Féminin Psycho n°60 jan/fév 2011
Féminin Psycho n°60 jan/fév 2011
  • Prix facial : 3,90 €

  • Parution : n°60 de jan/fév 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (170 x 224) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 64,7 Mo

  • Dans ce numéro : retrouver ses valeurs et donner du sens à sa vie.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
ENQUÊTE L’exemple type du dilemme du prisonnier Il s’agit d’un exemple classique de la théorie des jeux qui part de l’hypothèse que les joueurs auraient intérêt à coopérer, mais ne le font pas car des incitations plus fortes leur font préférer un autre choix, moins intéressant. Concrètement, deux prisonniers sont enfermés chacun dans leur cellule sans pouvoir communiquer. En sachant que les règles définies sont les suivantes : • Si un des deux prisonniers dénonce l’autre, il sera remis en liberté tandis que l’autre sera condamné à la peine maximale• Si les deux se dénoncent, ils purgeront chacun moitié de la peine• Si les deux refusent de se dénoncer l’un l’autre, la peine sera minimale. En jouant une seule fois, la solution numéro 3 n’est pas choisie, même si elle semble la plus intelligente. En effet, si le prisonnier n°1 pense que le n°2 va le dénoncer, il faut qu’il le dénonce à son tour pour ne pas avoir la peine maximale. S’il pense que le n°2 ne va pas parler, en le dénonçant, il est libre. Une décision qui n’est pas la meilleure pour les deux individus est donc prise en étant basée sur un raisonnement on ne peut plus rationnel. Ce dilemme et ses variantes sont utilisés en économie, mais aussi en mathématiques ou en biologie, ainsi qu’en psychologie. La morale en quelque sorte est que si chacun fait au mieux de son intérêt personnel, c’est le résultat 62 FÉMININPSYCHO « Savoir faire les bons choix » « Ce dilemme, perte ou salut, aucune fatalité ne le pose plus inexorablement que l'amour. » (Victor Hugo) global qui n’est pas optimal. Le couple est bien entendu un exemple de choix en termes de dilemme. En particulier lorsqu’il y aventure extraconjugale. Lorsque le dilemme est répété, les options peuvent changer et il est alors possible de parvenir à une décision aboutissant à une coopération. Toujours dans la théorie des jeux, l’équilibre de Nash désigne une situation dans laquelle l’équilibre entre les joueurs est stable, car aucun n’a la possibilité de modifier sa politique sans de ce fait affaiblir sa position personnelle. Un équilibre qui n’est donc pas forcément optimal. Dans la vie de tous les jours, nous sommes confrontés à des dilemmes de tous ordres : face à la maladie, face à un changement de travail, à tous les changements drastiques et qui ne sont pas vraiment souhaités, il y a aussi des dilemmes d’ordre éthique ou religieux. Le dilemme appliqué au couple Dans un couple, on retrouve notamment ce type de raisonnement en cas d’adultère. Car le raisonnement se fait effectivement en termes d’enjeu. Si j’avoue, l’autre risque de me rejeter, si je ne lui dis rien, je vais porter ce secret comme une tromperie de plus et mal le vivre. D’autres types de dilemme existent. Ainsi une femme en couple avec un pervers narcissique, une personnalité que l’on retrouve chez certains hommes, se retrouve fréquemment dans un dilemme. L’homme est d’avis que la situation est normale. La femme doit alors faire un choix : soit rester et accepter ce type de domination, en ayant conscience des conséquences nocives pour elle, soit partir pour se libérer. Mais cela ne peut se faire sans souffrance, car les sentiments sont toujours présents et provoquent douleur et culpabilité. Sans oublier la peur de la réaction de l’autre. PHOTOS.COM D.R.
Il s’agit du même type de dilemme, en moins grave, que pour les femmes battues. Partir n’est pas satisfaisant dans le sens où l’on risque des représailles, où il faut parfois être confrontée à la police pour porter plainte, sans oublier que cela signifie perdre son foyer, et parfois entraîner les enfants dans cette tourmente. Rester n’est pas plus acceptable, car les coups risquent de devenir porteurs de handicaps, voire mortels. Choisir entre deux hommes peut aussi être pour certaines un dilemme, chacun ayant ses qualités propres, et aucun ne représentant la somme de ce à quoi l’on rêve. Proche de l’impasse… Le dilemme est proche de l’impasse, pourtant il n’en est pas une. Il s’agit d’un choix difficile, compliqué, et dont nous savons dès le départ qu’il ne trouvera pas d’issue idéale. Mais il n’est pas rare de se trouver confronté à ce genre de problème au cours d’une vie. Les sentiments ne font qu’exacerber une situation délicate. Un autre dilemme moins tragique mais néanmoins difficile pour certaines femmes : le choix entre enfant et carrière. Pour la majorité, le choix est clair, car le désir d’enfanter l’emporte sur le reste. Pour d’autres, le besoin de s’épanouir par son métier, qui peut être une véritable vocation est antinomique avec la possibilité de mener une vie avec un ou des enfants, quel que soit le désir existant. Or, la grossesse doit autant que faire se peut être la conséquence d’un acte responsable et volontaire. PHOTOS.COM D.R. Choisir… Dilemme ou pas, il convient de faire un choix à partir du moment où l’on a pris conscience de l’engrenage dans lequel on est plongé. Ne pas réfléchir à ce choix signifie poursuivre sa vie actuelle, ou s’en remettre systématiquement à l’autre, à moins de laisser faire le temps qui n’est pourtant pas un allié. Le risque est de se réveiller des années plus tard avec le regret de ne pas avoir su faire le nécessaire. Or, faire le bon choix est un apprentissage au long cours, qui se renforce tout au long de la vie. Pour s’aider soi-même, certaines étapes sont nécessaires : • Retrouver son désir profond, tel est l’objectif. Pour cela il convient de retrouver une certaine sérénité, le choix dans l’urgence doit rester une exception.• Accepter de se tromper. Ce n’est pas forcément gâcher sa vie, car nous ne pouvons pas envisager toujours les nombreuses conséquences lointaines qui vont découler de nos actes.• Faire le point sur les options possibles.• Eliminer le maximum de ces options, les fameux « pour » et « contre » aidant à faire le tri.• Ecouter son intuition. Les sensations comptent et il est intéressant de se donner un peu de temps pour se laisser aller à ressentir l’autre de façon instinctive.• Se fier à certains signes. Il n’est pas question de se faire tirer les cartes, mais les événements eux-mêmes viennent parfois renforcer un avis dans une direction que l’on hésitait à prendre. Ce sont d’ailleurs souvent des signes qui viennent en réponse à des attitudes inconscientes de notre part.• Choisir en fonction de tous ces éléments et se donner une conduite à tenir.• Lorsque la décision est prise, vient le moment, non pas de l’annoncer de but en blanc, mais plutôt de dialoguer avec les personnes qui auront à en subir les conséquences afin d’établir un consensus si cela est possible. Tout dépend des personnes à qui l’on est confrontée, le dialogue n’est pas toujours possible.• Ensuite, passer à l’action. Une action qui peut se dérouler avec conviction. Prenons le cas d’une femme qui vit avec son mari qu’elle aime toujours, mais a une aventure avec un autre qui la séduit d’une autre façon. Lorsque la vie devient trop difficile et que le choix s’impose, passer par ces étapes permet d’être plus sereine. Il arrive aussi qu’en dépit de tous ces raisonnements, le sentiment pur et dur ne l’emporte. Un peu comme ces enfants qui font leur choix via les « Plouf, plouf ce-se-ra-toi-que-jechoi-si-rai-au-bout-de-dix » et lorsque le choix se porte sur l’orange au lieu de la banane, prennent quand même la banane. Une façon comme une autre de savoir ce que l’on veut vraiment. Une résolution un peu formelle mais symbolique : Reformuler ses choix en utilisant systématiquement le « je choisis » ou « j’ai décidé » plutôt que « il faut » ou « on doit ». Une petite modification superficielle mais qui permet de réaffirmer ses choix et se les rappeler. Accepter les conséquences de son choix Avoir pesé le pour et le contre et éventuellement avoir eu le temps de réfléchir est déjà un grand pas pour mieux assumer les conséquences du choix face FÉMININPSYCHO 63 PHOTOS.COM D.R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 1Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 2-3Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 4-5Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 6-7Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 8-9Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 10-11Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 12-13Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 14-15Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 16-17Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 18-19Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 20-21Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 22-23Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 24-25Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 26-27Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 28-29Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 30-31Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 32-33Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 34-35Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 36-37Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 38-39Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 40-41Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 42-43Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 44-45Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 46-47Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 48-49Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 50-51Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 52-53Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 54-55Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 56-57Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 58-59Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 60-61Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 62-63Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 64-65Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 66-67Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 68-69Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 70-71Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 72-73Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 74-75Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 76-77Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 78-79Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 80-81Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 82-83Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 84-85Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 86-87Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 88-89Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 90-91Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 92-93Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 94-95Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 96-97Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 98-99Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 100-101Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 102-103Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 104-105Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 106-107Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 108-109Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 110-111Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 112-113Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 114-115Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 116-117Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 118-119Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 120-121Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 122-123Féminin Psycho numéro 60 jan/fév 2011 Page 124