Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°63 de jui/aoû 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61,9 Mo

  • Dans ce numéro : s'aimer soi-même.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 78 - 79  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
78 79
MES ENFANTS & MOI PHOTOS.COM Mon enfant est trop colérique ! Nos enfants sont nos petits chéris, mais l’idéalisation de notre progéniture a ses limites. Ceux-ci ont parfois des défauts trop évidents pour qu’ils ne nous sautent pas aux yeux. La colère fait partie de ces caractéristiques d’un tempérament parfois difficile à supporter et à juguler. Que ce soit dans la cour d’une école, chez une assistante maternelle ou une crèche, voire dans un magasin ou une salle d’attente, il arrive que nous assistions à une crise de colère particulièrement violente de la part d’un bambin sans que ses parents ne parviennent à reprendre le contrôle de ce torrent pour le moins bruyant. 78 FÉMININPSYCHO Difficile à supporter pour les autres, mais aussi pour les parents qui ne savent vraiment que faire. Lorsque ces crises surviennent régulièrement, certains parents dépassés ne voient pas d’autres solutions que de consulter. Des enfants de tous âges Un enfant peut montrer sa colère très jeune et même déjà bébé. Il arrive, rarement heureusement, qu’un bébé crie et pleure plus que de raison, devienne rouge de colère et pousse des cris stridents jusqu’à épuisement. Qu’il s’agisse d’un premier ou d’un second enfant, les parents sont la plupart désemparés et s’inquiètent de la santé physique et psychique du petit. Le bébé (ou le tout-petit enfant) ne sait pas encore parler, ne peut s’exprimer clairement et la colère est donc un moyen de communication. Une fois que l’on s’est assuré qu’il est rassasié, qu’il dort normalement et qu’il n’est pas malade, si les cris sont au rendez-vous, c’est qu’il cherche à nous faire comprendre quelque chose. A sa façon bien entendu.
Une chose est claire, l’enfant a son propre tempérament, certains sont et seront colériques, sanguins, hyper réactifs alors que d’autres seront au contraire calmes, posés, heureux de jouer seuls. Le genre de bébé qui attend sagement dans son petit lit qu’on vienne le chercher. Son frère ou sa sœur pourront quant à eux peut-être se mettre dans de véritables rages si l’on ne vient pas les voir immédiatement dès le réveil. Pas de règle avec les enfants, quand bien même les parents sont les mêmes ! Comprendre la colère Il existe de très nombreuses raisons à ces crises : • Pour le tout petit, il faut essayer de comprendre et de repérer les moments où les colères s’expriment. Il arrive ainsi que le nourrisson s’exprime ainsi lorsqu’il y a trop de bruit autour de lui, ou de monde, qu’il a mal dormi. Il manifeste alors soit pour protester, soit pour être présent dans cet environnement qui ne lui convient pas.• Autre possibilité : l’enfant plus âgé crie pour se faire entendre. Non seulement de ses parents, mais aussi de ses frères et sœurs. En général, ce sont les plus jeunes d’une fratrie qui choisissent ce créneau, le seul qu’ils aient trouvé pour qu’on les entende. Car entre les adultes et les plus grands, ils ne se sentent pas à même de communiquer normalement. Il y a donc ceux qui choisissent de se taire, et ceux qui au contraire choisissent de parler sans arrêt et de crier s’il le faut.• Les pédiatres ont repéré un âge sensible : de 18 mois à 4 ans. L’âge approximatif où les enfants testent le rapport de forces qui s’établit avec les parents, les responsables adultes ainsi que les autres enfants. Certains « D'humeur naturellement calme et douce, l'enfant n'était pas précisément colérique. Mais, quand on le poussait à bout, il avait des colères furibondes, véritables explosions qui le laissaient tout épuisé et pantelant. » le feront par le fameux « non » sans que cela ne prête à conséquence. D’autres au contraire iront jusqu’au bout, l’affrontement. La colère éclate lorsque les adultes refusent de céder, car l’enfant ne supporte pas la frustration. Celle-ci est synonyme d’immaturité par rapport à son âge et à une difficulté à gérer ses émotions. A deux ans, cela est compréhensible, mais vers trois ou quatre ans, l’enfant doit avoir assimilé qu’il ne peut tout avoir, au risque d’adopter un comportement capricieux qui peut durer dans le temps.• La colère peut aussi exprimer aussi une angoisse à laquelle il convient de savoir répondre avec quiétude. En réagissant trop fortement, la colère augmente avec le niveau d’angoisse, renforçant le cercle vicieux de la colère. Si les crises de colère ont lieu chaque soir avant d’aller dormir, il peut s’agir de la peur du noir, de l’angoisse de la nuit qui est assez classique. Il peut aussi s’agir de la volonté de rester présent et de ne pas céder sa place au père pour garder sa mère pour soi. Réagir en tant que parent Les parents réagissent du mieux possible, mais ont aussi besoin parfois de conseils avisés. Les grands-parents, les amis, les voisins ne sont pas toujours les meilleurs conseilleurs et leurs avis sont parfois contradictoires. Le bébé va dès ses premiers jours de vie percevoir de façon inconsciente le type de réaction de sa mère en particulier. En général, les mères elles aussi parviennent à comprendre (Louis Bertrand) ce qui motive les cris du petit et perçoivent rapidement la différence entre un cri de colère et un cri inhabituel pouvant signifier que l’enfant ressent un malaise et est peut-être malade.• Lorsqu’il s’agit d’un bébé, il faut savoir rester calme, ne pas paniquer, ni se mettre à crier soi aussi. Il faut essayer de le réconforter, d’autant que si l’on est en appartement ou dans un lieu public, difficile de le laisser briser les tympans de tout son entourage. Lui parler calmement permet souvent de l’apaiser, ainsi qu’un petit câlin. Le contact physique est en effet très important. Mais si le parent s’énerve, et à vrai dire cela est bien compréhensible, le petit va percevoir cet agacement qui monte, ce qui ne fera qu’aggraver la crise. FÉMININPSYCHO 79 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 124