Féminin Psycho n°62 mai/jun 2011
Féminin Psycho n°62 mai/jun 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°62 de mai/jun 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 26,6 Mo

  • Dans ce numéro : assumer ses choix, le fondement de l'équilibre et de la plénitude.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
MOI & MOI En quoi les aléas et les vicissitudes que chacun de ses membres peut connaître sont-ils à même de modifier en profondeur la nature des liens qui s'y tissent, remanier les attentes conjugales ou parentales, peser sur les affiliations et donner lieu à transmission, héritage ou répétition pour les générations suivantes ? Car la transmission peut opérer en négatif à travers les points de butée constitués par ce qui est caché, encrypté, par les lacunes laissées en nous par les secrets des autres. Si la transmission peut être traumatique, l'acte de transmettre entraîne avant tout le don, mais aussi la dette. Il permet et rend accessible le processus de symbolisation. Transmissions, communications, secrets, répétitions, filiations et liens transgénérationels sont ainsi étroitement mêlés à travers l'arbre de vie. Des systèmes de filiation moins lisibles Durant des siècles, définir son origine revenait à nommer sa filiation : « je suis le fils, la fille de… » inscrit dans une généalogie repérable, il y avait aussi de fortes chances de vivre dans le même lieu que ses parents, voire d’exercer le même métier. Existait alors pour beaucoup l’unité de lieu, de temps et de filiation. Dans tous les cas, il y avait une certaine évidence dans la continuité générationnelle. Aujourd’hui, les systèmes de filiation sont moins lisibles. De moins en moins d’enfants ont la même origine que leurs parents. Du fait des grands mouvements migratoires, on ne vit 66 FÉMININPSYCHO EXPERT « La filiation, c'est une notion de sentiments plus que de gènes. » (Jean Gastaldi) NICOLE PRIEUR, Philosophe, psychothérapeute d’enfants et d’adolescents La construction de notre identité plus là où on est né, ni là où on a été élevé, encore moins sur la terre natale des ancêtres. Les fratries peuvent réunir dans les familles recomposées ou adoptives des frères et sœurs d’origines différentes. Pour les enfants adoptés, le secret des origines est un problème douloureux qui continue à se poser. Si la législation permet l’accès à certaines informations, le parcours demeure difficile, les carences de données restent importantes. « La psychogénéalogie repose sur l’analyse de ces liens transgénérationnels qui président à la construction de notre personnalité, de notre identité. Ces processus ont pour nom : projections, étiquettes, identifications, répétitions ». Les nouvelles configurations familiales et les stérilités des couples font que de plus en plus d’enfants sont élevés par une mère ou un père « non biologique ». Le développement de techniques d’aide médicale à la procréation, que ce soit les FIV (Fécondation In Vitro) ou les IAD (Insémination Avec Donneur), introduisent des situations et des origines inédites. Ainsi pour les bébés nés grâce à une FIV, l’origine est-elle le « tube » froid et inhumain du laboratoire ? Quelles représentations les pères et les mères non biologiques ont-ils de l’origine de leur enfant ? Que leur transmettent-ils alors de manière implicite, inconsciente ? Et c’est là que peut intervenir notamment la psychogénéalogie. Liens psychologiques transgénérationnels Ce qui caractérise la psychogénéalogie, c’est la prise en compte des liens psychologiques transgénérationnels dans la construction de la personnalité de chacun. On part ici en effet du postulat que nous arrivons tous au monde avec un héritage biologique, comme nous le savons depuis longtemps, mais aussi avec un héritage psychologique, qui s’exprime à travers l’histoire de notre famille dont nous constituons l’un des maillons dans la chaîne des générations.
Théorie de la systémie familiale Dans les années 1950-70 s’est développée aux Etats-Unis et en Europe le concept de thérapie systémique familiale s’appuyant sur le postulat du « co-conscient » et du « co-inconscient familial » de Levy Moreno. A peu près à la même époque, Françoise Dolto et Yvan Boszormenyi-Nagy ont posé le problème complexe de la transmission transgénérationnelle des conflits non-résolus comme la haine et la vengeance, des secrets et des non-dits, des morts prématurées et de la profession. Yvan Boszormenyi-Nagy a mis en évidence l’importance de la loyauté familiale, consciente ou inconsciente, de génération en génération, de la parentification et de la balance des comptes familiaux. Même si nous ne connaissons pas tous les personnages de notre arbre généalogique, leur trace subsiste en nous à travers les secrets, les non-dits ou les allusions transmis inconsciemment par nos parents. Leur histoire est véhiculée jusqu’à nous par des silences ou des messages cryptés qui vont s’exprimer à travers le comportement parfois surprenant, illogique, voire même déviant de nos parents. Cet héritage psychologique peut nous être transmis également biologiquement dès la naissance. Psychogénéalogie : une méthode ouverte à tous La notion de thérapie en psychogénéalogie renvoie en général à la souffrance, aux problèmes que l’on n’arrive pas à résoudre et qui nous plongent dans l’angoisse, la dépression ou la névrose et nous amènent à rechercher l’aide d’un psychopraticien. La thérapie en psychogénéalogie a la particularité de s’adresser aussi bien aux personnes qui souffrent qu’à celles qui veulent simplement comprendre comment elles fonctionnent, pourquoi elles réagissent de telle ou telle façon, quel héritage elles ont reçu de leurs aînés, ce qui fait leur force et leur faiblesse dans la vie actuelle… Elle a prioritairement deux grands objectifs : 1. Prendre conscience de cette famille qui vit en nous Selon Nicole Prieur, le premier objectif de la psychogénéalogie est de faire prendre conscience de « cette famille qui vit en nous ». L’établissement des projections-identifications transgénérationnelles nous conduit à mettre à jour les motivations cachées, les informations symboliques qui n’ont pas été transmises ou métabolisées et qui nous empêchent d’avancer dans notre vie ou de sortir de la maladie. La reconnaissance des faits généalogiques va nous amener à revaloriser tel ancêtre dont la bravoue ou la générosité était effacée au profit d’un autre qui était idéalisé. Ce travail nous permet de rééquilibrer la balance des comptes familiaux en réintégrant dans notre clan toutes les personnes qui ont joué un rôle, eu une influence sur notre identité, ne serait que le temps d’une gestion. Réintégrer tout le monde dans le clan, c’est reconnaître à chacun sa valeur et lui redonner sa vraie place. C’est aussi ne plus avoir à souffrir de l’exclusion d’un ou de plusieurs de ses membres. 2. Se libérer de l’héritage familial Nous parvenons à nous libérer des mémoires émotionnelles familiales par la connaissance de la vérité généalogique. La reconstitution de la vie de chacun de nos ancêtres dans sa globalité nous permet de nous en distancier, de rendre à chacun sa propre histoire. Cette distanciation d’avec le passé familial nous permet de nous recentrer sur notre vrai moi et de libérer de nouvelles énergies dans notre inconscient pour construire notre propre avenir. Il existe aussi, dans notre histoire familiale, des éléments positifs, des valeurs qu’il nous appartient de reconnaître, de faire nôtres et de transmettre, éventuellement, à nos descendants… Après avoir passé le premier choc de la découverte du mystère, apprendre un secret de filiation peut donc nous permettre de rebondir différemment dans notre vie et de « renaître » pour un avenir meilleur. n E.A. FÉMININPSYCHO 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 62 mai/jun 2011 Page 124