Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°63 de jui/aoû 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61,9 Mo

  • Dans ce numéro : s'aimer soi-même.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
ENQUÊTE image que nous interprétons à notre façon. Pour tisser une relation véritable à l’autre, il est nécessaire de communiquer, de dialoguer, de se parler et cela passe d’abord par une connaissance de soi-même, puis une véritable écoute de l’autre. Ne vous est-il jamais arrivé d’avoir une idée préconçue sur quelqu’un que vous venez de rencontrer, puis de changer totalement d’avis sur elle après avoir pu passer un moment avec elle et avoir pu l’écouter ? Sortir des relations toxiques Pour cultiver une vraie relation avec autrui, il faut donc tout d’abord sortir des relations toxiques. Oui, mais c’est quoi une « relation toxique » ? Pour bien comprendre, il faut repartir des modèles affectifs et relationnels dont nous avons hérité : nos parents nous transmettent un héritage psychique et émotionnel, qui se développe en même temps que nous. S'il existe des modèles (ou empreintes) fonctionnels, certains modèles de relations hérités de nos parents sont dysfonctionnels. Retenons bien tout d'abord ce recadrage terminologique : il ne s'agit pas de modèle "normal" ou "anormal", mais de modèle fonctionnel ou dysfonctionnel. S'il n'y a pas de parents, ni d'enfants parfaits, certains modèles relationnels permettent à l'enfant de se développer sainement sur le plan relationnel et affectif, d'autres le mutilent littéralement, en le condamnant à répéter sans cesse ces mêmes schémas, dans le but inconscient d'en sortir... 48 FÉMININPSYCHO « Rester vraie » « La vie est l'adaptation continue de relations internes à des relations externes. » (Herbert Spencer) La plupart des relations "toxiques" que nous entretenons une fois adultes sont des variations des relations toxiques parentales. C'est le pouvoir d'un être humain sur un autre qui est la caractéristique première d'une relation toxique. Et pour celui qui subit la relation toxique, le plus étonnant pour l'entourage est que très fréquemment, il ne s'en rend pas compte, jusqu'à... l'extrême limite. Paradoxalement, ce type de relation est vécu comme tellement "normal" ou plutôt, habituel, que l'inconscient va rechercher les personnes avec lesquelles l'on pourra revivre ce même type de relation. Plutôt que de changer, la solution la plus "facile" que nous adoptons bien souvent est de répéter ce que nous connaissons, même si ce modèle est extrêmement malsain, douloureux et handicapant. Sortir d'une relation toxique, c'est accepter (et c'est plus difficile qu'on ne le croit) d'assumer sa part de responsabilité, ses sentiments, ses émotions et ses besoins. C'est, en somme, acquérir l'autonomie, et ne plus laisser à l'autre, comme un enfant peut l'attendre de ses parents, la responsabilité de combler nos besoins. C’est trouver en soi ses ressources, ses valeurs, savoir gérer ses émotions et ses sentiments, agir en adulte et non plus en dépendant. Tout cela s'apprend ! Comprendre le pourquoi Oui, mais pourquoi restons-nous dans de telles situations ? Pourquoi continuons-nous à fréquenter des personnes toxiques pour nous ? En fait, les psychologues s’accordent à dire que certaines personnes n'ont jamais pris conscience de leurs propres besoins et désirs. Il a toujours été plus important et plus simple pour elles de répondre aux demandes et aux besoins des autres. Ces personnes nient l'existence de leurs propres besoins. Il en résulte de la frustration ou de la tristesse qui sont pénibles à supporter. Les gens vivent de telles situations pendant de nombreuses années par peur de déplaire, d'être jugés, de ne plus être aimés et appréciés, de faire de la peine ou de blesser l'autre et pour éviter les conflits. Nous sommes donc en partie responsables des manipulations que nous subissons. Bon nombre de personnes ne semblent pouvoir vivre qu'à travers le regard et le jugement des autres. Elles ne peuvent exister par elles-mêmes. Avec le temps, le malaise qui en résulte prend des proportions exagérées. Un concept inconscient et irrationnel nous fait craindre de nuire à l'autre lorsque nous nous faisons plaisir. Plus nous sommes passifs, soumis et uniquement attentifs au bien-être des autres, plus nous sommes vulnérables face aux personnes toxiques. Reconnaître les relations « positives » On peut parler d’une relation positive tonifiante lorsque : • Vous êtes respectée comme personne autonome. Vos émotions sont respectées, vos besoins aussi.• Vous êtes admirée par l’autre, soutenue dans vos projets, dans vos ambitions• Lorsque l’autre cultive le positif en vous, en luttant contre votre anxiété (sentiment d'en danger imminent, indéterminé, s'accompagnant d'un état de malaise, d'agitation, de désarroi et d'anéantissement devant ce danger), et contre vos doutes.• Lorsque la relation est « gagnant - gagnant » • Lorsque vous n’avez pas besoin de l’autre pour régler vos problèmes mais pour mieux construire la relation et mieux vivre.
Nous en revenons donc toujours au même point : la meilleure façon de ne pas ou ne plus tomber dans le piège des relations toxiques, c’est de pratiquer l’introspection, pour apprendre à se connaître soi-même et cultiver sa propore vérité. Ensuite, naturellement, nous serons portés à rencontrer des personnes qui pratiquent le même chemin intérieur. Vers de vraies relations saines Dans une relation saine, chacun des partenaires est apte à reconnaître et à satisfaire ses besoins tout en étant capable de soutenir l’autre dans la satisfaction des siens. Dans une relation malsaine (immature), les partenaires se demandent l’un et l’autre de satisfaire des besoins qu’ils ne se reconnaissent pas et qu’ils ne travaillent pas à satisfaire par euxmêmes. Entretenir des relations saines avec autrui fait grandement parti d’un bon équilibre de vie. Les caractéristiques les plus importantes et devant être présentes dans chaque relation sont : l’honnêteté, le respect, la confiance, la communication, l’égalité, et la loyauté. Une relation devient malsaine et potentiellement dangereuse lorsque ces qualités sont absentes. Comment développer des rapports sains ? L'amour d’autrui est la première nécessité. Une bonne communication est un autre élément essentiel pour une saine relation. Si vous savez écouter et bien communiquer les uns avec les autres, vous pouvez résoudre de nombreux problèmes qui, autrement, peuvent venir essouffler votre relation. La communication, c'est aussi une bonne compréhension des uns et des autres. Il est important de prendre conscience cependant que pour développer nos relations, cela nécessite un minimum de confiance en soi et dans les autres, la capacité de s'ouvrir à des êtres « La capacité d’aimer est une aptitude humaine que nous avons le pouvoir de cultiver et de fortifier. Elle peut être dirigée vers l’intérieur (vers soi), ou vers l’extérieur (vers les autres). Plus nous sommes capables de la diriger dans les deux directions, plus nous pouvons avoir une relation satisfaisante. » différents de nous, d'accueillir ce que les autres souhaitent nous communiquer, la volonté d'investir du temps et de l'énergie pour mieux connaître quelqu'un et aussi de prendre le risque de se dévoiler. Notre bien-être personnel est intimement relié à nos relations, aussi est-il important de : • Développer son réseau social Plus notre bien-être repose sur plusieurs personnes, plus nous sommes susceptibles d'ouvrir nos horizons sur un vécu affectif enrichissant et stimulant. Du même coup, la rupture éventuelle d'une relation significative risque moins de nous laisser démuni ou de diminuer notre estime de soi mais devient une occasion de grandir et de renforcer notre autonomie affective. Par ailleurs, puisque nos différentes relations nous permettent de partager une gamme d'affinités et de perceptions différentes de la vie en général, ces relations deviennent précieuses lorsque nous avons à vivre des situations difficiles. Bien sûr, il ne s'agit pas de transformer nos relations amicales en des relations thérapeutiques, mais la capacité d'écoute de ces personnes, le respect qu'elles nous accordent, leurs conseils et les ressources qu'elles peuvent nous suggérer, nous permettent de maintenir le cap et de nous orienter plus facilement.• Choisir ses amis et ses relations Puisque toutes les relations que nous entretenons quotidiennement ne sont (Howard Halpern) pas toutes enrichissantes et valorisantes, il est important de choisir les personnes avec qui nous voulons resserrer des liens affectifs et partager des aspects plus personnels de notre vie. Pourtant, bien que l'importance de choisir ses relations nous semble un constat évident, il n'en demeure pas moins que, parfois, notre besoin des autres et la peur d'être seul(e) nous entraînent dans des relations plus ou moins enrichissantes. Aussi, il est bon, à l'occasion, de faire le point sur ses relations, de mesurer le niveau de satisfaction que nous en retirons et de réorienter graduellement nos choix vers d'autres personnes le cas échéant. Il y a aussi lieu de se rappeler que nous sommes en évolution constante, et ce qu'une personne nous apportait dans le passé peut ne plus correspondre à nos attentes actuelles. Une relation saine et « vraie », doit impliquer un rapport égalitaire, un respect mutuel de nos espaces personnels, un soutien et une attention réciproques. A bon entendeur… n V.D. A LIRE « Vivre en relation : S'ouvrir et rencontrer l'autre » de Saverio Tomasella et Gilles Pho, Editions d’Organisation, 249 pages. FÉMININPSYCHO 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 124