Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°63 de jui/aoû 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61,9 Mo

  • Dans ce numéro : s'aimer soi-même.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
PSY•QUO•TIDIEN la grande majorité des femmes ne s’investit dans le plaisir qu’à partir du moment où elle se trouve dans une relation de confiance, un rapport sentimental. Un élément essentiel et moteur qui ajoute à la satisfaction et au plaisir charnel. C’est l’une des raisons pour lesquelles les mots d’amour entendus sont d’une telle importance pour les femmes, qui insistent sur ce point bien précis. Le secret : le lâcher prise Les femmes qui font l’amour doivent oublier leur intellect. Finie l’image que l’on souhaite donner, le contrôle que l’on veut garder sur soi, hors de nous tout sentiment de culpabilité, de peur, de timidité… Pour pouvoir se laisser aller au plaisir au point de s’oublier, le lâcher prise est indispensable. Lorsque l’on fait l’amour, tout comme lorsque l’on danse ensemble, la relation n’est plus celle de la revendication ou de l’égalité. Chacun est pleinement dans son sexe, masculin ou féminin. Il sera toujours temps ensuite de reprendre son rôle de femme responsable ou de maman. L’un guide et l’autre suit, peu importe lequel, mais il est hors de question que les deux le fassent en même temps. Il n’y a rien d’extraordinaire non plus à ce que l’homme prenne souvent l’initiative, il s’agit d’un comportement traditionnel, historique, qui ne s’efface pas aussi facilement quelles que soient ses idées par ailleurs. L’heure n’est plus à la maîtrise mais à la recherche de la jouissance. Orgasme ou pas ? Quelques-uns ont réussi à faire culpabiliser les femmes sur le sujet de l’orgasme. Un mot qui n’était que peu évoqué mais qui provoque bien des questions. L’orgasme devient un must, presqu’un devoir : un rapport sexuel n’atteignant pas l’orgasme 36 FÉMININPSYCHO « Femmes, vacances & sexualité » étant considéré comme quelque peu décevant. Mais la pression est aussi du côté masculin, qui se doit d’être à la hauteur. D’autant qu’il s’agit de nous faire rentrer dans un tiroir proprement étiqueté : femme clitoridienne ou vaginale, caresses ou pénétration… le fait est que la sexualité féminine n’est pas un problème de mathématiques ! Freud a joué un rôle encore une fois dans cette histoire bien évidemment. Selon ses écrits, l’orgasme clitoridien correspond à une maturité adolescente ; l’orgasme vaginal étant quant à lui réservé aux femmes adultes. Rien ne vient prouver cette théorie… En principe, l’orgasme est supposé survenir après plusieurs étapes de stimulations sexuelles qui permettent au vagin d’être humide, au clitoris de se gonfler. Il se traduit par des contractions rapides des muscles entourant les organes génitaux, le vagin se contractant très fortement et se gonflant de sang. Il peut aussi s’accompagner par d’autres réactions involontaires du même type ailleurs sur le corps. Ce qui nous met généralement dans un état euphorique. Plusieurs théories ont été élaborées sur cette montée du plaisir féminin depuis Freud, mais toujours rien de concluant jusqu’à aujourd’hui. En réalité, les scientifiques n’ont trouvé qu’assez récemment que le clitoris avait des prolongements bien plus importants que ce qui était communément admis, et qu’il serait en relation étroite et physique avec le vagin. Une question s’impose : comment se fait-il que le fonctionnement du plaisir féminin soit si mal connu, surtout si l’on compare à son homologue masculin qui a été décortiqué dans les moindres détails ? Deux réponses viennent à l’esprit : Le fameux « Point G » ! Le Point de Gräfenberg reste lui aussi un mystère. Le terme scientifique : « unité du complexe clitorourétro-vaginal » est évoqué dans un ouvrage publié en 1982, mais la zone avait été repérée par le sexologue Ernest Gräfenberg en 1950. Un peu comme le Loch Ness, le point G est peut être une zone dont tout le monde parle sans jamais l’avoir véritablement concrètement visitée ! • Notre organe sexuel est largement intériorisé, contrairement à celui de l’homme, ce qui en rend l’étude moins aisé, il est vrai.• Une autre réponse quelque peu sexiste : les recherches sont faites par des hommes ! En réalité, il est assez clair que les scientifiques se sont penchés sur le plaisir masculin, les pannes, l’impuissance, car le fait de ne pouvoir avoir d’érection ou de ne pouvoir éjaculer est considéré comme une atteinte au statut de l’homme, dans son aspect physique et psychologique. Tant d’études ont été réalisées que la petite pilule bleue a fait son apparition. Alors que dans les conventions sociales, une femme qui ne connaît pas d’orgasme peut s’en passer ! Il s’agit à peine d’une exagération lorsque l’on considère le nombre d’études qui sont consacrées au plaisir et aux organes féminins. Le clitoris reste encore presque une énigme et aucune pilule magique n’est venue aider un plaisir féminin défaillant. Décidément de grands progrès restent à faire dans le domaine médical, peut-être encore un peu trop masculin ? n A.F. PHOTOS.COM
PHOTOS.COM « Femmes, vacances & sexualité » Quand été rime avec liberté ! Cette sensation de légèreté et de liberté que l’on retrouve chaque année est-elle vraiment liée à l’été, ou plutôt au fait que cela coïncide généralement avec nos vacances ? Les deux, mon capitaine ! Eté ou vacances ? 1.La saison En effet, la saison en tant que telle a une influence primordiale dans nos sociétés occidentales à climat tempéré. La sensation est effectivement différente si l’on vit aux Antilles, ou dans d’autres lieux exotiques et tropicaux. Chez nous, les premiers beaux jours sont attendus avec impatience, les rayons de soleil sont traqués, prendre un café en terrasse prend des allures d’école buissonnière. Une sensation qui s’apparente à une sortie suite à un enfermement, et il y a un peu de cela. Les effets de la PSY•QUO•TIDIEN L’été, quelle belle saison, mais si courte ! D’autant que nous avons tendance à restreindre cette saison du moins psychologiquement aux périodes où nous sommes en réalité en vacances et libres de toutes contraintes à la fois professionnelles, mais aussi scolaires pour celles qui ont des enfants. Effectivement, l’été a bien un petit goût de liberté dont il faut savoir profiter, même en matière de sexualité ! lumière et du soleil sont à présent bien connus, à tel point que l’on peut lutter contre les dépressions légères à l’aide de la luminothérapie. Physiquement aussi, les femmes, très fréquemment déficitaires en vitamine D, ont besoin de cette chaleur pour mieux synthétiser cette dernière. Les journées sont plus longues, permettant d’avoir la sensation de vivre plus intensément, les tenues FÉMININPSYCHO 37 PHOTOS.COM D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 124