Féminin Psycho n°61 mar/avr 2011
Féminin Psycho n°61 mar/avr 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°61 de mar/avr 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 26,2 Mo

  • Dans ce numéro : croire en soi, ça change tout.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 82 - 83  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
82 83
PHOTOS.COM MES ENFANTS & MOI Pour ou contre les fessées ? Eduquer sans punir : voilà ce que tout bon parent et tout enseignant souhaitent. Même si de nombreuses recherches ont démontré les effets nocifs des punitions, la discipline reste la préoccupation première des éducateurs. Depuis toujours, le principe de la fessée fait débat en France. Que faut-il réellement en penser ? Interdites par plusieurs pays, la fessée fait toujours l’actualité en France. Le Conseil de l’Europe a en effet tenu un grand débat sur les châtiments corporels à Strasbourg il y a peu. De plus en plus de spécialistes dénoncent ces corrections qui auraient plusieurs effets néfastes sur le développement physique et affectif de l’enfant. Quels sont ces effets ? Faut-il légiférer et interdire la fessée ? Des enquêtes sur nos comportements 82 FÉMININPSYCHO Dernièrement, Edwige Antier, députée UMP, déposait un projet de loi visant à interdire la pratique de la fessée. Cette pédiatre reconnue s’inspirait là de textes déjà votés chez plusieurs de nos voisins européens. Si une enquête de l’Union des familles en Europe, révélait que 87% des parents avouaient avoir eu recours à ce châtiment corporel, cette même étude montrait aussi que plus de la moitié se prononçaient contre son interdiction. Pour y voir plus clair, les résultats d’un sondage effectué par l’institut TNS Sofres ont été dernièrement publiés par Dimanche Ouest France. A en croire les chiffres donnés, les Français sont très majoritairement opposés à une loi interdisant la fessée : ils sont 82% à s’y déclarer hostiles, soit une bien plus nette majorité que dans l’enquête réalisée par l’Union des familles en Europe. Seuls 17% se disent favorables à un texte sur le sujet. Si la précédente enquête montrait que 87% des parents avouent avoir recours à ce geste, ils sont 52% dans ce nouveau sondage à admettre que c’est un acte à éviter… mais 45% pensent qu’il faut l’utiliser pour mieux apprendre le respect de l’autorité aux jeunes enfants. Pour la pratique effective de la fessée, les parents répondent à 67% « oui », régulièrement et 46% « de manière exceptionnelle ». Décidément, les chiffres varient beaucoup d’une étude à l’autre ! Un débat toujours relancé La fessée a encore été un sujet de polémique chez nos amis anglais avec le Daily Mail de Londres qui a relancé le débat. Selon une nouvelle étude de Marjorie Gunnoe, professeure en psychologie du Calvin College au Michigan, les enfants qui auraient eu la fessée auraient de meilleurs résultats scolaires. Toutefois, ils auraient plus de troubles PHOTOS.COM
de comportement et seraient plus susceptibles de se bagarrer. L’étude affirme que rien ne prouve qu’il est nocif d’administrer la fessée aux enfants. Cela dit, plusieurs confrères de la professeure Gunnoe ne sont pas de cet avis. Selon certains, il n’y a rien de bon avec la fessée, qui peut engendrer de la peur chez l’enfant, car le parent qui la donne est souvent en colère. Pour d’autres, la fessée ne doit pas être utilisée dans toutes les circonstances. Si un enfant met sa main sur le poêle ou se jette au milieu de la rue, une remontrance pourra le tenir éloigné du danger... Toutefois, aucun des intervenants ne souhaite que les études soient mal interprétées et que les parents croient qu’il est correct de frapper un enfant. Frapper n’est pas la même chose qu’une petite gifle d’avertissement ou qu’une tape sur les fesses… Les raisons d’être « contre » L’apprentissage à l’obéissance par les châtiments corporels, quels qu’ils soient, présente plusieurs désavantages. L’un d’entre eux, sans doute le plus important, est qu’il apprend à l’enfant, non pas à distinguer le bien du mal, mais plutôt à modeler son comportement en fonction de coups à éviter. Au lieu de se demander si ce qu’il fait est acceptable ou pas, un enfant dressé à la fessée se demandera plutôt s’il peut s’en tirer sans recevoir de coups ou pas. L’enfant risque par conséquent de se sentir autorisé à transgresser les règles dès qu’il n’est pas en présence de ses parents. Certains enfants conservent cette mentalité à l’âge adulte et ne respectent alors pas les lois lorsqu’ils ont la certitude qu’ils ne se feront pas prendre. La bonne attitude Souvent les parents oublient que les enfants sont comme eux : ils ont besoin de repères et surtout d’explications pour accepter des règles. En passant des contrats avec leur enfant (« tu restes encore 10 minutes devant la télé puis tu te brosses les dents et tu vas te coucher »), les parents anticipent la frustration de l’enfant et lui permettent de l’accepter… sans trop de heurt. Nous savons maintenant que c'est l'autodiscipline qui apporte une plus grande satisfaction aux parents et qui réduit les troubles physiques et psychologiques chez les enfants. Il a été clairement démontré que l'autodiscipline augmente leur estime d'eux-mêmes, leur sens de l'initiative ainsi que leur réussite sociale et scolaire. A bon entendeur… n J.B. Principaux arguments contre la fessée• C’est une violence dirigée contre plus faible que soi.• Elle peut mener à la maltraitance, grave et systématique.• Elle rend les enfants violents à leur tour.• Elle ne s’avère pas une méthode éducative efficace.• Elle humilie l’enfant et peut même perturber son équilibre sexo-affectif.• Elle instaure un climat de crainte entre parents et enfant.• Elle pousse les enfants à mentir (s’ils avouent leur faute, ils savent qu’une fessée les attend). A LIRE Dans ce nouveau livre, Edwige Antier, forte de sa longue expérience de pédiatre, propose des solutions concrètes pour marquer les limites et accompagner son enfant au quotidien sans recourir à la main levée ni aux violences verbales. S'appuyant sur des situations pratiques qui correspondent aux grandes étapes du développement de l'enfant, elle nous fait partager sa méthode, fondée sur l'écoute de leurs besoins, et suggère d'envisager la diversion, l'exclusion momentanée de l'espace social et la recherche de relais quand l'épuisement guette la famille. Vous comprendrez ici comment adresser des demandes logiques à votre enfant, comment établir en amont un code de bonnes pratiques. Comment donner du sens à ses émotions. Mais surtout vous apprendrez à connaître vos propres limites, condition sine qua non pour exercer une autorité sans fessées. Des conseils indispensables et bienfaisants quand on se sent démuni devant les excès de ses enfants ! « L'autorité sans fessées » d’Edwige Antier, Editions Robert Laffont, 194 pages. FÉMININPSYCHO 83 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 124