Féminin Psycho n°61 mar/avr 2011
Féminin Psycho n°61 mar/avr 2011
  • Prix facial : 4,50 €

  • Parution : n°61 de mar/avr 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 26,2 Mo

  • Dans ce numéro : croire en soi, ça change tout.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
PHOTOS.COM DOSSIER « Croire en soi » 28 FÉMININPSYCHO Parce qu’elles le valent bien ! Témoignages. TÉMOIN CLAUDINE (38 ans, professeur, Strasbourg) Tout du vilain petit canard… « J’ai toujours été une enfant sérieuse, bonne élève, discrète. Tout le contraire de mon frère et de ma sœur, plus jeunes, très joyeux et particulièrement envahissants. Pourtant, j’avais l’impression de ne jamais faire assez pour plaire à mes parents, et ce, quels que soient mes efforts. Peut-être parce que j’étais l’aînée ou parce que je me sentais plutôt moins mignonne qu’eux, je ne sais pas, mais le fait est que j’avais tout du vilain petit canard. J’ai pourtant fait plus d’études qu’eux. C’est à la faculté d’ailleurs que j’ai rencontré Jean-Louis. Le même âge que moi, adorable, blond aux yeux bleus, très grand et attirant. Il m’a vite avoué être amoureux de moi. A l’époque, j’avais 22 ans et je n’y croyais absolument pas. Je ne pouvais même pas imaginer que son sentiment était sincère tellement je me sentais insignifiante. Avec le recul, je m’aperçois que j’ai absolument tout fait pour que cette relation ne fonctionne pas, tout cela était trop simple, trop beau à vrai dire pour que cela m’arrive, à moi. Il m’a fallu des années, un mariage suivi d’un divorce pour que je commence à m’aimer et à réaliser que je pouvais être moi aussi une femme attirante. » TÉMOIN ISABELLE (48 ans, infirmière, Aulnay) Une grande timidité « A présent, je peux en rire, mais je vous assure que cela n’a pas été toujours le cas. Mon père a quitté la maison alors que j’étais encore assez jeune, j’ai donc été élevée avec mon frère par ma mère. Elle nous couvait énormément, avait toujours peur pour nous et en même temps était terriblement efficace. J’aurais aimé lui ressembler. J’ai grandi sans problème particulier, du moins me semblait-il, mis à part une grande timidité. Mais je me suis aperçue que je ne tournais pas rond quand j’ai dû passer mon permis de conduire. Pas de souci pour le code, mais pour la conduite je n’étais pas très douée. Le moniteur n’était pas très sympa et c’était un énorme stress pour moi. Conclusion, j’étais si peu sûre de moi que j’ai raté le permis… quatre fois ! Ensuite j’ai abandonné, j’avais tellement honte ! Les années ont passé, et j’ai pris de l’assurance. Il a pourtant fallu toute la conviction et l’aide de mon mari pour me convaincre de recommencer ! Le début a été horrible ! Et la persévérance a payé, j’ai à présent mon permis depuis dix ans et je peux vous dire que je ne regrette pas d’avoir fait cet effort. Je suis fière à présent d’avoir surmonté ce souvenir qui était resté gravé en moi. » Difficile de prendre de l’assurance quand on est jeune… Il faut parfois des années pour gagner cette confiance en soi indispensable au quotidien. La preuve avec ces trois témoignages de nos lectrices ! JEANNE (26 ans, kinésithérapeute, Paris) Une place difficile TÉMOIN « Je suis la fille du milieu, entre mon frère aîné et ma petite sœur. Il paraît qu’il s’agit d’une place difficile à tenir. Je ne sais pas si cela a eu son importance, mais j’avoue ne pas avoir été facile. Je tenais absolument à faire aussi bien que mon frère, à être dans sa bande d’amis et évidemment, cela ne fonctionnait absolument pas. Quant à ma sœur elle avait 6 ans de moins… Je pense que sans que cela ne soit voulu, je n’ai pas réussi à prendre ma place, à savoir où me situer, même vis-à-vis de mes parents, qui pourtant ne faisaient pas de différence, sauf pour la petite sœur. Le fait est que je n’ai jamais réussi à avoir confiance en moi. Mon frère a tenté médecine, j’avais envie aussi, mais je n’ai pas osé, je pensais que ce serait trop difficile pour moi et j’ai commencé à travailler, des jobs par-ci par-là. Il a fallu attendre que je rencontre Charles pour que cela change. Il m’a donné confiance en moi. Avec 6 ans de plus que moi, il était sans doute plus mûr. Il m’a poussée à lâcher mon job pour m’inscrire en médecine. J’ai redoublé mais j’ai réussi la seconde fois et, à présent, je suis kiné ! Je suis vraiment heureuse, à vrai dire je ne me reconnais plus dans l’adolescente que j’étais il y a encore quelques années. » Propos recueillis par Anne Florin.
Jamais vraiment amoureuse, pourquoi ? Peut-être faites-vous partie de ces femmes qui ont du mal à être amoureuses, ou avez-vous une amie qui a déjà fait cette constatation. De quoi se poser des questions quant à la normalité de sa psychologie sentimentale. Résultat d’expériences décevantes, méfiance quant au genre humain, difficulté à lâcher prise... pourquoi est-il si difficile de s’attacher profondément ? Avant de parler de blocage, encore faut-il s’entendre sur la définition de l’expression « tomber amoureuse ». Vous avez dit « amoureuse » ? Lorsqu’une femme vous dit qu’elle ne parvient pas à être amoureuse, elle parle généralement de sentiments relativement violents, tels que coup de foudre, passion échevelée, tachycardie et tutti quanti. Et non pas d’une relation apaisée avec un homme. Tomber amoureuse dans leur bouche, c’est véritablement être totalement bouleversée par l’être aimé, obsédée par lui, avoir la sensation d’être plus vivante, sans oublier une vie sexuelle hyperactive animée par un désir dévorant. Cette notion du tout ou rien, de l’amour passion est celle qui est imposée par les images que nous donne la société via les films, les œuvres écrites, voire les commentaires de « copines » qui cherchent plus ou moins à vous prouver que leur vie sentimentale est « absolument merveilleuse », tant sentimentalement que sexuellement. Mais l’amour prend des formes multiples. Certaines ne connaissent pas cet emballement des sentiments, ou du moins ne le connaissent plus depuis des années. En effet, on peut s’inquiéter à 18 ans de ne pas être amoureuse, sous-entendu « comme les autres », mais il est un peu tôt pour entrer en psychanalyse ! MOI & L'AMOUR La réponse qui vient immédiatement aux femmes est : « je n’ai pas rencontré le bon ». Une explication assez simpliste. La plupart des femmes qui n’ont pas ressenti cet emballement des sentiments ne vivent pas seules pour autant et parviennent à entretenir des relations durables avec leurs partenaires. Mais certaines ont le regret de cet amour vanté par les poètes et les écrivains et qui donne la sensation d’être une héroïne. Le rêve de l’amour fusion Nous avons toutes envie de vivre des amours exceptionnelles. Après tout, nous sommes quelque peu conditionnées pour y croire. La collection FÉMININPSYCHO 29 PHOTOS.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 61 mar/avr 2011 Page 124