Féminin Psycho n°61 mar/avr 2011
Féminin Psycho n°61 mar/avr 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°61 de mar/avr 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 26,2 Mo

  • Dans ce numéro : croire en soi, ça change tout.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
MOI & LES AUTRES PHOTOS.COM Le travail de deuil en question Aujourd'hui, le mot deuil envahit la vie quotidienne. On est toujours « en deuil » de quelque chose : une enfance passée, un examen raté, un enfant parti, une maison quittée, un projet avorté, un conjoint décédé, une séance qui s'achève... Toute perte, tout renoncement, toute séparation suscite un affect de deuil. Quand ce deuil concerne quelqu’un que l’on aime, on a vite l’impression de perdre pied. C’est là que le vrai travail de deuil commence… Heureusement, en matière de veuvage, la France n’est pas l’Inde ! Savez-vous qu’en Inde, les femmes qui perdent leur époux sont des naufragées condamnées à vivre seules, désespérément. En rupture d'avec le monde des vivants. La tradition hindoue ne prévoit en effet aucune place pour 96 FÉMININPSYCHO elles, en particulier dans le nord du pays. A la mort de son époux, une femme ne peut pas se remarier. Elle est considérée comme responsable du drame, car elle n'a pas su retenir l'âme du défunt. Une veuve appartient à sa belle-famille, qui l'enlaidit afin de ne pas soumettre d'autres hommes à la tentation. Sa simple vue porte malheur. Elle doit se terrer dans la maison, ôter ses bijoux, porter le blanc du deuil et faire pénitence. En bref, attendre la mort... Rien à voir heureusement avec les traditions françaises qui ont, de plus, évolué dans le bon sens au travers des siècles. Aujourd’hui, le veuvage n’est plus à vie, et force est
de constater qu’on accepte sans difficulté qu’une femme puisse refaire sa vie après le décès de son mari ; encore faut-il qu’un certain délai soit respecté pour que la situation paraisse respectable… Plus de femmes… La probabilité de vivre un veuvage, comparée entre les hommes et les femmes de 60 ans et plus, est 2,7 fois plus importante chez ces dernières. Cette situation résulte à la fois de la différence en termes d’espérance de vie entre les hommes et les femmes ainsi que l’écart d’âge entre les conjoints. L’analyse de la situation des personnes veuves dans l’année qui suit le décès du conjoint montre qu’elles connaissent une surmortalité par rapport aux personnes mariées et ce, plus particulièrement chez les hommes. Lorsque l’on compare la situation de ménage entre les veuves et les veufs survivants un an plus tard, on remarque qu’une proportion plus importante de femmes réside en institution alors qu’une plus grande proportion d’hommes vit de façon « isolée ». Néanmoins, en nombres absolus, les femmes vivant seules sont de loin plus nombreuses. Le travail de deuil Le travail de deuil est l’expression employée pour évoquer le travail psychologique progressif d’une personne après la perte d’un être cher. Il s’agit d’un cheminement long, difficile et douloureux. Chacun franchit les différentes étapes à son rythme, en fonction de son passé, de son histoire, de ses ressources personnelles. Ce travail se fait en général en trois grandes étapes essentielles.• La période de choc Après la perte d’un être aimé, le survivant est en état de choc : il est sidéré, abattu. A l’annonce du décès, la première réaction est le refus ou le déni : la personne se dit que ce n’est pas possible, qu’il y a une erreur. Elle refuse de croire et d’accepter la disparition de la personne décédée. La personne en deuil vit de façon automatique, sans être vraiment présente. Elle peut éprouver une grande difficulté à réfléchir ou à prendre des décisions. Elle peut aussi sentir une certaine distance par rapport à l’entourage.• La période de désorganisation Cette phase commence lorsque la personne en deuil prend conscience de la souffrance et du vide laissés par la perte. La tristesse et le désespoir apparaissent. Après la mort du conjoint, tout semble dérisoire. La personne envisage l’avenir avec crainte : elle n’a plus goût à rien. Peu à peu, elle s’isole du monde extérieur. Ce repli sur soi peut entraîner un ralentissement des activités intellectuelles (par exemple une perte de la mémoire). La douleur morale est essentiellement liée à un sentiment d’abandon, de solitude et de manque. La personne veuve découvre que sa vie a basculé. Elle réalise qu’elle doit s’occuper seule de l’éducation des enfants et assurer l’organisation du foyer. La désorganisation de la vie relationnelle et matérielle peut amener la personne à prendre des décisions brutales qu’elle regrettera par la suite, par exemple un déménagement ou la vente de biens. Ce qu’il faut retenir, c’est que cette phase de désorganisation est "normale". En effet, la douleur morale est l’expression et la conséquence du travail de désinvestissement qui s’opère nécessairement après la perte d’un être aimé. Ce désinvestissement s’effectue de la manière suivante. Chaque souvenir, chaque image du passé sont remémorés et associés à l’idée de perte et de disparition. Ce processus s’accompagne d’un désintérêt pour le monde extérieur, d’une absence d’élan, de goût pour la vie et parfois de l’idée ou du désir de mourir (même s’ils ne sont pas exprimés verbalement).• La période de réorganisation Cette période commence lorsque la perte est acceptée, reconnue en tant que telle. C’est la période de reconstruction de soi : la personne est capable de se tourner vers l’extérieur, de créer de nouveaux liens et de retrouver goût à la vie. Cette période n’est pas acquise une fois pour toutes, elle peut être perturbée par un anniversaire ou un événement fortuit. « Sur les ailes du Temps, la tristesse s’envole. » (Jean de la Fontaine) Cette réorganisation ne peut se faire sans l’aide des autres. Les personnes ont besoin d’un appui, d’une bouée pour refaire surface. Or, on constate, dans la société contemporaine, une grande solitude et une difficulté à exprimer et à partager une peine. Afin que le travail de deuil puisse s’effectuer dans les meilleures conditions, il est important que l’endeuillé puisse voir le corps de la personne décédée ; cela permet d’intégrer la réalité de la mort. Dans le cas de disparition tragique du corps, le travail de deuil sera plus long et plus difficile. L’entourage gardera souvent un espoir que la personne aimée est toujours vivante, ce qui retardera le processus de deuil. Le milieu du travail ou la simple exécution des obligations habituelles, qu’elles soient professionnelles ou familiales, peuvent aider à maintenir un certain cadre de vie, mais, peu à peu, la solitude se fait sentir, et le besoin apparaît de s’appuyer sur les autres. Vivre sans l’Autre Veuves... Veufs... Des mots qui font peur. Et pourtant, ils et surtout elles sont nombreux. Discrets, peu reconnus dans la société, que sait-on de leur vie ? De leur désespoir ? De leur solitude ? Veuve à l'âge de 45 ans, Marie- Claire Moissenet raconte dans son livre (« Traverser le veuvage », Editions de FÉMININPSYCHO 97



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 124