Féminin Psycho n°61 mar/avr 2011
Féminin Psycho n°61 mar/avr 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°61 de mar/avr 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 26,2 Mo

  • Dans ce numéro : croire en soi, ça change tout.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
PHOTOS.COM MOI & MOI observe chez ces personnes un taux de mélatonine particulièrement élevé durant le jour. Ceci expliquant la fatigue durant la journée. La stimulation, le matin, des cellules ganglionnaires de la rétine (photorécepteurs non-imageants) permet de bloquer la transformation de la sérotonine en mélatonine durant le jour et donc la sécrétion de la mélatonine par l'épiphyse (glande pinéale). De plus, il y a une « reprogrammation » de l'horloge biologique permettant une sécrétion normale de la mélatonine la nuit en fonction des phases du sommeil. Par son inhibition de la sécrétion de mélatonine, la lumière permet un réveil amélioré et une meilleure vigilance. Elle régule l'horloge biologique et améliore la synchronisation des rythmes biologiques : ce qui entraîne une meilleure forme et une meilleure énergie vitale. Elle stimule les régions de la base du cerveau et augmente le niveau de sérotonine (neurotransmetteur) qui a un effet antidépresseur et régulateur de l'appétit. Bon à savoir Durant toute la cure de luminothérapie, il est essentiel de ne pas absorber de compléments en vitamines D, car il y aurait un risque d'intoxication dangereux pour la santé. 70 FÉMININPSYCHO Quel type de lumière ? Il s'agit du spectre lumineux solaire mais sans infrarouges (IR) et ultraviolets (UV) qui sont nuisibles pour la peau et la cornée. L'unité d'éclairage est le lux. La dose recommandée par les spécialistes du domaine est de 10 000 lux pour une période de 20 à 30 minutes le matin. Habituellement, une lampe au mercure est utilisée mais d'autres technologies existent. Par contre, certains spécialistes ont des réserves quant à la nouvelle technologie DEL (diodes électroluminescentes) qui utilise des longueurs d'ondes plus courtes de couleur bleutée. Il apparaît que cette technologie utilisée à long terme pourrait provoquer l'apoptose (mort cellulaire) dans la rétine. Jusqu'à maintenant, seules les études chez les animaux ont pu montrer un tel effet. Il est cependant prudent d'utiliser les lampes de luminothérapie qui ont prouvé leurs effets et qui sont utilisées depuis plus de 20 ans sans dommage à long terme. Quel programme ? La luminothérapie peut se pratiquer pendant toute la période sombre de septembre à mars. Il ne faut pas hésiter à commencer les séances avant l’apparition des premiers symptômes. En premier lieu, avant même que ne commence la cure de luminothérapie, le thérapeute doit questionner le patient afin de bien connaître ses antécédents médicaux. Les séances durent environ 1 heure à une fréquence d'une fois par semaine. La cure peut-être plus ou moins longue en fonction des besoins, de l'affection dont on souffre et de l'époque de l'année où elle se déroule (en hiver, elle sera plus longue s'il s'agit de problème de dépression saisonnière). Il est nécessaire d'enlever les lunettes ou les lentilles de contact lors de la séance car elles nuisent à une bonne absorption de la lumière. Il est également essentiel de garder les yeux ouverts durant la séance de luminothérapie afin que son efficacité soit maximale. En cas de problèmes oculaires, quels qu'ils soient, il est indispensable d'aller consulter un ophtalmologiste avant d'entamer toute cure de luminothérapie. La séance se déroule en position allongée et sur le dos, sans vêtements ni chaussures sous une à plusieurs lampes fluorescentes. La luminothérapie à la lumière artificielle est sans danger car les ultraviolets sont filtrés par les lampes. Sachez enfin qu’il est tout à fait possible de pratiquer la luminothérapie chez soi en toute autonomie sans en abuser toutefois, grâce aux appareils dédiés qui existent dans le commerce. Il est recommandé de consulter son médecin et de lui demander conseil sur le choix de la lampe avant tout achat. Finie la dépression et à vous le plein de lumière ! n N.S. A LIRE « Coaching méditatif pour surmonter la dépression saisonnière » d’Alain Héril, Editions Nicole Bussière, 127 pages. PHOTOS.COM
PHOTOS.COM 10 CONSEILS ESSENTIELS 1. Boire de l’eau quand on a soif On ne le dira jamais assez : l’eau, c’est notre principale alliée. Elle représente environ 70% de la composition du corps humain. En cas de régime alimentaire, il est important de compenser le manque de calcium et de magnésium. En période de régimes réduits en calories, le volume d’aliments consommés diminue et avec lui les apports en eau et en minéraux essentiels. Le déficit hydrique est également accentué par la pratique d’une activité physique, recommandée pour favoriser la perte de poids. Pour entretenir son corps et éviter les excès qui l’abîment en lui apportant ce dont il a besoin, le geste le plus naturel est de boire de l’eau tout au long de la journée, chaque fois que l’on a soif. Eau plate du robinet, eau minérale, potages, bouillons, thé… A volonté car tout est bon pour votre santé. Dès que vous le pouvez, faites-vous une bonne tisane digestive. De préférence le soir, avant de vous coucher. 2. Bien répartir ses repas Vous devez prendre vos repas régulièrement et surtout ne jamais les sauter. En effet, une restriction alimentaire MOI & MOI Un coup de barre ? 10 conseils et ça repart ! En période de changement de saison et notamment quand il se met à faire plus froid, la fatigue nous guette tous et toutes, et ce, quel que soit notre âge ! Attention, car un organisme épuisé sera plus sujet à des infections à répétition. Pour éviter tous ces maux, la meilleure technique est de soigner son hygiène de vie et de prendre des vitamines et compléments alimentaires dont ont besoin nos organismes carencés. Rien de mieux pour booster nos défenses immunitaires ! implique la fabrication de réserves énergétiques (les graisses) à partir des aliments consommés au cours des repas suivants. De plus, lorsque l’on fait l’impasse totale sur un repas, on prend le risque d’avoir très faim dans le reste de la journée et donc on est amené à « craquer » plus facilement et sur n’importe quoi en particulier des aliments à haute valeur énergétique tels que la charcuterie, les sucreries, les biscuits, les viennoiseries, les biscuits d’apéritifs ou encore le pain. Veillez à prendre vos trois repas dans le calme, sans vous presser. Profitez-en pour faire le vide et laissez votre stress au bureau. Le repas FÉMININPSYCHO 71



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 124