Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°63 de jui/aoû 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61,9 Mo

  • Dans ce numéro : s'aimer soi-même.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
MOI & MOI Quid de l’addictologie La diversité des conduites addictives est devenue un problème de santé majeur en termes de prévention et de soins. Un regroupement des pratiques, des moyens et des lieux de soins s'est opéré autour de l'addiction elle-même, dont la diversité des objets n'entame pas l'unité structurelle. Ainsi, l'addictologie s'est constituée en discipline nouvelle s'intéressant à l'ensemble des aspects cliniques, biologiques, socioculturels et thérapeutiques des conduites addictives. Des fois, l’objet lui-même n’est pas intéressant, mais on essaie de se convaincre que c’est une « bonne affaire » ou une « occasion à ne pas rater », surtout en période des soldes et des fêtes où les vitrines des magasins, décorées de milles couleurs, invitent les férus des réductions à profiter des baisses de prix et à saisir l’occasion. Le shopping devient alors un virus qui nous amène à dépenser de l’argent pour acheter quelque chose d’utile ou de superflu. Cela va plus loin des fois pour certaines acheteuses compulsives qui ne cessent de se procurer des choses en permanence et de les stocker sans même les déballer. Le plus important serait cette jouissance qu’on ressent en satisfaisant l’instinct de la possession. S’il vous est déjà arrivé d’acheter pour acheter, êtes-vous victime d’une véritable addiction pour autant ? Posez-vous alors les bonnes questions. Avez-vous commencé à mentir à propos de vos achats ? Vous sentez-vous coupable d'acheter ce que vous achetez ? Vous arrive-t-il de regretter certains achats au point de les cacher, les donner ou même les jeter ? Avez-vous de la difficulté à refuser les offres postales ? Certains proches vous sermonnent-ils quant à vos achats ? Et, au fond de vous, 66 FÉMININPSYCHO PHOTOS.COM ressentez-vous un malaise quant à votre propre façon de consommer ? Dès que le shopping fait vivre une détresse personnelle, il y a lieu de croire qu'il est devenu problématique… Des causes variées Si tous les chercheurs voient dans ce type d'addiction la manifestation de troubles psychiques, certains l'interprètent comme une conduite addictive semblable au jeu ou à la drogue, d'autres comme un exemple de trouble obsessionnel compulsif, d'autres encore comme une conséquence de la dépression. EXPERT Helga Dittmar propose une autre hypothèse : la cause principale du syndrome serait l'adhésion à des valeurs matérialistes, c'est-à-dire la conviction que le but de la vie est d'acquérir toujours plus de biens matériels, et que là se trouve la clé du bonheur et de la réussite. Trois études menées en Grande-Bretagne, dont l'une sur des adolescents, lui permettent de démontrer l'adhésion à des valeurs matérialistes. Par exemple l'accord avec des phrases telles que « Je serais plus heureux si j'avais les moyens d'acheter davantage de choses » ou « J'aime posséder des objets qui épatent les gens » est le facteur le plus lié au comportement d'achats compulsifs, et de loin ; quand on le prend en compte, l'effet de l'âge disparaît ; la différence entre hommes et femmes subsiste, mais atténuée. Cette étude en recoupe une autre montrant que les gens convaincus qu'ils seront plus heureux s'ils possèdent davantage sont particulièrement mal dans leur peau. Des conséquences négatives Les conséquences aux achats compulsifs peuvent devenir très lourdes. L'endettement, les emprunts, les CLAUDE BOUTIN, Psychologue clinicien et auteur de « J'achète (trop) et j'aime ça ». Trois repères pour déceler cette dépendance « Quelques études s'entendent pour dire qu'il y aurait environ 1% de la population générale qui serait aux prises avec un problème d'achats compulsifs, dont 80 à 95% seraient des femmes. Cela explique pourquoi mon livre s'adresse plus spécifiquement aux femmes. Mais, qu'est-ce qu'une dépendance ? À partir de quand j'achète trop devient-il trop ? La frontière entre la passion et la pathologie est souvent difficile à tirer. Cependant, il existe trois repères simples qui sont une sonnette d'alarme. Une personne risque de développer un problème lorsqu'elle pense de plus en plus souvent à ses achats. Certains spécialistes parlent alors d'obsession envers les achats. En plus d'être préoccupée par ses achats, la personne dépendante perd de plus en plus le contrôle : elle achète pour acheter. Elle se retrouve rapidement dans un paradoxe qui lui fait vivre une forte culpabilité, mais elle se sent incapable de résister à ses envies d'acheter. »
mensonges, la honte, la culpabilité, les pertes d'amis, l'éclatement familial, l'insomnie, la saisie des biens, la négligence parentale, et les paniques en sont des exemples. Malheureusement, les possibilités de crédits retardent parfois l'explosion du problème, et font même qu'il empire. La honte entraîne le repli sur soi. Les acheteuses compulsives n'ont pas tendance à en parler ouvertement. Pourtant, ce problème n'est pas plus honteux qu'un problème d'alcool ou de jeu. C'est en brisant le mur du silence qu'on augmente les chances de rompre le cycle des conséquences négatives. Comment reprendre le contrôle ? • Sortir de chez soi sans argent ou avec le strict minimum : L’idéal est de laisser son chéquier et sa carte bancaire à la maison.• Etablir un budget : Bien suivre ses comptes et s’accorder un budget shopping chaque mois à ne pas dépasser.• Toujours se poser les bonnes questions : Ai-je vraiment besoin de cela ? Est-ce essentiel à mon mieuxêtre et à mon moral ? Ne dois-je pas garder cet argent pour payer le loyer ou les loisirs des enfants ? • Tenir un carnet d’achat : Acheter un petit carnet personnel sur lequel noter toutes ses dépenses et les analyser à chaque fois.• Convertir ses achats : A chaque envie d’une nouvelle paire de chaussures par exemple, se dire qu’avec le budget des 20 paires qu’on a déjà, on pourrait partir une semaine en vacances à l’étranger se reposer ! • Toujours vérifier qu’on peut rendre l’achat : Que ce soit en boutique ou sur Internet, c’est souvent possible gratuitement. Une fois arrivée à la maison, on peut se rendre compte que c’est un achat inutile et le rendre plus facilement. Si ces différentes techniques ne marchent pas vraiment sur vous, il faut réagir avant de tomber dans le rouge ou le surendettement. La solution : consulter au plus vite ! Consulter pour s’en sortir Si vous êtes victime ou « malade » de cette addiction, il convient de consulter un psychologue. Le traitement comprend en général une psychothérapie et la prescription de médicaments antidépresseurs. Il est demandé au patient de tenir un carnet d'achats où il va noter la fréquence de ces achats incontrôlés et l'envie irrépressible d'un objet, ainsi que les symptômes accompagnant l'épisode compulsif (dépression, colère, solitude, anxiété, etc.). Il faut également demander au patient de se souvenir de ce qui l'a poussé à faire des achats. Un traitement comportemental et cognitif donne, quand il est bien mené, des résultats intéressants. Des groupes existent également pour soigner cette maladie. En France, on peut citer notamment « Les débiteurs anonymes ». Ces groupes remplissent plusieurs fonctions : de soutien tout d’abord. Les personnes donnent leur point de vue, racontent leur expérience d’acheteur compulsif, racontent comment elles en sont arrivées là et écoutent le témoignage des autres, d’information, ensuite : celles qui suivent cette thérapie peuvent apporter leurs relevés de compte et comparer leurs expériences, avec évidemment des règles de confidentialité très strictes ; ludique enfin : certains groupes organisent des jeux de société pour calmer les pulsions acheteuses, sans jamais mettre en jeu de l’argent. Notez que si vous avez pris conscience de cette addiction, vous avez déjà fait une partie du chemin vers la guérison. Le reste suivra à condition, une fois encore, de croire en vous ! n J.B. A LIRE « La fièvre des achats. Le syndrome des achats compulsifs » de Jean Adès et Michel Lejoyeux, Les empêcheurs de penser en rond, 187 pages. FÉMININPSYCHO 67 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 124