Féminin Psycho n°61 mar/avr 2011
Féminin Psycho n°61 mar/avr 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°61 de mar/avr 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 26,2 Mo

  • Dans ce numéro : croire en soi, ça change tout.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 66 - 67  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
66 67
PHOTOS.COM MOI & MOI Le locus « externe » Un individu « externe » aura tendance à attribuer une causalité externe aux événements qu'il subira. Par exemple, un sujet externe ayant eu une mauvaise note à un examen attribuera très facilement une cause externe à son échec ; ce sera par exemple « la malchance ». Nous parlerons alors d'un sujet ayant un « locus de contrôle externe ». On distingue divers types de locus de contrôle externe selon que le contrôle des événements est attribué : 1. au hasard 2. à la chance 3. à la fatalité 4. à un autre tout-puissant Les individus externes sont plus confiants lorsqu'ils sont confrontés à des problèmes graves comme la maladie. En effet, ceux-ci peuvent y attribuer une raison (externe) et accepter l'événement qu'ils subissent. Un individu interne cherchera probablement une cause (interne) qui sera inexistante, ce qui pourrait entraîner un état de stress et d'anxiété. Le locus « interne » Un individu interne aura tendance à attribuer une causalité interne aux événements qu'il subira. Dans ce cas de figure-là, le sujet croit qu'il existe un lien de causalité entre son activité et sa performance. Par exemple, un sujet interne ayant eu une bonne note à un examen attribuera très facilement une cause interne à sa réussite. Ainsi, il justifiera sa réussite par ses multiples efforts. Nous parlerons alors d'un sujet ayant un « locus de contrôle interne ». 66 FÉMININPSYCHO EXPERT CHRISTOPHE ANDRÉ, psychiatre et psychothérapeute Le besoin de contrôle des anxieux « Les grands anxieux ont un très fort besoin de contrôle sur leur vie quotidienne. Ils souhaiteraient inconsciemment vivre dans un monde parfait où rien ne cloche : enfants jamais malades et toujours obéissants, trains toujours à l'heure, pilotes d'avions jamais en grève... De ce fait, le moindre grain de sable prend des allures de catastrophes très contrariantes. Là où l’on voit un enfant « normalement » malade, comme tous les enfants de son âge, un anxieux va jusqu'au scénario catastrophe, dans ses moindres détails : si cette maladie cachait quelque chose de grave ? Qui va rester pour le garder ?, etc. Il est parfois utile d'en parler calmement avec la personne anxieuse, en lui demandant systématiquement ce qu'elle redoute, et surtout, que faire dans ce cas ? En thérapie, nous posons rituellement, face à chacune des pensées anxieuses, les trois questions : Est-ce sûr ? Quel degré exact de gravité ? Que faire d'utile ? L'idéal serait que la personne anxieuse accepte de voir ce qui dans ses réactions, relève de l'anxiété utile ou de l'anxiété pathologique. » Le sujet croit alors simplement à l’existence d’un lien entre son activité et sa performance. Les sujets internes sont plus enclins à se remettre en cause en cas de crise interpersonnelle (ou organisationnelle). De plus, ils éprouvent plus de satisfaction personnelle que les individus externes. En effet, les sujets internes ont une image d'eux-mêmes plus positive. Toutefois, Averilla montré en 1973 qu'un fort contrôle de la situation peut être néfaste pour le sujet ; par exemple dans le cas de la maladie. PHOTOS.COM Les besoins interpersonnels selon Schultz La théorie FIRO (Fundamental Interpersonal Relationship Orientation) de William Schultz cherche à identifier les besoins qui amènent les humains à entrer en relation avec les autres. Elle distingue trois genres : les besoins d’inclusion, de contrôle et d’affection. Chacun de ces types de besoins existerait chez chaque personne, mais l’importance relative de chacun serait différente d’un individu à l’autre. C’est ce qui permet de définir des groupes de personnes en fonction du type de besoins qu’elles cherchent principalement à satisfaire dans leurs relations. Le besoin d’inclusion est celui qui nous pousse à nous associer à un groupe, à chercher à faire partie d’un ensemble de personnes, à être membre reconnu d’une collectivité. Le besoin de contrôle est celui qui nous amène à tenter d’influencer les personnes avec lesquelles nous sommes en contact, à vouloir faire une différence dans notre environnement, à vouloir avoir notre mot à dire dans ce qui se passe. Le besoin d’affection nous pousse à établir des relations privilégiées, caractérisées par l’intimité et la chaleur. C’est le besoin d’aimer et d’être aimé tel qu’il s’applique à nos conjoints, nos enfants et nos amis intimes.
PHOTOS.COM Il semble qu’une hiérarchie relie également ces trois groupes de besoins. Le besoin d’inclusion serait le premier à se manifester et le plus essentiel à une vie saine. Le besoin de contrôle viendrait ensuite lorsque le premier est raisonnablement satisfait et le besoin d’affection viendrait en dernier parce qu’il suppose une plus grande maturité de la personne ou de la relation. Les trois types de besoins seraient reliés aux stades du développement de l’enfant identifiés par Freud (oral, anal, phallique). Anxiété et crise de panique En psychologie, la plupart des patients sujets aux crises de panique rapportent une peur de mourir, peur de « devenir fou », ou de perdre le contrôle de leurs émotions ou de leur comportement. Ces impressions très pénibles entraînent en général un besoin urgent de fuir l'endroit où l'attaque a commencé (réaction de « combattre ou fuir ») et également fuir le regard des autres en cherchant un endroit isolé où s'enfermer seul jusqu'à ce que le sentiment de malaise disparaisse partiellement ou totalement. Reprendre le contrôle ! On peut tous avoir le sentiment, un jour ou l’autre, de perdre le contrôle de sa vie. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que c’est juste une impression, ce n’est pas réel ! Pour s’en sortir, voici ce qu’il faut absolument comprendre : • Vous avez réellement le contrôle de votre vie, que vous en soyez conscient ou non. « On a tous le choix ». Elargissez votre cercle d’influence. Vous seul vous êtes fixé la limite. Ne soyez pas frustré, reprenez juste le contrôle. Le pouvoir vous appartient que ce soit dans votre vie professionnelle ou personnel.• Toute votre vie, d’autres vont essayer de prendre le dessus, inconsciemment ou non, et de plus ou moins tout contrôler. Ils réussiront aussi longtemps que vous le leur autoriserez.• Prenez de la distance. Evaluez votre degré de contrôle et pensez fortement au degré de contrôle que vous souhaitez atteindre. Imaginez-vous avoir tout le contrôle que vous souhaitez sur votre vie. Un sentiment très positif devrait vous envahir.• Vous avez plus de contrôle sur les éléments de votre vie que vous ne le pensez. Votre santé par exemple, vous avez le pouvoir de l’améliorer en faisant de l’exercice régulièrement, en vous alimentant correctement mais aussi en dormant assez et selon un cycle régulier.• Reprenez le contrôle au travail. Vous vous sentez utilisé comme un pion ? Peut être devriez vous tester votre autorité. Faites des efforts et prenez des risques ! Imposez-vous et imposez vos idées en étant force de proposition. Les autres vous traiteront différemment et vous écouteront davantage. Les gens aiment les personnes qui n’ont pas froid aux yeux et qui ne se laissent pas marcher sur les pieds.• Ne fuyez pas les responsabilités. Vous avez peur qu’on se moque de vous, qu’on vous rit au nez ou qu’on vous juge d’incompétent ? Prenez une position de leader ou une position à responsabilité dans une association, un comité ou un groupe quelconque. Cela sera une expérience très enrichissante. Il faut parfois sauter dans l’inconnu les yeux fermés, afin de se tester et améliorer des capacités. C’est plus rapide et plus formateur.• Utilisez la force de la pensée positive. Répétez-vous chaque jour, « J’ai le contrôle et le pouvoir, je suis plus que capable d’y arriver. J’ai de l’influence et je suis expert dans ce que je fais et entreprends. » • Apprenez à « laisser tomber ». Certaines choses sont complètement hors de votre cercle d’influence, le temps qu’il fait, la façon dont les autres pensent, la réussite de votre équipe sportive favorite. Apprenez à accepter et à vivre avec. D’ailleurs, avoir un excès de contrôle et de responsabilité n’est pas bénéfique non plus et vous rendra anxieux.• Sachez qu’il n’y a pas de réel succès sans un minimum de peur ou de trac. D’ailleurs, si tout était si facile pensezvous que l’intérêt serait le même ? Pensez-vous que la réussite apporterait autant de joie et de bonheur ? Pour conclure, retenez enfin que le « lâcher prise » est souvent la meilleure des protections quand on a l’impression de ne plus rien contrôler. Et comme « par hasard », les solutions apparaissent d’elles-mêmes ! n I.N. FÉMININPSYCHO 67



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 124