir tranquille, apaisé, en sécurité. Une sécurité que les parents continueront à représenter pendant bien des années, contribuant ainsi à une croissance psychologique équilibrée. Il ne faut pas pour autant se mettre au yoga ou se forcer à devenir zen si on ne l’est pas, ni se mettre à culpabiliser dès que l’on se met en colère, ou que l’on se sent émue. Une dispute conjugale ne va pas mettre en péril la future psyché de votre enfant et l’on ne peut pas vivre neuf mois cloîtrée sur son nuage ! De nombreuses femmes travaillent pendant leur grossesse, et au même titre qu’elles font attention à leur façon de conduire, à leur alimentation, elles essaient de ne pas être trop stressées. Pourtant, la vie continue, et les émotions naturelles font aussi partie du quotidien. Une vie normale, avec ses joies et heurts quotidiens, permettra à l’enfant de faire déjà partie de la vie de ses parents. La communication vient comme un plus formidable. On ne parle pas ici d’accidents graves, de deuils, d’événements qui peuvent en effet gravement déséquilibrer ou déprimer la mère. Dans cette FÉMININPSYCHO 97



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 124