Féminin Psycho n°60 jan/fév 2011
Féminin Psycho n°60 jan/fév 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°60 de jan/fév 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 64,7 Mo

  • Dans ce numéro : retrouver ses valeurs et donner du sens à sa vie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
MOI & MOI PHOTOS.COM Il est vrai que certaines femmes regrettent souvent d’avoir été « trop » loin dans les mots utilisés, ou de se mettre à pleurer sans raison reconnue comme valable. Dans ce cas, il va falloir passer un peu de temps à analyser la situation, car continuer à se laisser aller n’est pas vraiment l’idéal ; la machine continuant à s’alimenter, la maîtrise s’éloignant de plus en plus. Des symptômes connus Les principaux symptômes d’un trop plein d’émotions sont souvent d’ordre vasodilatateur : • Rougeur soudaine du visage,• Cœur qui bat la chamade,• Tremblements,• Bégaiement,• Etat de stupeur,• Mains moites,• Comportement de fuite… Ce sont ces signes qui font que la personne va parfois voir son médecin sans pour autant faire la liaison avec ses émotions. 76 FÉMININPSYCHO « Toutes les grandes découvertes sont faites par ceux qui laissent leurs émotions devancer leurs idées. » Le « trop plein » d’émotions En effet, s’il est normal que nous ayons un vécu, une personnalité et donc des réactions différentes, l’excès s’explique la plupart du temps par une somme de frustrations accumulées. Au fil du temps, dans l’univers professionnel par exemple, nous sommes en situation de maîtrise et de contrôle de nos émotions pour nous concentrer sur le travail à accomplir. Il est donc normal de ne pas exprimer tous nos sentiments comme nous le faisions à un plus jeune âge. Le temps passant, cette maîtrise va finir par cumuler un grand nombre de frustrations sans que l’on ne s’en aperçoive véritablement. Arrive fatalement le moment où le trop plein nous fait réagir, et cette fois-ci de façon exagérée. Il est assez difficile de prendre conscience de ce type de frustrations, mais il arrive un moment où chez certaines, cela se traduit en effet par des pleurs intempestifs, mais aussi d’autres type de maux, du type coup de blues, maux de tête ; en fait bon nombre de signes que l’on attribue prioritairement au stress. Des solutions existent ! Afin de parvenir à lutter contre cette hyperémotivité, des solutions existent : • Se forcer à aborder les sujets qui posent problème lorsqu’ils se présentent. Ainsi, lorsque votre patron vous demande de remettre un rapport pour telle heure, mais que vous savez très bien que cela sera très difficile, il faut en parler immédiatement. Sinon ce petit point va venir vous agacer, se rajouter à un autre, puis un autre, jusqu’à ce que vous craquiez, souvent face à lui qui n’y comprendra rien. Idem pour (C. H. Parkhurst) votre amoureux ou conjoint. Les hyperémotives doivent tenter de gérer les problèmes au jour le jour.• Pratiquer une activité sportive, quelle qu’elle soit afin de canaliser son énergie de façon régulière.• Avoir une vie relativement saine, la possibilité de se reposer et surtout de dormir suffisamment, pour ne pas rajouter à la nervosité. Mais si cela devient trop compliqué à gérer seule, et que l’envie de modifier en partie son comportement est forte, certaines thérapies peuvent venir en aide. Chacun peut trouver une thérapie qui va lui convenir, même si l’une ne convient pas, cela ne veut pas dire qu’une autre ne fera pas l’affaire. Les thérapies & traitements• Le dialogue intérieur La base est simple : notre corps est unique, mais notre individualité est formée de plusieurs sous-personnalités qui sont adaptées à différents environnements. Or, il peut arriver qu’un désaccord survienne qui va provoquer un certain tiraillement entre leurs diffé- PHOTOS.COM
rentes exigences. Dans la technique du dialogue intérieur qui se pratique avec un thérapeute, il s’agit d’exposer les différentes tendances qui s’affrontent, y compris celles que l’on aurait tendance à taire. Cela permet d’arriver à l’apaisement, mais cet état est temporaire. Il convient donc d’entretenir cet état par soi-même ensuite. Cette approche a été mise en place par des analystes californiens dans les années 80. Elle permet de résoudre un problème relationnel par exemple sur un ou deux ans. Mais elle est aussi utilisée pour les soucis ponctuels, auquel cas il faut compter moins de dix séances pour en finir.• Les thérapies comportementales et cognitives Elles ne visent pas à modifier en profondeur et sont assez courtes. Elles conviennent à certaines personnes qui préfèrent agir sur une méthode concrète, car il s’agit d’un nouvel apprentissage. Celui-ci permettra de mieux aborder les situations problématiques. Les exercices sont concrets afin de se former à des comportements corrigés par rapport au passé. La compétence du thérapeute est essentielle, comme toujours.• Les méthodes de relaxation Si le problème est assez léger, apprendre à se relaxer, à respirer et pouvoir appliquer ces méthodes au jour le jour justement lorsque la patiente est confrontée à une situation qu’elle a du mal à gérer est véritablement un plus et une aide réelle.• Les médicaments Si les symptômes sont importants, le médecin va vérifier certains éléments en rapport avec le cœur par exemple ou la thyroïde et essayer de savoir s’il PHOTOS.COM PHOTOS.COM n’y a pas un contexte particulier qui favoriserait l’état de la patiente. Pour diminuer les effets, il peut ordonner des bétabloquants ou des anxiolytiques ; ces derniers sur une courte période. Parfois cela suffit à se sentir mieux. Il convient de ne pas négliger cet état d’hyperémotivité. Il peut en effet entraîner parfois un problème de spasmophilie ou des maux qui n’ont rien d’imaginaire. Cela peut conduire aussi à la longue à des dépendances, telles que l’alcoolisme par exemple. Alors, être émotive, oui, mais pas « trop » ! n A.F. A LIRE Gérer son émotivité Nos émotions et notre sensibilité donnent à nos vies une couleur irremplaçable. Trop vives, trop fortes, elles peuvent pourtant devenir dérangeantes et source de stress. Ce livre montre comment ne plus se laisser envahir et déstabiliser dans la vie quotidienne. Pas à pas, à travers un parcours d'exercices, de tests et de questionnaires, particulièrement pédagogiques, il apprend à discerner notre personnalité émotive et sensible. Il vous fera comprendre ce qui se passe dans votre tête, dans votre corps et avec les autres sous le coup de l'émotion et découvrir les techniques qui permettent de contrôler et mieux vivre ses émotions, quelle que soit la situation. Plus encore, à l'aide de cinq clés bien précieuses décrites dans cet ouvrage, celles de la méthode CLeRE, vous retrouverez la capacité de parler et d'agir avec assurance et confiance. « 101 bonnes façons d'apprivoiser son émotivité » de Bernard Sananès, InterEditions, 201 pages. FÉMININPSYCHO 77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 124