Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
Féminin Psycho n°63 jui/aoû 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°63 de jui/aoû 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 61,9 Mo

  • Dans ce numéro : s'aimer soi-même.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
MOI & L'AMOUR dialogue, à la réassurance, et à la possibilité de pouvoir exprimer ses sentiments d’amour sans honte, ni pudeur mal placée. Même si cela s’adresse essentiellement aux relations familiales, la relation entre adultes amoureux est aussi concernée. « L'espace d'un aveu, le temps de se dire « je t'aime » et toute la magie du monde est là devant nous. » 30 FÉMININPSYCHO (Charles Trenet) Une déclaration possible… Si exprimer son amour par les mots est aujourd’hui accepté comme étant un élément positif dans l’éducation d’un enfant, il est évident que la déclaration d’amour vis-à-vis d’un amant est tout aussi évidente. A vrai dire, toutes les adolescentes rêvent ou ont rêvé de ce moment d’amour idéalisé qui provoque une déclaration d’amour mutuel. Lorsque l’amour s’installe, dire « je t’aime » devient soudainement facile et entendre ces trois mots est tout aussi aisé. Mais ces instants restent exceptionnels. En effet, si dire « je t’aime » est un moment excitant de sa vie amoureuse, nous n’en avons pas moins de grandes difficultés à répéter cette déclaration, alors même que nous adorons l’entendre. Pourquoi cela est-il si difficile à redire ensuite, que ce soit avec le même partenaire ou un autre ? La raison essentielle est que la déclaration d’amour est ressentie par nombre d’entre nous, hommes et femmes, comme un aveu de faiblesse. Une mise à nu qui peut mener à une manipulation. Une relation amoureuse est un lien souvent basé sur une prise de pouvoir sur l’autre. Un pouvoir qui évolue et passe de l’un à l’autre en fonction des moments ; l’équilibre se faisant justement dans cette passation permanente. Il arrive cependant que le pouvoir soit clairement en possession d’un des deux partenaires, permettant une manipulation sentimentale. …et parfois risquée Le risque existe bel et bien lorsque l’on dévoile ses sentiments. Le premier de ces risques est de se révéler face à un homme qui n’éprouve pas des sentiments identiques. Un cauchemar pour tout individu, homme ou femme, engendrant une honte compréhensible et le regret d’avoir dévoilé un sentiment aussi intime sans qu’il n’y ait de réciprocité. Le second et principal risque est que lorsque l’on déclare son amour, nous mettons notre sincérité et notre confiance dans les mains de l’autre d’une façon unique et rare. Cela requiert un bel optimisme vis-à-vis de l’autre et de la vie en général. Plutôt un signe de bonne santé mentale, à vrai dire ! Il est aisé de comprendre qu’un tel risque pris consciemment ou pas ne peut être renouvelé facilement. Dire « je t’aime » est donc une action à la fois très simple et très complexe. En devenant adulte, en ayant plusieurs expériences amoureuses, nous apprenons toutes à devenir prudentes et parfois à nous dire que l’on ne nous y reprendra pas… Les vraies raisons de la difficulté La difficulté à dire « je t’aime » tient parfois à des problèmes liés à la personnalité propre. Au-delà d’une simple timidité, maladresse, ou même naïveté, les raisons profondes sont parfois plus graves. Pour avancer à découvert et formuler son amour, il convient d’avoir les deux pieds bien sur terre et ne pas craindre de se découvrir, au propre et surtout au figuré. Car l’aspect sentimental est bien plus impliquant que l’acte sexuel en tant que tel. Prendre le risque d’aimer, de l’avouer, voire de supporter un rejet, même si cette éventualité est rarement prévue, exige une certitude absolue sur ses sentiments personnels. Que cette certitude soit ensuite durable ou pas, peu importe. Or, certains profils de femmes ne parviennent pas à déclarer leur amour : • Les femmes bloquées de par leur éducation. Dans certains milieux, les « je t’aime » sont tabous, font partie des interdits ou quasiment. Il faut donc beaucoup de temps pour surmonter ce qui est non seulement une habitude, mais un référent à leur enfance. Lorsque l’on n’a pas entendu ces mots chez ses parents par exemple, il est parfois difficile de les dire à son tour.• Certaines ont eu à subir des amours catastrophiques, qui ont créé en elles des réflexes de défense et une peur de se faire à nouveau manipuler.• D’autres ont connu une ou des ruptures difficiles, qui ont pu les plonger dans la dépression. De ce fait, une nouvelle rencontre va provoquer des craintes qui peuvent aller jusqu’au refus de se déclarer.• Des cas plus tragiques sont également concernés : les personnes touchées par l’inceste ou le viol, qui ont gardé une image de l’amour déformée… Dans tous ces cas, ne pas déclarer son amour provoque un conflit, car le désir de s’exprimer est bel et bien là. Mais la peur est la plus forte. C’est parfois la peur de l’amour lui-même qui domine, ou plutôt de l’inconnu, car pour dire « je t’aime », il convient aussi de savoir vraiment ce que cela
veut dire. Ou du moins en avoir l’impression pour se lancer. Les différences homme-femme Le féminisme est passé par là, les relations entre les sexes ont beaucoup évolué, mais les codes de séduction homme-femme changent bien plus lentement. Et leur évolution ne change en rien le fait que les hommes et les femmes n’ont pas la même façon d’aborder l’amour. Le sexe est peut-être évoqué et pratiqué de façon très libre, y compris par de jeunes adultes, mais sentimentalement, cela change bien moins rapidement. Les femmes restent des individus qui aiment et ont besoin de s’exprimer, tandis que les hommes sont généralement plus réservés sur l’expression de leurs sentiments. Cela ne prête à aucune conséquence sur la pro- fondeur de l’amour ressenti, celui qui s’exprime le plus sur l’amour n’étant pas forcément le plus profondément attaché. PHOTOS.COM Les humoristes eux-mêmes mettent en avant ces femmes sans cesse en train de quémander leur lot de « je t’aime » à un homme qui se refuse absolument à prononcer ces mots, qu’il juge inutiles. Et si nous voulons être sincères, laquelle d’entre nous n’a jamais dit à son amoureux « dismoi, tu m’aimes ? ». Un besoin face à un mutisme des sentiments qui provoque notre inquiétude. Ce besoin d’être sans cesse rassurée devient parfois irrépressible et est souvent mal vécu des deux côtés. Se taire : parfois une ruse Pour les plus malines, ne pas dire « je t’aime » relève d’une tactique soigneusement mise au point. L’amour est tel que les réactions sont parfois identiques : ainsi les hommes qui ont l’impression que leur femme modifie son attitude, semble plus indépendante, et surtout moins en demande, se demandent quelle mouche peut bien la piquer. Du moins si l’amour est toujours présent. Il faut en effet que le partenaire remarque le changement et que cela le soucie. S’il s’en moque, on peut avoir quelque inquiétude quant à l’avenir de la relation… Le fait est qu’il arrive très fréquemment que les femmes utilisent à un moment ou un autre la politique que leur grand-mère connaissait déjà : « Fuis-le, il te suit, suis-le, il te fuit. » Un conseil ancien qui n’est pas sans fondement et continue à faire ses preuves. La séduction a ses conventions et lorsque le désir se fait jour, il faut à la fois le faire savoir sans pour autant se jeter dans les bras de l’autre. Un pas de deux qui met parfois un peu de temps à se concrétiser et rend la rencontre totalement passionnante et passionnée. Se taire et ne pas avouer son amour par un « je t’aime » peut aussi être le fruit d’une volonté. Quelques conseils Les thérapeutes conseillent de se poser quelques questions pour réfléchir à cette peur du « je t’aime » : • Réfléchir à son enfance et au mode d’expression des sentiments dans la famille pour s’en éloigner ; • Si les trois petits mots restent bloqués dans le fond de la gorge, commencer par exprimer ses sentiments en utilisant un autre vocabulaire, plus simple à énoncer ; • Ne pas se sentir incapable, car le monde d’aujourd’hui offre bien des possibilités en matière de communication : envoyer un sms ou un mail, donner un petit mot est parfois plus simple que de parler purement et simplement. Un bon moyen à condition de ne pas rester bloquée sur cette étape. Dire « je t’aime » est merveilleux, même s’il est normal que la locution soit réservée à des moments qui restent exceptionnels. Ne rien dire est un obstacle à l’amour, mais le dire trop souvent peut aussi banaliser le propos. Comme en toutes choses, l’équilibre doit être respecté. Alors, à quand votre déclaration ? n E.B. A LIRE « Osez dire je t'aime » de Sarah Mostrel, Editions Jacques Grancher, 268 pages. FÉMININPSYCHO 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 63 jui/aoû 2011 Page 124